In Conversation with JJ Wilde about “Ruthless” – Interview in Paris

Sourire lumineux, rire éclatant, blondeur angélique et regard bleu perçant, JJ Wilde est tout simplement adorable. Et quelle voix !!! Grave et sensuelle, un peu rocailleuse, c’est la nouvelle voix rock qui nous vient du Canada où en quelques mois, la chanteuse est passée du stade de simple outsider à celui de tête d’affiche des charts.

Avec son single « The Rush » JJ Wilde est même entrée dans l’histoire en étant la première artiste féminine à atteindre simultanément le sommet des trois principaux classements radio du pays, et à réussir à se maintenir à cette première place pendant trois semaines de suite.

En pleine crise sanitaire, JJ a traversé l’Atlantique pour venir nous parler de son premier album « Ruthless » sorti en juin dernier. Interview (en français et en anglais !) très rock, fashion et fun avec une artiste sincère et engagée à qui on prédit un brillant avenir.

C’est ta première visite à Paris. Qu’en penses-tu ?

JJ : C’est formidable (en français). La nourriture est incroyable, l’architecture, l’ambiance. Tout est simplement magnifique. J’aime beaucoup.

Parle nous un peu de ton parcours musical.

JJ : J’ai commencé à jouer à la guitare quand j’avais 15 ans. Mon grand frère m’a appris. J’écrivais de chansons quand j’étais plus jeune, mais plutôt de poèmes sans musique. J’ai commencé à faire des concerts en solo quand j’avais 18 ans et à 19 ans j’ai formé un groupe avec des amis mais ça a fini mal car j’étais jeune et naïve et je pensais que c’était ça mon avenir.

Après, j’ai démangé sur la Côte Est de Canada pour me réinventer en tant qu’artiste. Puis je suis revenue dans ma ville natale et j’ai joué des concerts à nouveau dans les clubs, dans les bars partout où je pouvais et en même temps, j’avais d’autres boulots pour survivre.

Il y a environ 2 ans que j’ai trouvé un manager, j’ai été signé et j’ai commencé avec le label. Depuis tout s’est enchaîné rapidement.

Il paraît que tu avais beaucoup chansons au début

JJ : Quand j’ai rencontré mon manager, je lui ai envoyé 5 chansons que je pensais être les meilleurs et puis, je n’ai pas eu des nouvelles de lui pendant une longue période. J’ai pensé que j’avais raté ma chance mais plus d’un an après, il m’a demandé à nouveau si j’avais des nouvelles chansons.

Je me suis dit Ok je ne vais pas laisser passer ma chance cette fois et je lui ai envoyé à peu près tout ce que j’avais, environ 500 chansons, y compris les mémos vocaux, des paroles, des mélodies, des chansons terminées. Et très vite après nous avons commencé à travailler ensemble.

Donc les 11 titres qui sont sur l’album ont été choisi parmi ces 500 chansons

JJ : En fait, j’ai utilisé quelques-unes pour l’EP qui est sorti avant.  Pour l’album, il y a quelles chansons de l’EP, des singles et des nouvelles chansons parce que j’ai continué à écrire. J’adore écrire, alors j’écris tout le temps. Alors, il y a des chansons anciennes, nouvelles, un mélange de tout.

Ta principale source d’inspiration a été un appartement dans lequel tu as vécu…

JJ : Oui, j’ai vécu dans un appartement pendant 2 ans et je ne l’aimais pas. J’avais 3 boulots à temps partiel en même temps que je faisais de la musique. J’étais barmaid, serveuse et réceptionniste en même temps. J’étais épuisée, j’étais prête à abandonner. Ce n’était pas une bonne période pour moi quand je vivais dans cet appartement et donc je n’avais plus envie d’y habiter. J’étais frustrée d’essayer si fort mais de ne pas être en mesure d’atteindre mon but. J’essayais désespérément de réussir. Beaucoup des chansons sont sortis de cette période de galère.

The Rush, le premier single rencontre un énorme succès. Tu es la première artiste féminine à atteindre la performance d’être numéro 1 sur 3 radios au Canada en même temps. Quelle a été ta réaction ?

JJ : C’était presque surréaliste. Je me suis sentie chanceuse et honorée. C’était drôle quand c’est arrivé, je n’ai jamais été si heureuse. Mais le lendemain, j’étais comme Ok maintenant je fais quoi ?

Donc, c’est un sentiment intéressant parce que ce n’est pas comme si tu vas arrêter parce que tu as accompli quelque chose, cela doit continuer. Mais oui, définitivement j’étais sur mon petit nuage pendant quelques semaines.

Comment tu as écrit The Rush ? Quelle est son histoire ?

JJ : Après mon travail au bar, je suis sorti avec des amis avec qui je travaillais et le lendemain matin, j’étais en retard au travail. J’avais la gueule de bois et je traînais dans la cuisine en train de me plaindre. Je me suis senti inspiré et j’ai attrapé ma guitare et j’ai commencé quelque chose qui n’avait pas vraiment de sens, je marmonnais dans mon téléphone et je racontais ce qui se passe ce matin-là.

Mon producteur l’a entendu, en fait c’était l’une de ces 500 chansons que je l’ai lui envoyé et quand il l’avait entendu, c’était juste du marmonnement à l’époque, ce n’était pas vraiment une chanson complète, il a dit qu’il y a quelque chose là.

Alors on a continué à construire autour et la chanson est sorti très rapidement. En moins d’une heure on a écrit toute la chanson.

Une chanson qui signifie plus pour toi parmi toutes ces chansons

 JJ : Il y en a quelques-uns. Il est difficile d’en choisir une car ils sont tous très proches de mon cœur.  Funeral for a Lover est certainement un morceau qui signifie beaucoup pour moi. Je dirais que c’est probablement le plus émotionnel et je pourrais dire que c’était le plus difficile à écrire.

Et quand je la joue en live, cette chanson a le plus grand impact sur les gens car ils viennent me voir après le show et ils veulent me raconter leurs histoires. Ça fait chaud au cœur.  Même si c’était vraiment difficile pour moi d’écrire cette chanson, si les gens peuvent se retrouver en elle et les aider d’une certaine façon, cela signifie beaucoup pour moi. Ça me touche beaucoup.

Elle parle de la santé mentale  

JJ : Oui, elle essaie de créer de l’espace pour la conversation sur ce sujet. Parce que je sais qu’il est généralement difficile d’en parler. Les gens évitent de parler. Ils disent que tout va bien mais ce n’est pas vrai. Ils n’ont pas l’impression qu’ils peuvent s’exprimer ou trouver de l’aide, parce qu’ils ne veulent pas l’admettre. C’est une lutte pour essayer de faire de cette conversation une chose normale parce que nous devrions être libres d’en parler. C’est ce que j’essaie de faire avec cette chanson.

“Parfois l’industrie de la musique peut être impitoyable”

Ruthless (Impitoyable) est le titre de l’album est un titre très fort ? Comment tu l’as choisi ?

JJ : Parfois l’industrie de la musique peut être impitoyable. Je pense que ces 2 années de galère que j’ai traversé étaient impitoyables. J’avais l’impression que presque le monde entier était contre moi. C’était très difficile. Toute cette expérience était impitoyable. Parce que beaucoup de choses différentes s’étaient passées en cours de route. Quand je pensais au nom de l’album, ce mot m’est venu. Je ne suis pas sûr si c’était intentionnel, mais il m’est venu à l’esprit et a connecté tous les points de suspension.

Parlons un peu de Best Boy et de son message ? Ce n’est pas sur l’album, elle est sortie après. C’est une chanson rebelle ?

JJ : Oui, pour moi cette chanson et la vidéo veut changer les préjugés et veut donner le pouvoir aux femmes. Les femmes ne sont pas des objets et on n’a pas besoin de nous dire ce qu’on doit porter ou ce qu’on doit faire et on ne doit pas être jugé en fonction de cela. Je veux dire que vous pouvez passer votre temps où vous voulez et on ne doit pas faire des corrélations entre votre caractère et la façon dont vous vous habillez et des trucs comme ça.

Je voulais que la vidéo représente ce que les hommes font habituellement dans les vidéos, mais à la place c’est moi qui le fais et vous pouvez me juger si vous voulez.

Je voulais que ça soit un message pour les femmes, qu’elles doivent être libres de s’exprimer sans être critiqués. 

Pour la vidéo, même la veille du tournage, j’ai eu des doutes.  Je ne sais pas, j’ai pensé que peut-être je vais trop me sexualiser et les gens ne vont pas me prendre au sérieux, que c’est une erreur et puis je me suis arrêté et je me suis dit attend, c’est exactement pourquoi je fais cela, c’est parce que je ne devrais pas me sentir de cette façon. Je ne dois pas avoir de doutes. Ces pensées ont été mises dans ma tête par les valeurs et les normes de la société et non pas par ce que je pense.

J’étais vraiment motivée de faire le clip et puis ces doutes de se sont glissées dans ma tête parce que nous avons été conditionnés à penser ce qui est juste. Pour moi, il s’agit de changer cela et la liberté d’expression vient avec cela.

“Dans cette industrie si vous n’imposez pas le respect, vous ne serez pas respecté et surtout pour femmes. Je pense qu’entre femmes nous devrons nous soutenir et tenir bon ensemble”

JJ Wilde

Girl Power – tu penses que les femmes dans le rock doivent avoir plus de pouvoir pour s’exprimer.

JJ : Je pense qu’il est difficile pour les femmes dans le rock et dans le monde musical en général. Je pense qu’il est facile d’être exploitée, il est facile d’être méprisée, certaines personnes peuvent être très condescendantes, ils pensent que vous ne connaissait pas grand-chose.

Il y a beaucoup de choses mais je pense qu’il est important de rester sur votre position, de tenir bon   je pense que plus vous le faites plus vous imposer le respect. Je pense que c’est valable pour tout le monde pas nécessairement que pour les femmes.

Dans cette industrie si vous n’imposez pas le respect, vous ne serez pas respecté et surtout pour femmes. Je pense qu’entre femmes nous devrons nous soutenir et nous battre ensemble.

Tu as une icône rock féminine ?

JJ : Oui, Janis Joplin est un énorme icone et influence pour moi. Elle avait cet esprit libre.

Et Amy Winehouse, aussi, même si elle n’était pas si rock mais plutôt jazzy.  J’ai l’impression qu’elle vivait ce style de vie Rock N Roll. Elle envoyait cette image rock par son attitude. Son histoire est vraiment tragique, un beau gâchis. Sa voix et son âme ont été magnifiquement révélés dans la musique.

Quelle musique tu écoutais quand tu étais très jeune, qu’est-ce que tu écoutes maintenant ?

JJ : Honnêtement, j’essaie d’écouter tous les types de musique pour avoir des inspirations différentes. Quand j’étais plus jeune, j’écoutais plus de rock classique, plus les goûts musicaux de mon père, ma mère et mon frère. Beaucoup de Paul Simon, Bruce Springsteen, Led Zeppelin. Mon frère aimait Jimmy Hendrix. Alors j’écoutais un peu tout pour essayer de comprendre ce que j’aime.

Puis je suis allez un peu vers le folk quand j’étais adolescente. J’adorais la musique folk acoustique, c’était magnifique, Bob Dylan a eu une énorme influence. J’écoute aussi des trucs différents comme le hip hop ou de la musique classique. Je trouve l’inspiration dans tous les types de musique.

Quel est ton style de mode ? Qu’est-ce qu’on peut trouver dans ta garde-robe ?

JJ : J’aime les vêtements, je les ai toujours aimés. Je peux porter n’importe quoi d’un grand T-shirt aux robes d’été, des pantalons en cuir ou des chaines. Il n’y a pas de limite parce que c’est une autre façon de s’exprimer.

Je ne pense pas que j’ai vraiment un certain fashion style, mais j’aime vraiment les crop tops et les pantalons taille haute. Toul le monde le sait : je porte toujours des crop tops.

J’adore la mode. Je pense que c’est tellement fun, c’est un moyen de s’exprimer, c’est la liberté, c’est la puissance, c’est l’humeur, vous pouvez faire confiance pour votre humeur. Tu as confiance en toi quand tu te sens bien dans tes vêtements. Une tenue cool peut être juste un grand T-shirt, j’adore cela, mais ça peut être quelque chose plus chic.

Tu achètes de vêtements tendance ou plutôt des basiques ?

 JJ : Je pense qu’un peu des deux. Je regarde et je prends ce que je pense que c’est cool. Évidemment, j’aime lire des magazines de mode donc j’ai une idée de ce qui est tendance mais je choisie ce que j’aime vraiment actuel ou non.

Un vêtement préféré dans ton placard en ce moment    

JJ : Une bonne paire de pantalons en cuir. J’en ai quelques-unes.

Tu aimes la série Sex et The City. Qui est ton personnage préféré ?

 JJ : J’adore la série : la mode, la comédie, tout est tout simplement génial. Je dirais que mon personnage est un mélange entre Samantha et Carrie, j’aime Miranda aussi… je les aiment toutes mais Samantha et Carrie sont mes favorites.

Qu’est-ce que tu aimes faire dans ton temps libre ?

 JJ : J’adore la nature, j’adore la randonnée qui est l’une de mes choses préférées. J’ai l’impression que ça m’aide à garder les pieds sur terre. J’aime le camping, le canoë, la natation, tout ce qui est à l’extérieur. J’adore être dehors.

C’est peut-être parce que je suis Canadienne et que notre hiver est si long et alors quand il fait beau, j’aime passer mon temps à l’extérieur. J’aime faire du jardinage aussi.

Tu as fait beaucoup de concerts surtout au Canada et aux États-Unis, avec The Struts, Incubus, Glorious Sons qu’as-tu appris de tous ces concerts ?

JJ : J’ai beaucoup appris de chaque concert que j’ai joué. J’essaie d’apprendre quelque chose juste en observant la foule, la présence scénique. J’ai beaucoup appris sur la confiance en soi  ou sur l’interaction avec les fans.

Un artiste préféré pour faire une collaboration ?

JJ : Il y en a beaucoup. Je pense qu’avec Mac Miller aurait été incroyable, mais il est décédé. C’était un de mes numéros un.

Tu as beaucoup de beaux tatouages, tu pourras nous raconter leur histoire ?

JJ : Sur mon avant-bras j’ai un tatouage qui représente les femmes de ma famille : moi, ma sœur, ma mère et mes 2 grands-mères, le loup est comme un protecteur, un gardian, le triangle est pour les femmes.

J’ai un autre qui représentent la latitude et la longitude de ma maison familiale, un endroit important pour moi avec beaucoup de souvenirs avec ma famille.

Sur la hanche, j’ai un sablier qui veut dire le temps est précieux et vous devriez faire attention avec qui vous passez le vôtre.  Ils devraient apporter la positivité dans votre vie. Ne perdez pas de temps avec les gens qui ne méritent pas. Et aussi ne pas tout prendre pour acquis.

Un autre tatouage parle de surmonter les obstacles et de renaissance. Tout le monde a des expériences dans sa vie qu’ils ont probablement été difficiles, il y a des choses à surmonter, la vie est pleine de ces moments. Il s’agit juste de se rappeler de ne pas se laisser aller et de continuer.

Sur l’avant-bras, j’ai écrit « Ma peur est mon seul courage » quand j’avais 18 ans et il m’aidé de vaincre mon trac quand je monte sur scène. Je le regarde à chaque fois quand j’ai peur et ça marche vraiment.

Quels sont tes prochains projets ?

JJ : J’ai écrit plusieurs chansons pendant le confinement et je suis très impatiente, je dirais qu’il y a un nouvel album en marche. Mais j’écris toujours et après mon retour au Canada, je dois faire 2 semaines de quarantaine, donc je vais essayer d’écrire d’autres.

Tu vas continuer « Coffee and A Cover » sur les réseaux sociaux ?

 JJ : Oh, oui. C’est très drôle. Je n’ai pas fait ces derniers temps car j’étais occupé avec le voyage et la sortie du single, mais je pense vraiment que c’est quelque chose que je voudrais reprendre peut-être quand je serais en quarantaine.

C’est une façon amusante d’interagir avec les fans et j’apprends aussi des nouvelles chansons.

Tu reprends tes chansons préférées ?

JJ : Je ne fais pas seulement mes chansons préfères. Parfois j’entends une chanson à la radio et je me dis que ça sera cool de la faire. Il y a des gens qui demandent des chansons aussi. C’est drôle, l’inspiration est partout.

Ta musique en 3 mots

JJ : Honnête, émotionnelle et brute

Merci beaucoup

JJ :Merci à Toi

Track list  – « Ruthless »

01. Knees
02. The Rush
03. Wired
04. Breakfast In Bed
05. Gave It All –
06. State Of Mind
07. Home
08. Funeral For A Lover
09. Cold Shoulder –
10. Trouble
11. Feelings

English Version

Bright smile, joyful laugh, angelic blondeness and piercing blue eyes, JJ Wilde is simply adorable. And what voice!!! Deep and sensual, it’s the new rock voice that comes from Canada where in a few months, the singer has gone from being a mere outsider to a headliner. 

With her single “The Rush” JJ Wilde even made history by being the first female artist to simultaneously reach the top of the country’s three major radio charts, and to manage to stay in first place for three weeks in a row.

In the middle of the health crisis, JJ crossed the Atlantic to tell us about her first album “Ruthless” released last June. A very rock, fashion and fun interview (in French and in English) with an honest and committed artist to whom we predict a brilliant future.

It’s your first time in Paris. What do you think?

JJ: Formidable (in French). The food is amazing, the architecture, the vibe of the whole city, is just beautiful. I love it.

How did you start your career?

JJ: I started playing guitar when I was 15. My big brother taught me. Actually, I was writing when I was younger but I was writing lyrics without music. I started playing gigs when I was 18 in solo then I formed a band with friends when I was 19 and it last till I was 23. But this band finished quite bad as I was young and naïve and I thought that has been my whole future. So, when it finished, I moved to East Coast to reinvent myself as an artist.

Then I come back to my home town and I started playing gigs again in club, in bars and anything that I could get. I was always working jobs on the side as well to survive.

Then it was about 2 years ago that I found a manager, got signed and start with the label.

I think you had a lot of songs at the beginning

JJ: When I first met my manager, I first sent him 5 songs that I thought were great and I didn’t hear from him for a long time. After that, I thought I missed my chance but almost 1 year or more later, he asked me again if I had any new music and I said Ok, I am not letting go this time and I pretty much sent him everything I had been working on for the past time. It was something like 500 songs, including voice memos, lyrics, just melodies, completed songs, etc

Pretty quickly after that, we started to work together, go in writing trips.

The 11 songs on your album Ruthless are from these 500 songs?

JJ:  I would say that more of those 500 are on the EP. And for the album, I used some of the songs from the EP, some singles and also new songs as I have just kept writing. I love writing, so I write all the time. I would say that the album is a mix of new and old songs.

You found inspiration in an apartment where you lived

JJ: Yes, I lived in an apartment within 2 years and I did not like that apartment. At the time, I had 3 part time jobs in the same time as doing music: bar tending, serving and receptionist job. It was the lack of balance as I was exhausted, I was ready to give up. It was not a good time while living in that apartment and I did not to be there anymore.

In that time, I was feeling all that frustration of trying so hard but not being able to achieve. I was trying so desperately to achieve. I think that a lot of these songs are stepping from those few years of hard struggle and then eventually translated to the music.

The Rush has a huge success. How do you feel to be the first female artist to reach the performance of being number 1 on 3 radios in the same time?

JJ: It’s almost surreal, I feel lucky, honoured. It was funny when it first happened. I was so happy as I ever been and the next day, I was like Ok now what?

So, it’s kind of interesting feeling because it is not like you want to stop because you achieved something, you keep going but there where definitely few weeks when my head was spinning.

How did you write The Rush? What’s the story?

JJ: After working at the bar, I went out with some friends with whom I work and the next morning, I was late for work. I was hanging over and I was stumbling around my kitchen and I just felt inspired and I grabbed my guitar and I started something that did not really make sense.

I was mumbling into my phone and just said what is going on that morning, it was the first few lines of the song. My producer heard it. It was one of that 500 songs that I brought and when he had heard it he was like what’s this?  It was really just mumbling at the time; it was not really a full song and he said I think it is something there. We continue to build and write it and the song came out very quickly. Within an hour we wrote the whole song. So, it was very interesting story of a hangover morning.

A song that means more for you

JJ: There is a few. It’s hard to pick one as they are all very close to my heart. Funeral for a Lover is definitely a song that means a lot to me. I would say that that one is probably the most emotional and I could say the hardest one to write. I think when I play it live it has the biggest impact on people who come at the show. People come up afterwards and they want to tell me their stories. This makes me feel good cause even know that it’s really hard for me to go through and write everything, if people can relate to it and help them in some way, it means a lot to me.

It talks about mental health

JJ: Yes, it’s trying to create space for the conversation to keep going because I know that typically mental health it’s getting better but it is usually something about what people do not talk about it. They said it’s fine, but it is not fine. They don’t feel like they can express themselves or find help because they do not want to admit. It’s trying to make that more of a normal thing to have this conversation because we should be free to talk about that. That’s what I am trying to do with that song. 

“Sometimes the music industry can be ruthless”

JJ Wilde

Ruthless is the title of your album, why this title? It is a very strong word.

JJ: I think sometimes the music industry can be ruthless. I think that those 2 years I went thought to were ruthless in the sense that I felt like the world was not against me but it was really had time, I felt like that, that whole experience was ruthless. Because a lot of different things had happened along the way. When I was thinking to the album name this word came to me. I’m not sure if it was intentional but it came to me and I realized I connected all the dots of why and that’s the one.

Let’s talk about Best Boy and its message? It is not on the album. It’s a Kind of rebel song

 JJ: Oh yes, for me this song and the video is all about flipping the narratives and taking back power and that women aren’t objects and we do not need to be told what to wear, what to do or judged on it neither. I mean you can spend your time wherever you want and you should not have any corelations between your character and how you dress and stuff like this, you know what I mean.

I wanted the video to represent what men usually do in music videos but have to be a woman who said this is me doing this and you can judge me if you want. And I wanted that message for other women too to be able to express themselves in anyway and not face criticism.

And even the night before I filmed, I have self-doubts. I do not know, I thought maybe I am oversexualising myself; people would not take me seriously, this is a mistake, etc

And then I stopped and I said wait, this is exactly why I am making this, this is because I should not feel that way about that. Those thoughts have been put into my head by the societal values and norms and not because what I think. Because I was really excited and then those self-doubts creeps in because of what we’ve been conditioned to think it is right. For me, it was about changing that and freedom of self-expression and everything that comes with that.

“It is the industry where if you do not command respect you will not be respected and especially with women. It’s like let’s fight for each other, let’s stand up”

JJ Wilde

Girl power – do you think that women in rock has to take more power to express themselves?

JJ: I think it is difficult for women in the rock space and in the music space in general. I think it is easy to be taken advantage of, it’s easy to be looked down on, some people can be very condescending, they think that you do not know as much.

There are a lot of things but I think that it is important to stand your ground, and the more you do you have to command respect. I do not necessarily think that just women have to do that, it is the industry where if you do not command respect you will not be respected and especially with women. I think it is just like let’s fight for each other, let’s stand up.

Your female Icon in rock?

JJ: Janis Joplin is a huge influence; she had that free spirit.

And Amy Winehouse, even if she wasn’t as much rock, I felt like she lived that Rock N’ Roll life style. She represented that image and her story is really tragic to me. Her voice and soul came out so beautifully in the music and for me, that was Rock N’ Roll even she was singing more jazzy stuff. It was more for her attitude that make me look at her as a rock icon.

What kind of music you listen to when you were young and what do you listen to now?

JJ: I honestly try to listen all types of music to get inspirations from different avenues, I guess. When I was younger, I was listening to more classic rock, more of my dad, my mom and my brother taste of music.

I listen to a lot of Paul Simon, Bruce Springsteen, Led Zeppelin. My brother loved Jimmy Hendrix. I was listening a little bit all of this try to figure it what I like.

Then I walk a little bit more into the folk space when I was a teenager. I loved acoustic folk music, it was beautiful, Bob Dylan was a huge influence. I also listen to some different stuff like hip hop or classical music. I find inspiration in all type of music.

How about your fashion style? What we can find in your wardrobe?

JJ: I love clothes, I always have. I can wear anything from a big T Shirt to dresses in the summer, leather pants and chains. I feel that there is no limit on it because it is another way of self-expression.

I do not think that I really have a certain fashion style but I do really love the crop tops and height wasted pants. That is one thing I am know for: I always wear crop tops. I love fashion. I think it is so much fun, it’s self-expression, it’s freedom, it’s loud, it’s mood, you can trust for your mood and I think you have a certain amount of confidence when you feel good about yourself.

If I pick a cool outfit, it does not have to look in a certain way like sometimes for me a cool outfit is just a big T shirt, I love this but sometimes it’s getting super fancy.

When you buy clothes will you say and you follow the trends or you by more basic timeless clothes?

JJ: I think a little bit of both. I just take what I think that’s cool and I like it. Obviously, I like reading different magazines and I do have a sense of what is current but I take whatever I really like current or not.

If you have to choose your favourite item in your closet right now?  

JJ: I would say a good pair of leather pants. I have quite a few of those.

You love Sex and The City. Who is your favourite character?

JJ: Oh, yeah I love that show. It’s great: the fashion, the comedy, everything is just awesome. I would say that my character is a mix between Samantha and Carrie, I love Miranda too, they are all great but Samantha and Carrie are both my favourites.

What do you like to do in your free time, except music? 

JJ: I love being outdoors, I love hiking that’s one of my favourite things. I feel like it grounds me. Anything outside camping, canoeing, swimming, everything what is outside. I love being outside.

Maybe it’s because I am Canadian and our winter is so long and we do not really get to be outside all year around, so when the weather is nice, I just want to be outside all the time. I also love gardening.

You toured a lot especially in Canada and USA, with The Struts, Incubus, The Glorious Sons, what did you learn from all these gigs?

JJ: I learned a lot from every show I played. I try to take something away from it, just watching and kind of observing the crowd, the stage presence and stuff like that. From every gig you can take away some things. It taught me a lot about confidence, stage presence about interaction with fans.

A favourite artist to do a collaboration?

JJ: There are many. I think that Mac Miller would have been amazing but he passed away. He was one of my number one.

You have some lovely tattoos can you tell us their story?

JJ: On my forearm, I have a tattoo that represent the women of my family: me, my sister, my mom and my 2 grandmothers, the wolf is like a guardian, the triangle is for women. I have one on my back that represent the latitude and the longitude of my family cottage, a place for me with a lot of memories with my family.

On my hip, I have an hour glass that say that Time is precious and you should be careful about who you spend yours with and they should bring positivity in your life and to not waste time on people that do not deserve, do not take it for granted.

Another one is about overcoming obstacles and rebirth. Everybody has experiences in their life that they probably were difficult, there are things to overcome, life is full of those moments, this is just about remembering not to let it go, and keep going.

I got another one when I was 18 saying “my fear is my only courage” and it helps me to get over my stage frights. I look at it every time I am afraid and it actually works.

What are the next projects?

JJ: I wrote several songs during the quarantine and I am very excited about so I would say that there is an album in works. I am always writing; we have got some songs lined up after I go back to Canada, I am doing 2 weeks of quarantine so I am gonna try to do a bunch of writing. 

Will you continue with Coffee and A Cover that we can see on social media?

JJ: Oh, yeah. That’s very funny. I have not done lately as I got busy with the trip and the single but I definitely think that it is something that I’d like to pick back up maybe while I’m on quarantine. It’s a fun way of interacting with fans and I am learning new songs too.

You cover your favourite songs?

JJ: Maybe, but I do not do just only my favourites, sometimes I just hear on the radio and I am like oh that’s a cool song. It’s inspiration everywhere from that. Also, I got people requesting songs too. It’s funny, it comes from everywhere

If you have to describe your music in 3 words

JJ: Honest, emotional and raw

Thank you

JJ: Thank you too

Track list  – « Ruthless »

01. Knees
02. The Rush
03. Wired
04. Breakfast In Bed
05. Gave It All –
06. State Of Mind
07. Home
08. Funeral For A Lover
09. Cold Shoulder –
10. Trouble
11. Feelings

Comments are closed.

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: