Nothing More talking “The Stories We Tell Ourselves”, Grammy Nominations, fashion and other stories- Interview in Paris

🎸 Version Française 🎸

Grammy Awards are only one week away. Did you already choose your favourites?

Me, yes.

Nothing More, the rock band of San Antonio, Texas– nominated in 3 Rock Categories: Best Rock song “Go To War “, Best rock album “The Stories We Tell Ourselves “, Best rock performance “Go To War “

These guys are totally killing it – talented, passionate, hardworking and adorable.So they deserve it !

Just before their gig in Paris , on 5th of December 2017 (live report here), I had the chance to discuss with Mark Vollelunga (Guitar) and Daniel Oliver (Bass) about their Grammy nominations, their new album, some cool fashion in Europe and much more. Check this out !

Hello, first of all, congratulations for the 3 nominations to Grammy awards. How do you feel?

Marc & Daniel: Thank you

Marc: Ecstatic

Daniel: Very Excited

What do you think? Do you have a chance to win?

Marc: Well, the other bands in our divisions are legends. I do not know what it means, I am just wondering if people wants something different or stay in the same field and then, we had no chance.

But on the other way, just being nominated, it elevates us.

To be considered at the same level as Foo Fighters or Queens of the Stone Age, who are heroes of Rock N Roll, it is cool and we are very honoured to be out there with them.

How about you, you think we stand a chance?

Oh yes, definitely: “The Story We Tell Ourselves” is an amazing album, one of my favourite in 2017. So, tell me more about the album? How did you make this record? And why this title?

Marc: Well, it was a different process that we had with other albums. Now, we had Ben (Anderson), our new drummer for about 2 years. It was the first record when Jonny (Hawkins) did not play a single drum and he had the chance to focus on lyrics and on melodies and not being a singer and a drummer in the same time.

Ben took up the throne and really slays on all drum stuff. He is such a great player and had a great responsibility in recording the album with us and doing also a lot of editing and engineering. I think that really help us to create this album.

We were already in our maturation process to the next step. We all went to a lot of life experience and as you get older, especially that phrase “The Stories We tell ourselves” becomes more real.

In fact, that story you tell yourself is actually missing bits of information and as it is more to that story, and not just what I am telling to myself to get through today or whatever I told to myself years ago to get through to that particular day.

This story we tell to ourselves keep changing, it keeps growing and I think this is where we are at.

Daniel: We started writing the album in January 2016 and Jonny has a family emergency and he could not be around for a couple of weeks of writing.

This is our first time when we write with Ben, like Marc said, and 3 of us just cranking out musical ideas. We explore new things, we did like a new demo a day. And once Jonny was able to come back, he found his place as a singer. We’re jamming together, he just sang and for the first time, we were able to create a song with vocals and everything instead of having him playing drums first and doing the vocals later.

It is just a different album as a lot of things happen to all of us. I think “The Story We Tell Ourselves” is the perfect reflection of how we are all feeling right now.

What can you tell me about these 6 interludes on the album and these opposite words like (Allone; Together), (End; Begin) …? Where did this idea come from?

Marc: Some of our favourite records have definitely a lot of instrumentals interludes and it really help the listener to get a break from the powering of the rock music.

That it is one perspective and the other one, all the audio clip came from a philosopher that we all gravitate towards, named Allan Watts. The fact that they are opposite words like you were saying that tides furthering with the truth that I was speaking of. There are always 2 sides, like a duality that there is a story you tell yourself but it could be the same story, completely different told by someone else in the same time. so, I think that as humans, we tend to forget that the other side exist and that the truth is to that side as well.

PhotoGrid_1513189469549.jpg

Do you have a favourite song?

Marc: Mine is probably the last track, Fade in Fade Out. I think it is the one that I am the most proud of, as it is a little more personal and natural, being about my son and my father, and the whole legacy of life and death, the handing off of the torch. A kind of story of a phoenix. My son’s name is Fenix too. So, it is a kind of crossroads.

Daniel: I hesitate between Funny Little Creatures and Still in Love.

For Funny Little Creatures, we work with a guitarist named Clint Lowery of the band Sevendust. We invited him to be become a member of the band for a few days and he help us to craft that song. That song started with this synthesiser part that Jonny had made and Marc and I tried to played real instruments on it. But the sound was so busy and so technical that we could never go anywhere with it.

And Clint came with the most simple perfect guitar part to go with that the song turned so well that finally this part isn’t even in the song anymore. So, this song is really special.

And Still in Love? – I love this song

Daniel: It was one of the few songs that, the way it came it was kind of magical. We were all jamming this one idea and the song was almost over, while Marc just started to play the core progression, and we were all wrote the same song.

Jonny came out with a lot of vocals, melody and chorus on it. For some reasons, the verses we wrote were identical, like the same ideas, the same words. We all had the same thoughts and feelings about it. It is really powerful.

How do you write together?

Marc: We respect each other positions. Most of the guitar ideas are probably coming from me. The melodies are mostly coming from Jonny and drums, too. But at the end for the day, we trust each other and help each other out. We check how we can better work each part of the song, in the best way it would be. One person might be defensive because of something he wrote but we just encourage each other rather then hold and fight each other about things. Like this at the end of the day we will have a better product.

Just to go back in time, why “Nothing More” as a band name?

Marc: When we first started, we really had troubles to agree on the name, and we joke about being nothing. It was a joke but I think Jonny had an epiphany. You know it is very important to us, when we go to the shows to see what is on stage and off stage. There is no separation “Nothing More” between the stage to the audience, when we love music.

You have a great community of fans and you do all these live acoustic sessions on Facebook and Instagram for them. Do you think that it helps you to bring more people and better know your music?

Marc: Yes, I think so, absolutely. It’s a good strength to have these sessions, to explore more the acoustic nature of songs and the intimacy that this style can bring.

Doing these acoustics sessions and also radio visits helped us to get better to that sort of things. We definitely want to spend more time doing that and that’s why we have songs like “Just Say When” on this record.

I am sure that it brings more people and it only make us better.

PhotoGrid_1513173418416.jpg

What did make you to be a musician?

Daniel: For me, it was my older brother. He is a bass and piano player and my dad is also a very accomplished musician as well.

I grew up taking piano lessons. I was always around music but I was never attracted to it till I was 14-15 years old and I saw my older brother playing bass on stage. It was like I heard music for the first time. That gave me goose bumps. I think that if I hear this song now it is probably horrible, as it was a bunch of kids playing, but that blew my mind and changed my life.

Marc: My story is pretty similar. I gravitated toward music maybe when I was like 8 or 9. I started singing and I actually get a part in a local play. It was something where I was good.

Then, I went to high school and I just fell into Rock music, mainly because my older brother played drums and he was very good at that. I wanted to play guitar and my dad bought me an electric guitar.

It was crappy and it sounds awful at the beginning, but I thought it was the best thing in the world and I fell in love with it. In the weekends, I did not want to do anything else just play guitar …And I met Jonny few years later and here were now, 20 years later.

By the way, how did you meet Jonny?

Marc: I met him in a summer camp. I brought my guitar to that summer camp and I played Metallica songs. He heard someone playing and came into the room. he said that he is a drummer and he had a band and he asked me if I was interested to be in his band. I said no I just want to play other people songs.

I thought about this and I think that 6 month later I call him back and I asked if I can I come over for an audition and I did completely fell in love. I knew that this is what I want to do with my life which is weird for a 14 years old boy, but it worked. This is the only band I’ve been into it.

What is playing in your headphones now?

Marc: I go into the other nominees at Grammy – the Queen of the Stone Age is really very good very inventive; the Foo Fighters is also crazy.

But I general, I go all over the place and at the end of the day, I think that my favourite band is Thrice. Their lyrics are really strong, they always moved me.

Daniel: I really take a break now and I am not listening anything, because we’ve been on a road for a couple of months now and there is so much music and people around. I do not want more stimulation.

But I love Biffy Clyro.

You play with In Search of Sun this evening … You toured with them before.

Marc: Yeah, we toured with them 2 years ago for a few shows in UK. They put out a new record which is very good, very strong.

They were already good before but now they grew up, mature and I really love their new songs. I hope that they will keep adding as they deserved to be heard.

They are great people, we had a good time on the road with them. They are really fun.

I met Adam and he told me how much you inspired them and enjoy the tour with you and that you are great guys …

Marc: That’s awesome. He is a great dude, so cool.

What can you tell me about your fashion style? Is there something special about it?

Marc: I cut one of my sleeves from my shirts all the time, always the right sleeve. I’ve been doing this for 10 years now. To me is to remind me where I come from.

When we get first time on tour we decided to brand ourselves for every year of touring, as we promised not to give up on each other. But after 3 years of touring and 3 scars, we had enough scars and we did not want any more. Now, we would have been at the 13th or 14th one…

I could also say that I’ve been turned on about all the European fashion. Especially, when we were in Amsterdam and everyone has some cool shirts over here, that we never get to see anywhere.

I remember last time, some years ago, Jonny and I went out shopping and we picked up a lot of cool shirts and other different things; and kind of 6 months after, that fashion arrived in USA.

It’s cool to be so close of the epicentre and every time we see someone somewhere wearing something cool, now we wonder if this gonna be the next thing to see in US.

How about on stage, what do you wear? Why Jonny is always shirtless and bare feet?

Marc: Jonny was always a shirtless dude. Even off stage he is just more conformable that way.

Our music feels very primal to him and as far as he has no shoes that keeps him grounding.

As for the rest of us, on stage there is no other specific wardrobe. I think, we are trying not to pay too much attention to ourselves and try to be more about music, so we all stick to neutral colours like black, white, brown or grey.

PhotoGrid_1513187400171.jpg

What are the next projects?

Daniel: First, we’ll do Rock N’ Roll cruise, ShipRocked, 5 days into Caribbean. A lot of big bands are playing on it. It will be for sure a lot of fun. Then we flight straight from that to the Grammy in New York City.

Hopefully we will not have sun burn for the ceremony…

And just after the Grammy, we are starting the headlining tour in Us, then, in April 2018, we hit the road with Papa Roach in the US, for another 6 weeks.

We will be back here in Europe in June for the festivals.

Last question – the spectacular Scorpion Tail, what can you tell me about it?

Daniel: The story started about 3 years ago when we were practicing and Jonny found out a way to make the guitar, the bass, the drums and the vocals go to the computer and then go to this certain plug in, like a programme that allows him to completely manipulate the guitar and the bass and they will make that strange whoh wowh, toc, toc, toc…

His initial idea was to make it like a DJ table, that he manipulates and scratch it like a wireless device that he will move around and make different noises. It sounded really cool what he did.

First time we played on it, it was just wow and we said that we have to do this thing. The problem was that it was like a video game controller, so it wasn’t cool.

So, my idea was to build something huge and heavy that he will rustle with. Like every time you hear the guitar and the bass pitch up and down, you will see this guy in the air rustling this giant piece of steal. That was the spirit behind it was our biggest project ever.

The US version is bigger, push Jonny into the air and we will be able to bring it next time here.

It is very dramatic and very dangerous but I had this idea and I had to try it.

PhotoGrid_1513171189333.jpg

PhotoGrid_1516639988582.jpg

Going out from the interview room, I run into Jonny Hawkins, the frontman, ready for the sound check and he told me also how happy and honoured is to be nominated but thinking that probably it will be hard to win especially in front of Chris Cornell…

So, Let’s wish them Good Luck and save the date of 17th of June 2018, when they will play on Download Festival at LE PLESSIS-PÂTÉ / BRÉTIGNY-SUR-ORGE, France.

Version Française

Version Française.

PhotoGrid_1516640452107.jpg

Les Grammy Awards vont se dérouler le 29 Janvier 2018 à New York, USA. Avez-vous choisi vos favoris ? Moi, oui.

Nothing More, le quartet rock de San Antonio, Texas – 3 fois nommées dans la catégorie Rock – pour la Meilleure Chanson Rock « Go To War » – Meilleur Album Rock « The Stories We Tell Ourselves » et Meilleure Performance Rock « Go To War »

Ces garçons le méritent largement : talentueux, passionnés, bosseurs et adorables.

Juste avant leur concert à Paris, dont je vous ai parlé ici, le 5 décembre2017, j’ai eu le grand plaisir de discuter avec Mark Vollelunga (guitare) et Daniel Oliver (Bass) de leur nomination, le nouvel album, des chemises cool en Europe et beaucoup plus.

Salut, tout d’abord, félicitations pour les 3 nominations aux Grammy Awards. Comment vous vous sentez ?

Marc & Daniel : Merci beaucoup

Marc : Extatique

Daniel : Très heureux

Que pensez – vous ? Vous avez une chance de gagner ?

Marc : Eh bien, les autres nommées dans nos divisions sont des légendes. En fait, je me demande si les gens veulent quelque chose de différent ou la continuité et dans le dernier cas, nous n’avons aucune chance.

Mais d’un autre côté, juste d’être nommés, ça nous met ne valeur. Être considéré au même niveau que des groupes comme les Foo Fighters ou Queens of the Stone Age, qui sont des héros du Rock N Roll, c’est cool, et nous sommes vraiment très honorés.

Et toi, tu penses que nous avons des chances ?

Oh oui, sans aucun doute. « The Stories We Tell Ourselves » est un album superbe, un de mes préférés en 2017.

Donc, je voudrais en savoir plus. Comment l’avez-vous réalisé ? Et pourquoi ce titre ?

Marc : Eh bien, c’était un processus différent par rapport aux autres albums. Cette fois, nous avons eu Ben (Anderson), notre nouveau batteur depuis 2 ans maintenant. Et c’était le premier album quand Jonny ( Hawkins, le chanteur) ne joue pas de la batterie. Cette fois, il a eu l’occasion de se concentrer sur les paroles et les mélodies, sans être chanteur et batteur, en même temps.

Ben a pris le trône et il déchire à la batterie. Il a eu une grande responsabilité dans l’enregistrement de l’album avec nous. Il a fait également beaucoup de mixage et de l’ingénierie. Nous sommes aussi devenus plus matures. On a passé à l’étape suivante.

Et pour le titre, nous sommes tous passés par les expériences de la vie et quand tu vieilli, cette phrase « The Stories We Tell Ourselves » (« Les histoires que nous racontons à nous-mêmes ») devient plus réelle.

En fait, cette histoire que vous dites à vous-même, il lui manque des bouts d’information. Il y a toujours plus dans cette histoire, mais d’une certaine manière, on filtre l’information et on prend juste une partie qu’on s’est dit à sois même pour bien passer telle ou telle journée.

Cette histoire que nous racontons à nous même change, elle continue de grandir et je pense que c’est où nous en sommes en ce moment.

Daniel : Nous avons commencé l’écriture de l’album en janvier 2016 et Jonny a eu une urgence familiale et il n’a pas pu être là pendant quelques semaines.

C’était notre première fois quand nous écrivons avec Ben comme l’a dit Marc, et nous avons eu beaucoup d’idées, on avançait rapidement, presque une nouvelle démo par jour. Une fois que Jonny a pu revenir, il a trouvé sa place comme chanteur. Et pour la première fois, nous avons pu créer un vrai morceau de début jusqu’à la fin, avec le chant et tout, au lieu d’avoir Jonny d’abord, jouer de la batterie et chanter ensuite.

« The stories We Tell Ourselves » est le reflet parfait de ce que nous ressentons tous.

Que pouvez-vous me dire sur ces 6 interludes sur l’album et ces mots contraires (Allone ; Together), (End ; Begin) ? Quelle est leur signification ?

Marc : Certains de nos albums préférés ont beaucoup d’interludes et cela aide l’auditeur de se reposer pour quelques secondes dans son écoute de ces puissantes sonorités rock.

Tous ces clips audios sont inspirés d’un philosophe qu’on aime tous, qui s’appelle Allan Watts. Le fait qu’il y a ces mots opposés, cela illustre encore une fois la vérité concernant les histoires que nous racontons à nous-même. Il y a toujours 2 côtés, comme une dualité de chaque histoire.

La mĂŞme histoire racontait par quelqu’un d’autre, en mĂŞme temps, peut ĂŞtre complètement diffĂ©rente mais nous avons tendance Ă  oublier qu’il existe la vĂ©ritĂ© lĂ -dedans aussi.

Vous avez une chanson favorite ?

Marc : Le dernier morceau, Fade in Fade Out. Je pense que c’est celui dont je suis le plus fier car c’est un peu plus personnel, sur mon fils et mon père. L’héritage de la vie et la mort, le passage du flambeau. Une sorte d’histoire de Phoenix. Nom de mon fils est Fenix.

Daniel : Moi, j’hésite entre Funny Little Creatures et Still in Love.

Pour Funny Little Creatures, nous avons travaillé avec un guitariste qui s’appelle Clint Lowery du groupe Sevendust. Nous l’avons invité pratiquement à devenir membre du groupe pour quelques jours et il nous a aidé à concevoir cette chanson.

Elle est partie d’un morceau de synthé que Jonny avait fait.Marc et moi, on a essayé de jouer des instruments là-dessous, mais le son était tellement saturé et technique que nous n’arrivions nulle part. Et Clint est venu avec ce riff de guitare simple et parfait. Le morceau est devenu si bien que finalement cette partie de synthé n’est même plus dans la chanson. Donc, cette chanson est vraiment spéciale.

Et Still in Love ? J’adore cette chanson

Daniel : La façon dans laquelle cette chanson est venue a été magique. Nous étions tous en train de d’improviser sur une idée quand Marc a commencé à jouer ce riff, et à partir de là nous avons tous écrit la même chanson. Jonny est venu avec les parties vocales et la mélodie. Pour certaines raisons, les versets que nous avions écrits étaient quasi identiques, nous avions tous eu les mêmes idées, même les paroles étaient presque les mêmes.

C’était puissant. Nous avions tous eu les mêmes pensées et sentiments pour ce morceau.

Comment est-ce que vous travaillez ensemble ?

Marc : Nous respectons les idées de chacun. La plupart des idées de guitare viennent probablement de moi. Les mélodies et les parties batterie, la plupart viennent de Jonny. Mais à la fin de la journée, on se fait confiance et on essaie comment on peut mieux travailler chaque partie de la chanson dans les meilleures conditions. Un d’entre nous pourrait être sur la défensive à cause de ce qu’il a écrit, mais plutôt que de se battre on s’encourage mutuellement. Comme cela un aura une meilleure chanson à la fin.

PhotoGrid_1513190042247.jpg

Juste pour remonter dans le temps. Pourquoi « Nothing More » comme nom de groupe ?

Marc : Lorsque nous avons commencé, nous avons vraiment eu des difficultés à s’entendre sur le nom, et pour plaisanter on disait qu’on n’est « Rien » (Nothing). C’était une blague, mais je pense que Jonny a eu une révélation. C’est très important pour nous, quand on fait un concert, de voir ce qu’il y a sur scène et devant la scène. Et quand on aime la musique, il n’y a « Rien de plus » (Nothing More), aucune barrière, entre la scène et le public.

Justement vous avez une grande communauté de fans et vous faites toutes ces sessions acoustiques live sur Facebook et Instagram pour eux.

Pensez-vous que cela vous a aidé à amener encore plus de gens à mieux connaître votre musique ?

Marc : Oui, absolument. C’est une bonne chose de faire ces séances live et d’explorer de cette façon la nature acoustique de plusieurs chansons et l’intimité que ce style peut apporter.

Cela ainsi que les session radio, nous ont aidé à s’améliorer dans ce style que nous voulons absolument continuer à faire lus dans cette voie.

C’est pourquoi nous avons des chansons comme « Just Say When » sur cet album.

Je sais qu’ils ont ramène plus de monde et on est contents.

PhotoGrid_1513173301787.jpg

Comment avez -vous décidé d’être musiciens ? Qui ou quoi vous a influencé ?

Daniel : Pour moi, c’était mon frère aîné. Il jouait à la basse et au piano. Mon père est aussi un musicien accompli. J’ai grandi en prenant des leçons de piano.

J’ai toujours été autour de la musique, mais je n’ai jamais attiré vraiment jusqu’à 14-15 ans quand j’ai vu mon frère aîné, jouer de la basse sur scène. C’était comme si j’avais entendu de la musique pour la première fois. Cela m’a donné la chair de poule. Je pense que si j’entends cette chanson maintenant, ça sera sans doute horrible, car c’était juste une bande de gamins qui jouait, mais ça a changé ma vie.

Marc : Mon histoire est assez semblable. Je me suis tourné vers la musique peut-être quand j’avais 8 ou 9 ans. J’ai commencé à chanter et j’ai obtenu un rôle dans une pièce de théâtre locale. Donc, je jouais et on est même partis en tournée. C’était quelque chose où je me sentais bien.

Ensuite, je suis allé au lycée et j’ai tout simplement tombé dans la musique Rock, surtout parce que mon frère aîné jouait de la batterie et il était très doué.

J’ai voulu jouer de la guitare, et mon père m’a achetĂ© une guitare Ă©lectrique. Au dĂ©but, c’était un peu n’importe quoi mais je pensais que c’était la meilleure chose au monde. Les week-ends, je ne voulais plus faire autre chose, juste jouer de la guitare… Et quelques annĂ©es plus tard, j’ai rencontrĂ© Jonny et voilĂ , on est ici maintenant, 20 ans plus tard.

D’ailleurs, comment tu as rencontré Jonny ?

Marc : Je l’ai rencontré dans une colonie de vacances. J’ai amené ma guitare à ce campus et j’ai joué des chansons de Metallica. Il m’a entendu et il est venu me voir. Il a dit qu’il est batteur et qu’il avait un groupe et il m’a demandé si j’étais intéressé d’être dans son groupe. J’ai dit non, car moi, je veux juste jouer les chansons des autres…

Et puis, J’ai pensé à ça et 6 mois plus tard je l’ai appelé et j’ai demandé si je peux faire une audition et j’ai adoré. A ce moment- là, j’ai su ce que je voulais faire de ma vie. Ce qui est bizarre pour un garçon de 14 ans, mais cela a fonctionné. Nothing More est le seul groupe dans lequel j’ai joué.

Qu’est-ce que vous écoutez dans vous casques en ce moment ?

Marc : Je suis plongé dans les autres nommés aux Grammy-le nouveau Queen of the Stone Age est vraiment très bon, très inventif. Le Foo Fighters est aussi génial.

En général, j’écoute de tout mais je pourrais dire que à la fin de la journée, mon groupe préféré est Thrice. Leurs paroles sont vraiment fortes, elles m’ont toujours ému.

Daniel : Je fais une pause en ce moment et je n’écoute rien du tout. Nous avons été sur la route pour quelques mois et il y’a beaucoup de musique et de gens autour, je ne veux plus de stimulation.

Mais, j’aime Biffy Clyro.

Vous jouez ce soir sur la même scène que In Search of Sun. Vous avez tourné avec eux avant.

Marc : Oui, nous avons tourné avec eux pour quelques shows au Royaume-Uni, il y a 2 ans. Ils viennent de sortir nouvel album très bon, très fort.

Ils étaient déjà bons avants, mais maintenant ils ont grandi, ils sont devenus plus matures et j’adore leurs nouvelles chansons. J’espère qu’ils vont continuer à en ajouter qu’ils méritaient d’être entendu.

Ce sont de mecs super sympas, nous avons passé un bon moment sur la route avec eux.

J’ai rencontrĂ© Adam Leader (ndlr : le chanteur de In Search of Sun) il y a quelque temps et il m’a dit combien vous les avez inspirĂ©s et que vous ĂŞtes des gars formidables…

Marc : C’est génial. C’est un mec tellement cool.

Vous pouvez me dire sur votre style de mode ?

Marc : Je coupe la manche droite de mes chemises tout le temps. J’ai fait cela depuis 10 ans maintenant. Pour moi, c’est une façon de me rappeler d’oĂą je viens.

Lorsque nous avons commencé notre première tournée, nous avons décidé de nous marquer pour chaque année de la tournée, car nous avons promis de ne jamais s’abandonner. Mais, après trois ans de tournées et 3 cicatrices, nous avons eu assez …Maintenant, on aura été la 13e ou 14e.

Sinon, je suis très fan de la mode européenne. Surtout quand nous étions à Amsterdam et à tout le monde avait des chemises super cool, qu’on n’avait pas vu ailleurs.

Je me souviens la dernière fois, il ya quelques années, Jonny et moi sommes allés faire du shopping et nous avons acheté beaucoup de belles chemises et autres truc sympas. Et genre 6 mois après, cette mode est arrivée aux Etats-Unis.

C’est cool d’être si près de l’épicentre de la mode.

Maintenant Ă  chaque fois que nous voyons quelqu’un quelque part porter quelque chose cool, on se demande si cela va ĂŞtre la prochaine chose Ă  voir aux États-Unis.

Et sur scène que portez-vous ? Pourquoi Jonny est toujours torse et pieds nus ?

Marc : Jonny a toujours été un mec « torse nu ». Même quand il n’est pas sur scène. Il est juste plus à l’aise de cette façon. Notre musique a un côté très primitif pour lui et le fait qu’il n’a pas des chaussures, c’est sa façon à lui de garder les pieds sur terre.

Pour le reste d’entre nous, sur scène, il n’y a aucune garde-robe spĂ©cifique. On ne fait pas trop attention. On essaie de se concentrer plus sur la musique… donc, on se tient aux classiques dans des tons neutres comme le noir, blanc, brun ou gris.

PhotoGrid_1513173612833.jpg

Quels sont les prochains projets ?

Daniel : Tout d’abord, nous allons faire la croisière Rock N Roll, ShipRocked, 5 jours dans les Caraïbes. Beaucoup de grands groupes y jouent. Ça sera fun. Et puis, nous prenons un vol directement pour les Grammy à New York. J’espère qu’on en sera pas trop cramés…

Juste après les Grammy, on commence notre tournée en US et ensuite, en Avril, on reprend la route avec Papa Roach aux États-Unis, pour encore 6 semaines. Nous reviendrons en Europe, en juin pour les festivals.

Dernière question – le spectaculaire Scorpion Tail, que pouvez-vous me dire à ce sujet ?

Daniel : L’histoire a commencé il y a environ 3 ans, quand nous étions en train de répéter et Jonny a découvert un moyen de faire passer la guitare, la basse, la batterie et la voix dans l’ordinateur et ensuite dans un programme qui lui permettait de les manipuler complètement et faire ces sons bizarres comme whoh wowh, toc, toc…

Idée initiale, était de faire comme une table de DJ, qu’il puisse manipuler et bouger autour mais le problème était que cela avait l’air d’un jeu vidéo, donc il n’était pas cool.

Donc, mon idée était de construire quelque chose d’énorme et lourd où il puisse monter, se balancer dans l’air quand il manipule le son.

Et chaque fois que vous entendez la guitare et la basse et ses sonorités hautes, vous verrez ce mec dans l’air sur cet engin métallique en train de voler. C’était ça l’esprit derrière le scorpion tail. Ça a été notre plus gros projet.

Nous avons apporté la version réduite pour la tournée européenne. La version américaine est plus grande et pousse Jonny dans les airs et j’espère que nous serons en mesure de l’apporter la prochaine fois ici. C’est très spectaculaire et très dangereux mais j’ai eu cette idée et que je devais essayer.

PhotoGrid_1513171109141.jpg

PhotoGrid_1513189391596.jpg

Merci beaucoup. Je croise les doigts pour les Grammy.

Marc & Daniel : Merci beaucoup.

En sortant de l’interview, je suis tombée sur Jonny Hawkins, le frontman, prêt pour le sound check et nous discutons un peu des Grammy Awards. Il me dit aussi comment il est heureux et honoré d’être nommé mais que probablement, il sera difficile de gagner surtout devant Chris Cornell.

On verra… Souhaitons leur bonne chance pour les Grammy, en attendent leur concert au Download Festival à LE PLESSIS-PÂTÉ / BRÉTIGNY-SUR-ORGE le 17 Juin 2018.

Save the date!

PhotoGrid_1516640081432.jpg

Comments are closed.

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: