Icônes de l’Art Moderne, La Collection Chtchoukine, Fondation Louis Vuitton, Paris, Février 2017

Portrait de Serguei Chtchoukine, 1915, Xan Krohn

(English)
The visit of the exhibition “Icons of Modern Art, the Shchukin collection” is, undoubtedly, an incredible lesson of painting which opens up to our eyes.

Displayed until March 5, 2017 at Fondation Louis Vuitton in Paris, this remarkable exhibition brings together a set of one hundred thirty-six chefs d’oeuvre among the most emblematic of the Sergei Shchukin collection, created in Moscow by the great Russian patron of art.

Here the story and a short resumé of my visit …

Important Moscow industrialist Sergei Shchukin, integrates in 1898 the Parisian circle defending Impressionist, the post-Impressionist and Modern artists constituting an impressive art collection (about 275 paintings) very avant-garde for its time.

In a certain way, the Russian collector found himself in the epicenter of the revolution of art and becomes one of the greatest collector, pioneer of modern art from the beginning of the 20th century.

His passion, his visionary gaze, his personal commitment to the artists who built modern art constitute a model, a reference in the field of world modern art.

His project was to build a “Gallery of paintings dedicated to the education of the public” and ensured that his collection is accessible to all: artists, amateurs or students. His gallery was opened to the public in 1908 and largely contributed to the discovery of the French artists in Russia and strongly influenced the contemporary creation in Russia.

Overshadowed during nearly half a century for ideological reasons, the Shchukin collection will remain an exceptional collection of French art in his Moscow home, the Trubetskoy Palace, between 1898-1914: starting with the”Luncheon on the grass”, 1866, Claude Monet, the oldest painting acquired by Shchukin until latest one “Bunch of grapes, cut Pear in Compote Dish”(1914) by Pablo Picasso.

After the nationalization made by Lenin in 1918 and the exile of Shchukin to Paris, the collection became the jewel of the first Russian modern art museum maintained on the site of Trubetskoy Palace and the Hotel Morozov.

Then, by order of Stalin in 1948, it was divided between the Hermitage Museum in Saint Petersburg and the Pushkin Museum in Moscow where they are currently exhibit.

The paintings were hidden, forbidden to the public eye for many years.

Starting with the 1960s, they began to be shown in certain exhibitions in Russia and abroad as for example in 1970 at the Grand Palais on the occasion of the exhibition “Centenary of Matisse”.

136 chefs d’oevres are displayed  together for the first time outside Russia in the superb building designed by Frank Gehry: A large number of wonderful paintings by Monet, Degas, Gauguin, Cézanne, Matisse, Rousseau or Picasso are confronted with thirty works of major Russian avant-garde who were directly inspired by his collection: Malevich, Popova, Rodtchenko, Rozanova, Gontcharova, Klioune, Larionov or Tatlin.

The Museum route in 13 major sequences allows us to follow the evolution of the taste of the Russian collector in “discovering of modern art” since the first collection of romantic and Symbolist paintings that it meet at the turn of the 20th century up to the amazing sets of modernity of Matisse and Picasso.

That’s some extract from my visit and my favorite works

* painters and the collector – portraits and self-portraits of Van Gogh, Cézanne, Derain, Picasso

Portrait de Benet Soler, 1903, Pablo Picasso

* objects of contemplation – the first collection gather between 1898 and 1905 inspired Symbolist, romantic and impressionistic.

Le Salon du Dauphin à Versailles, Maurice Lobre

* landscape impressions and Monet

Landscape itself as the subject of a major attachment to the collector. It illustrates the deep sensitivity of the collector, the romantic and melancholy of his choice tone. 

He discovers Monet in Paris for the first time in 1898 and he’ll collect 13 canvas which 8 are present here.

Place du Théâtre -Français, Printemps – 1898, Camille Pissarro

Le Déjeuner sur l’herbe, 1866, Claude Monet

Les Rochers à Etretat, 1886, Claude Monet

* landscapes extreme – Fauvist and Cubist with paintings by Matisse, Derain and Picasso, Braque.

Paysage aux Ruines, 1897, Armand Guillaumin

Ancien quartier de Cagnes, 1910, André Derain

Vu de Collioure, 1905, Henri Matisse

Vu du parc Montsouris, 1909-1910, Le Douanier Rousseau

* the dazzling Gauguin room – between 1904 and 1910 Shchukin acquires a set of 16 paintings by Gauguin, 11 are gathered here, all of the Tahitian period, Gauguin paintings reveal the attraction of Shchukin for abstracts extra European expressions, primitivists, orientalists or African. He’s looking in the Douanier Rousseau, Matisse or Picasso.

A-ha on feii? (Eh quoi tu es Jalouse ?), 1892, Paul Gauguin

Le Gué, 1901, Paul Gauguin

* Women portraits:  portraits represent the largest collection after the landscapes. Women are often dreamy, absent and melancholic

Dame en noir, 1876, Auguste Renoir

La Buveuse d’absinthe, Pablo Picasso

L’Espagnole au tambourin, 1909, Henri Matisse

La Danseuse dans L’atelier de photographe, 1875, Edgar Degas

* The Pink Living room – Matisse

The Trubetskoy Palace was a real Matisse lesson through the presentation of major works from the collection, still life paintings, large decorative panels, Moroccan paintings. He had nearly 38 works located in the grand staircase and pink lounge.

‘The Dance’ and ‘The Music’ were commissioned to Matisse in 1909 to decorate the staircase of the Palace

La Desserte (Harmonie rouge, la chambre rouge), 1908, Henri Matisse

Les Capucines à ” la Danse ll”, 1912, Henri Matisse

Nature morte avec Châle de Séville, 1910, Henri Matisse

* still lifes

Bouquet de fleurs dans un vase, 1877, Paul Cézanne

* Picasso room

His works were displayed in a cabinet designed as a place specially dedicated to Picasso presented with totems, African antiques, because Shchukin said that they teach him how to understand Picasso.

L’ amitié, 1907-1908, Pablo Picasso

La Fermière, 1908, Pablo Picasso

*Russian avant garde art

Construction en Blanc (Robot) 1920, Alexandre Rodtchenko

Construction, 1920, Lioubov Popova

Composition 66 (86), Densité de Contrepoids, 1919, Alexandre Rodtchenko

Informations from Exibition Catalogue

”Icones de l’ART Moderne, la collection  Chtchoukine”

Fondation Louis Vuitton, Editions Gallimard




(FR)

La visite de l’exposition « Icones de l’Art Moderne, la collection Chtchoukine » à La Fondation Louis Vuitton, à Paris, constitue, incontestablement, une véritable leçon de peinture qui s’offre à nos yeux.

Ouverte jusqu’au 5 mars 2017, cette remarquable exposition réunit un ensemble de cent trente-six chef d’ouvres parmi les plus emblématiques de la collection Serguei Chtchoukine, crée à Moscou par le grand mécène russe.

Voilà une petit historique et un court compte rendu de ma visite …

Important industriel moscovite Serguei Chtchoukine, intègre en 1898 le cercle parisien défendant les artistes impressionnistes, les post impressionniste et les modernes en constituant une impressionnante collection d’art (environ 275 toiles) très avant-gardiste pour son temps.

D’une certaine façon, le collectionneur russe se trouva dans l’épicentre de la révolution de l’art et devient l’un des plus grand collectionneur, pionnier de l’art moderne du début du 20eme siècle.

Sa passion, son regard visionnaire, son engagement personnel auprès des artistes qui ont bâti l’art moderne constitues un modelé, une référence dans le domaine de l’art moderne.

Son projet a été de bâtir une « galerie de peintures dédie à l’éducation du public » et il a veillé que sa collection soit disponible à tous : artistes, amateurs ou étudiants.

Sa galerie a été ouverte au public en 1908 en contribuant ainsi à la découverte des artistes français en Russie et en influençant fortement la création contemporaine en Russie.

Occulté durant près d’un demi-siècle pour des raisons idéologiques, la collection Chtchoukine restera une exceptionnelle collection de l’art français constituée au sein de sa demeure moscovite, Le Palais Troubetskoi, entre 1898 – 1914 : en commençant avec « Le déjeuner sur l’herbe », 1866, de Claude Monet, la toile la plus ancienne acquise par Chtchoukine jusqu’à la plus récente « Compotier grappe de raisin, poire coupé » (1914) de Pablo Picasso,

Après la nationalisation par Lenine en 1918 et l’exil de Chtchoukine à Paris, la collection est devenue le joyau du premier musée d’art moderne russe maintenue sur le site du palais Le Palais Troubetskoi et l’Hotel Morozov. Ensuite, par le décret de Staline en 1948, elle fut divise entre le Musée de l’Ermitage à Saint Pétersbourg et le Musée Pouchkine à Moscou où se trouvent actuellement.

Les toiles furent cachées, interdites d’exposition et elles ont disparues des yeux du public pour beaucoup d’années.

A partir du 1960, elles ont commencé à apparaitre au fur et à mesure dans des expositions en Russie et ensuite, à l’étranger comme en 1970 aux Grand Palais à l’occasion de l’exposition « Centenaire de Matisse ».

Les 136 chefs d’œuvres sont réunis pour la première fois hors Russie dans le superbe bâtiment conçu par Frank Gehry : Un grand nombre de magnifiques toiles de Monet, Degas, Gauguin, Cézanne, Matisse, Rousseau, Picasso sont joints et confrontés par et avec une trentaine d’ouvres majeures de l’avant-garde russe qui se sont inspire directement de sa collection : Malevitch, Rodtchenko, Popova, Rozanova, Gontcharova, Klioune, Larionov ou Tatline.

Le parcours muséographique en 13 grands séquences permet de suivre l’évolution du goût du collectionneur russe en « découvreur de l’art moderne » depuis la toute première collection de toiles romantiques et symboliste qu’il réunit au tournant du 20eme siècle jusqu’ aux ensembles stupéfiants de modernité de Matisse et Picasso.

Voilà  quelques extrais de mon parcours et mes ouvres préfères

*les peintres et le collectionneur –  portraits et autoportraits Van Gogh, Cézanne, Derain, Picasso

Portrait du Docteur Rey, 1889, Vincent Van Gogh

* Objets de contemplation – la première collection réunie entre 1898 et 1905 d’inspiration symboliste, romantique et impressionniste, des paysages urbains de Paris, Normandie

Avenue de l’opéra, 1898, Camille Pissarro

L’adoration des Mages, tapisserie, 1886-1902, Edward Burne-Jones

Le Chalet dans la montagne, 1874, Gustave Courbet

L’étreinte, 1900, Pablo Picasso

*les paysages impressions -la salle Monet

Le paysage s’impose comme l’objet d’un attachement majeur pour le collectionneur. Il illustre la sensibilité profonde du collectionneur, la tonalité romantique et mélancolique de ses choix. Il découvre Monet à Paris pour la première fois en 1898 et il va collectionner 13 toile dont 8 sont présentes ici.

Dame dans le jardin, 1867 Claude Monet

*paysages extrêmes – fauvistes ou cubistes avec des toiles de Matisse, Marque et Picasso Braque et Derain.

Le Bois De Boulogne, 1902, Henri Matisse

Le Château de la Roche-Guyon, 1909, Georges Braque

Maisonnette dans le jardin, 1908, Pablo Picasso

Combat du tigre et du taureau, un bois tropical, Le Douanier Rousseau

* l’éblouissante salle Gauguin

Entre 1904 et 1910 Chtchoukine acquiert un ensemble de 16 toiles de Gauguin, dont 11 sont réuni ici, datant  toutes de la période tahitienne, les toiles de Gauguin révèlent l’attraction de Chtchoukine pour les expressions abstracts extra européenne, primitivistes, orientalistes voir africaines qu’il recherche également dans les œuvres de Douanier Rousseau, Matisse ou Picasso.

Vairaumati téi oa ( Vairaumati elle se nommait ), 1892, Paul Gauguin

Ruperupe (la cueillette des fruits )1899, Paul Gauguin

*Portraits de la peinture, les portraits féminins

Les portraits représentent la collection la plus importante après les paysages. Des femmes souvent rêveuses, absentes, seules et mélancoliques

Dame en vert, Cavalière, 1909, Henri Matisse

Femme à la fenêtre (étude pour au Moulin de la galette), 1889, Henri de Toulouse – Lautrec

* Le Salon Rose –  Matisse

Le Palais Troubetskoi était un vrai parcours de l’art matissien à travers la présentation des œuvres majeures de la collection, natures mortes post fauve, grands panneaux décoratifs, peintures marocaines. Il comptait près de 38 ouvres situes dans le grand escalier et le salon rose.

« La Danse », et « La musique » ont été commandées à Matisse en 1909 pour décorer le grand escalier du Palais

Nature morte camaïeu bleu, 1909, Henri Matisse

AMIDO, le Marocain et Zorah debout, Tanger, 1912, Henri Matisse

Le Vase bleu ( arums, iris, mimosas ), 1912-1913, Henri Matisse

* Natures mortes

Plats et fruitssur un tapis noir et rouge, 1906, Henri Matisse

*La cellule Picasso : les œuvres étaient présentes dans un cabinet conçu comme un lieu spécialement dédié à Picasso présentés avec des totems, des antiquités africaines car Chtchoukine disait qu‘il lui apprennent comment comprendre Picasso.

Trois femmes, 1907 ou 1908, Pablo Picasso

La Dryade, 1908, Pablo Picasso

* l’avant-garde russe

 

Gare sans arrêt, Kuntsevo, 1913, Kazimir Malevitch

Architectonique picturale, 1918, Lioubov Popova

Composition sphérique non objective, 1922-1925, Ivan Klioune

Sources Catalogue de l’exposition 

”Icones de l’ART Moderne, la collection  Chtchoukine”

Fondation Louis Vuitton, Editions Gallimard

%d bloggers like this: