Deaf Havana, New album -New chapter, Interview with James Veck-Gilodi, Paris -10.02.2017

 

James Veck-Gilodi, Deaf Havana

All these countless nights, album cover

Deaf Havana

James Veck-Gilodi, Deaf Havana
(English) 

I have met James Veck-Gilodi, the frontman of Deaf Havana, just before the debut of their big European tour which will pass through Paris on 23rd of March 2017.He was really excited to come back on stage after quite a long time and present their new album All these countless nights.

The previous one Old Souls released in 2013 practically catapulted the British alternative rock band in the Top 10 of UK charts, earned a great number of good reviews and made them open for big names like Bruce Springsteen, Placebo or Muse.

However, the success was not enough to avoid to the band experiencing some serious financial, management and communications problems that almost split them up. But they did not give up. A sudden burst of inspired songwriting followed and a sonic reborn came out in January 27 with this new record.

All these countless night is fresh, various, with beautiful crafted songs and heartfelt lyrics. A sound that balance from great heavier guitars and catchy anthems (Trigger, Sing) to acoustic melancholic folk ballads (Happiness, Pretty Low).

Let you discover more in the interview below

Let’s start with the new album. What can you tell me about it?

James : I think it is the best album we’ve done yet. We are just extremely happy to release it. We put a hard work on it, the most combined work with the band. Because normally, it is just me and another member of the band that we write and record but this time everybody was there working together. It is probably the thing that we are the most proud that we ever done.

All these countless nights, is this taken from the song Happiness? Why this title?

James: Yes, exactly. Happiness is my favorite song but also covers the general subjects on the record, so I just thought that is quite a nice title.

You had some financial and communication problems; you almost quit the band, what made you stay and start again?

James : We played some festivals in England, like Reading, which is a massive one and I think we just realized that we enjoy playing together as a band. Then also, I started writing again and it was just naturally.

I think we were really depressed about the financial problems, it took a long time to recover… It is not like we just decided to carry on, we just naturally started playing again and we put all this into a record. We fell into it which was really good.

Everything is ok and it is better that it ever has been.

You told me about Happiness is your favorite song, what would be second and third on the favorites list?

JamesPretty Low, it’s the track seven – it is one of my favorite because it is a kind of different of everything we have done before. It is weird, it really does not sound like us, I really love the lyrics and the rhythm.

It is about the feeling of alienation that you might have in London, because there are so many people in there and you realized how insignificant you are.

Another one is Seattle, I really like this kind of acoustic music that really fits to me. I love also the lyrics. I wrote them while we were touring in America which was pretty horrible, so it reminds me of that but at least something good get out of there so I am happy with it.

What can you tell me about Fever? That’s my favorite.

James Oh, thank you. Fever is pretty, Fever seems to be a happy song, but it is not. It is a dark song, really much darker that people can think of it. It is a kind of mixture of ugly with alcohol that affects relationships and stuff. It is about a quite dark period of my life a couple of years ago.

Where come your inspiration from? You are writing about loneliness, nostalgia, but there is some optimism over there… It looks that places you live or you visit are also important …

James Yeah, actually everything inspires me: mostly, people I meet, places I visit, life experiences, mostly the bad ones. I tend to take influence from negative experience because I am always more creative when I feel bad, negative. Most artists are.

I do not know why. I think it is something in the brain that seems to work more in a negative space. I like to think that it is good to take a bad experience and turn into a good song that potentially can help someone, give a smile.

What about your musical influences? Do you have major artist that influenced you?

James Not really. I love artists like Bruce Springsteen, The Smith, The Cure, Police, Jeff Buckley but I could not say who is my major influence.

In the band, we have such different tastes in music. Some of us love hip hop, some of us love acoustic music.

What do you listen in this moment?

James : I have a friend of mine Lewis Watson, who is going to release a new album which is really good.

You guys started very young, how did your band evolved since then?

James : When we first started, we were something like 14 years old, we were really young and we did not take this seriously. It was just something to do when we were bored. And we started to play heavier music and we just realized that we did not like heavy music. Then, we started to play what Deaf Havana looks like now.

Actually, the only thing that really changed is that we stared to do seriously. But we are doing for the same reasons because we like to play music. Not because we want to be famous or to be rich but just because we love music. Obviously, our music evolved to something more mature but the reason behind playing stays the same.

Your brother is part of the band now? How is it to play with him?

James: Oh, it is good. Even when he was not in the band we used to play music together because we grew up together. It is very easy. Him and myself are really best friend, we never fight.

What makes you start playing music and not doing anything else? I do not know like playing football for example…

James:  I just always loved music then I got a guitar when I was 12 years old. I just fell in love immediately.

I am terrible to anything else, music is the only thing I am good at. I was never good in sport or in at school

You are playing guitar, what is the other instrument that you love?

James : I used to play saxophone. I still can play a little bit but mostly I forgot how to play. I would love to play to saxophone properly again.

I heard that one of your favorite writers is Charles Bukowski …

James Yeah, I have his name tattooed on my hands. He is like my biggest lyrical influence. I love his poems, I love his books – he just wrote in such an open way. I love it.

Promoting via social media, new way of communications what do you think about this?

James : I do not really like it. I am a bit old fashion in that sense.

Obviously, you have to do it now because if you do not do it you get behind.

A lot of people treating band like brands now, it does gets you somewhere but I wished not to be like that.

I wish we could promote music through music like people used to and not to Twitter or Instagram posts.

And all these streaming platforms. People does not buy music as before …

James : In a way, it is easier because bands like us do not make money by selling records but we make money from concerts. If people stream on music and come to a concert that works for us because this is how we make money.

So obviously, it could be great if more people buy records, but my theory is that as long as people hear our music they come to the concerts, so I do not mind so much this streaming platforms.

You toured with Bruce Springsteen, Placebo, Muse. Did they influence you in a way or another?

James Yes, it was really surreal to tour with them, I was so nervous. Definitely, they influenced us. Bruce Springsteen and Placebo, massively.

Do you have a favorite place you would like to play and you did not play yet?

James : I would like to play to South America, just because I would like to go there. We played in Australia, it was really great

What do you think about rock scene now?

James : I think it is less of a scene rock now. It is more pop, dance or electronic music. I do not know for the other countries, but in England, there is not much guitar music on the radio now, it is more like dance. But there is still a rock scene, there is still room for it but definitely for rock band is a little bit harder now.

What would be the biggest advantage to be in a rock band?

James The fact that you can play music for living. The thing that I love the most in the world is my job, too.

And the biggest inconvenient?

James I would say touring. I love touring but it is really hard when it is too long.

When you are young you think that it is gonna be fun, like wow, you will be with your friends in holiday but finally it is not like this. It is really hard. It is fun for a week but when you’ve been doing for 6 – 8 weeks is really difficult.

You do not sleep too much, you drink too much, you miss your friend and family.  I did not realize that is gonna be so hard.

I am writing for Rock Art Fashion, so I have two questions. Art, do you have a favorite artist?

James:  Salvador Dali – I love the surreal. His work is like an acid trip .

What about fashion, you have some beautiful tattoos…

James: Oh, they are not so beautiful. I’ll do some others, still have enough space but not on my face.

And a favorite Fashion designer?

James : Alexander Mc Queen.

What are the next projects?

James : We already started to think about the next album, we do not want to stay away long time now. I always write music when I have time, so we already have some new songs ready.

What do you expect from the upcoming show in Paris?

James : I think it will be fun. We did not play here for 4-5 years and we are very happy to be back.

Thank you very much for your time.

James :Thank you

James Veck-Gilodi (lead vocals), Lee Wilson (bass guitar), Tom Ogden(drums), Matthew Veck-Gilodi (lead guitar, backing vocals, rhythm guitar), Max Britton (keyboards) will play in Paris on 23 March 2017 at Backstage By the Mill and it is really not to be missed.

ALL THESE COUNTLESS NIGHTS released on 27/01/2017 at So recordings

http://www.deafhavanaofficial.com/

James Veck-Gilodi, Deaf Havana

(Français)

J’ai rencontré James Veck-Gilodi, le frontman de Deaf Havana, juste avant le début de leur tournée européenne qui passera par Paris le 23 mars 2017 et il était vraiment impatient de revenir sur scène après une période assez longue d’absence et présenter leur nouvel album « All these countless nights »

L’album précédent « Old Souls » sorti en 2013 avait pratiquement catapulté le groupe de rock alternatif britannique dans les Top 10 des UK charts, a obtenu un grand nombre de bonnes critiques et les avait fait monter sur scène avec de grands noms tels que Bruce Springsteen, Placebo ou Muse.

Visiblement, le succès n’a pas été pas suffisant pour leur éviter des graves problèmes financiers, de management et de communication qui les ont presque divisés. Mais, lls n’ont pas renoncé.

Un sursaut d’inspiration plus tard et voilà une véritable renaissance musicale dévoilée janvier 2017 avec ce nouvel opus.

« All these countless nights » est frais et varié. Des belles chansons bien travaillées, des paroles sincères et tourmentées. Un son qui balance entre des guitares plus lourdes sur des hymnes accrocheurs (Trigger, Sing) et des guitares plus folk, acoustiques sur de ballades mélancoliques (Happiness, Pretty Low).

Mais laissons mieux parler James Veck-Gilodi

Que peux- tu me dire sur le nouvel album ?

James : Je pense que c’est le meilleur album que nous avons fait jusqu’à maintenant. Nous sommes vraiment très heureux et fiers de résultat. Nous avons mené un travail acharné, le team work le plus important avec le groupe. Parce que normalement, c’était juste moi et un autre membre du groupe, nous écrivons et enregistrons dans le passé, mais cette fois-ci, nous avons tous travaillé ensemble.

 « All these countless nights ” le titre vient de la chanson Happiness ? Pourquoi ce titre ?

James : Oui, exactement. Happiness est ma chanson préférée mais elle couvre également tous les thèmes de l’albums donc j’ai juste pensé que ça fera un joli titre.

Vous avez eu beaucoup de problèmes financiers et de communication. Tu as presque quitté le groupe. Qu’est-ce qui t’a fait changer d’avis et recommencer ?

James : Nous avons joué quelques festivals en Angleterre, comme Reading qui est un festival énorme, et je pense que nous avons réalisé que nous aimons jouer ensemble, nous aimons être un groupe.

Et aussi, j’ai commencé à écrire à nouveau. C’est venu naturellement. Je pense que nous étions vraiment déprimés, il nous a fallu beaucoup de temps pour nous remettre … Mais ce n’était pas comme nous avons juste décidé de poursuivre, c’était naturellement. Nous avons commencé à jouer à nouveau et donc, nous avons décidé de mettre tout sur un nouvel album.

Maintenant tout va bien, mieux que jamais.

Tu m’as dit que Happiness est ta chanson préférée. Quels sériont la deuxième et la troisième ?

James: Pretty Low – C’est une de mes préférés parce qu’elle est différente de tout ce que nous avons fait auparavant. C’est bizarre, elle ne sonne vraiment pas comme nous. J’adore les paroles et le rythme. Elle parle du sentiment d’aliénation à Londres, car il y a tellement de gens là-bas et parfois,  on peut se sentir tellement insignifiant.

Une autre est Seattle, j’aime beaucoup cette musique acoustique. Ça me correspond vraiment. J’aime les paroles aussi. Je les ai écrites alors que nous étions en tournée en Amérique et c’était assez horrible. Donc, cela me fait penser à cette tournée, mais au moins cela a donnée quelque chose du bon et j’en suis heureux.

Et Fever ? C’est ma préférée.

James Oh, Merci. Fever est une jolie chanson. Fever semble être un titre joyeux, mais il ne l’est pas. C’est une chanson sombre, vraiment beaucoup plus sombre que les gens peuvent penser. C’est une sorte de mélange de laid avec de l’alcool qui affecte les relations et autres choses. Il s’agit une période assez sombre de ma vie, il y a quelques d’années.

D’où vient ton inspiration ? Tes paroles sont sombres, tu parles de solitude, de nostalgie… Il semble que les endroits où vous vivez ou que vous visitez sont importants…

James Tout m’inspire, surtout les personnes que je rencontre, les endroits que je visite, les expériences de la vie, surtout les mauvaises. J’ai tendance à prendre de l’inspiration des expériences négatives parce que je suis toujours plus créatif quand je me sens mal, négatif. La plupart des artistes le sont. Je ne sais pas pourquoi. Je pense que c’est quelque chose dans le cerveau qui semble fonctionner davantage dans un environnement négatif.

J’aime penser qu’il est bon de prendre une mauvaise expérience et la transformer en une bonne chanson qui potentiellement peut aider quelqu’un, donner un sourire.

Et tes influences musicales ? As-tu un artiste majeur qui t’as influencé ?

James : Pas vraiment. J’aime Bruce Springsteen, The Smith, The Cure, Police, Jeff Buckley, mais je ne pourrais pas dire qui est mon influence majeure. Dans le groupe, nous avons des goûts différents en musique. Certains aiment le hip-hop, certains aiment la musique acoustique…

Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ?

James : J’ai un ami à moi Lewis Watson, qui va sortir un nouvel album qui est vraiment bon.

Vous avez commencé très jeunes, comment tu considères que votre groupe a évolué depuis ?

James : Lorsque nous avons commencé nous avions quelque chose comme 14 ans, nous étions très jeunes et nous ne prenons pas trop au sérieux. C’était juste quelque chose à faire quand on s’ennuyait. Et nous avons commencé à jouer de la musique plus heavy et nous avons réalisé que nous ne l’aimons pas trop. Puis nous avons commencé à jouer quelque chose qui ressemble plus au Deaf Havana de maintenant.

En fait, la seule chose qui a vraiment changé est que nous avons commencé à faire les choses plus sérieusement. Mais nous les faisons pour les mêmes raisons, parce que nous aimons jouer de la musique. Et non pas parce que nous voulons être célèbres ou riches, mais tout simplement parce que nous aimons la musique. Évidemment, notre musique a évolué vers quelque chose de plus mature, mais la raison derrière reste le même.

Ton frère fait partie officiellement du groupe maintenant. Vous vous entendez bien ?

James : C’est Super. Même quand il n’était pas dans le groupe, nous avions l’habitude de jouer de la musique ensemble parce que nous avons grandi ensemble. C’est très facile. Lui et moi sommes les meilleurs amis, nous ne nous disputons jamais.

Et pourquoi jouer de la musique et pas faire une autre chose ? Je ne sais pas,comme jouer au football…

James : J’ai toujours aimé la musique puis j’ai eu une guitare quand j’avais 12 ans. Je suis juste tombé amoureux immédiatement. Et puis, je suis terrible à autre chose, la musique est la seule chose que je sache faire. Je n’ai jamais été bon en sport ou à l’école.

Tu joues de la guitare. Tu as un autre instrument que tu aimes ?

James : J’ai joué du saxophone. Je peux encore jouer un peu, mais j’ai oublié pas mal. J’aimerais jouer correctement à nouveau.

J’ai entendu qu’un de tes écrivains préférés est Charles Bukowski…

James : Oui, c’est vrai.J’ai son nom tatoué sur mes mains. Il est ma plus grande influence lyrique. J’adore ses poèmes, j’adore ses livres. Il a écrit d’une façon tellement directe.

Promotion via les médias sociaux, nouveaux moyens de communication que pense-tu ?

James : Je n’aime pas vraiment. Évidemment, il faut le faire maintenant parce que si vous ne le faites pas vous passez derrière. Je souhaite que nous pourrions promouvoir la musique par le biais de la musique comme avant et ne non par de messages Twitter ou Instagram.

Je suis un peu old fashion en ce sens.

Et platesformes de streaming ? Les gens n’achètent plus de la musique comme avant…

James : En quelque sorte, il est plus facile parce que les groupes comme nous ne font pas de l’argent en vendant des disques mais nous faisons de l’argent des concerts. Si les gens écoutent de la musique et viennent aux concerts, c’est OK pour nous. Alors évidemment, que ça pourrait génial si plus de gens achètent des disques, mais ma théorie est que, tant que les gens entendent notre musique sur platesformes de streaming et ils viennent aux concerts, cela je ne me dérange pas tellement.

Vous avez fait des tournées avec Bruce Springsteen, Placebo, Muse…Ils vous ont influencé dans un sens ou un autre ?

James : C’était vraiment surréaliste de tourner avec eux, j’étais tellement nerveux. Oui, ils nous ont certainement influencé surtout Bruce Springsteen. Et Placebo aussi, massivement.

Vous avez un endroit préféré où vous souhaiteriez jouer ?

James : Je voudrais jouer en Amérique du Sud, tout simplement parce que je voudrais y aller. Nous avons joué en Australie, c’était vraiment super

Que pensez-vous de la scène rock de maintenant ? 

James : Il y’a moins de rock scène maintenant. C’est plus de la pop, de la dance ou de la musique électronique. Je ne sais pas pour les autres pays, mais en Angleterre, il n’y a pas beaucoup musique de guitare à la radio… maintenant c’est plus de la dance music. Mais il y a encore une scène de rock, il y a encore de la place, mais certainement pour un rock band est un peu plus difficile maintenant.

Quel est le plus grand avantage d’être dans un groupe de rock ?

James : Le fait que vous pouvez jouer de la musique pour vivre. La chose que j’aime le plus au monde est mon métier aussi.

Et le plus grand inconvénient ?

James : Je dirais les tournées. J’aime tourner, mais il est vraiment difficile quand c’est trop long. Quand vous êtes jeune, vous pensez que ça va être amusant, vous allez être avec vos amis en vacances, mais finalement ce n’est pas comme ça. C’est vraiment difficile. C’est amusant pour une semaine, mais quand il faut le faire 6 – 8 semaines est vraiment dur. Vous ne dormez pas trop, vous buvez trop, vous manquez votre famille et vos amis.

J’écris pour Rock Art Fashion. As-tu un artiste préféré ?

James : Salvador Dali – j’adore le surréalisme. Son travail est comme un acid trip.

Et sujet mode, tu aimes les tatouages – tu as de beaux tatouages.

James : Oh, ils ne sont pas si beaux mais je vais faire d’autres, j’ai encore beaucoup d’espace. Mais pas sur mon visage.

Un styliste préféré ?

James : Alexander Mc Queen.

Quels sont les prochains projets ?

James : Nous avons déjà commencé à penser à l’album suivant.Nous ne voulons pas rester longtemps loin cette fois. J’écris toujours de la musique quand j’ai le temps, donc nous avons déjà quelques inédits…

Qu’attendez-vous du show à Paris, le 23 Mars 2017 ?

James : Je pense que ce sera amusant. Nous n’avons pas joué ici depuis 4-5 ans et nous sommes très heureux de revenir.

Merci beaucoup pour ton temps.

James : Merci à toi

James Veck-Gilodi (chant), Lee Wilson (guitare basse), Tom Ogden(drums), Matthew Veck-Gilodi (guitare rythmique, guitare solo, chœurs), Max Britton (claviers) seront à Paris le 23 mars 2017 au Backstage by the Mill et vraiment il ne faut pas les manquer.

ALL THESE COUNTLESS NIGHTS est sorti le  27/01/2017 au So Recordings

http://www.deafhavanaofficial.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

%d bloggers like this: