Minor Victories : In Conversation with Justin Lockey – Interview

img_20160712_224619.jpg

(EN)

The musical equation is simple:  4 talented artists

Rachel Goswell (SlowDive) + Justin Lockey (Editors) + Stuart Braithwaite (Mogwai ) + James Lockey (Hand Held Cine Club)

And the result is astronomical = Minor Victories.

This new born remarkable sound is a combination of distortion noisy indie rock, orchestral interludes and a delicate sweet voice.

Definitely, Minor Victories is not only a great phenomenal sound but also a totally different way of doing music.

I had the chance to discuss with Justin Lockey, the initiator of this superband-project, who revealed the secrets of this original amazing collaboration.

How this adventure Minor Victories started?

It started with Rachel and me, our bands Editors and Slowdive shared both the same management, so when Slowdive came back and started tour again, the manager said -“you should probably get into Rachel because I think you are getting well together and make some music”

So, I sent her a track which on the record turn into Out to Sea and we started to exchange some ideas.

Then I went out to make another Editors record and Rachel went out touring with Slowdive.For Editors, we wanted a female vocal, so we got Rachel in and she said we really have to finish the record as this music is really good.

I said “ok let’s find someone else” and we contacted Stuart from Mogwai that Rachel met on festivals.So we sent him some tracks and he said he’d love to work with us. I also  contacted my brother, James, who does bass and drums.

So, we started with some ideas and we just end up making a record together. It was quite strange. At the beginning, it was only Rachel and me, then we’ve got Stuart and James, we started making music and we started to sound like a band and not like a project anymore. We did not expect to turn into a band together.

How do you communicate?

Everything over the Internet : email, Skype, phone, texts. Anyone having an idea, we run with it, sent to each other then all back to me and I put it all together in my studio at home. It just seems like a non-pressure easy way to work. All record came together, no stress at all, we all enjoyed and wanted to do this way.

Definitely, it is another way of doing music as usually first, we are already friends with people, we are hanging out, share experiences before starting a band. In our case, we did not know each other. I did not know Stuart and I didn’t really know Rachel.

It is a different way, special, we turn into a band almost after we did the record, it the reverse way of doing things. You start knowing people via music and communication.

Is it first time when you are doing music with your brother?

No, we’ve always played music together, usually do stuff like jazz, world music, but first time that we’ve worked together in indie rock area.

Why Minor Victories?

A friend of mine called Hazel has a band, Lanterns on the Lake, a lovely beautiful band and they did an EP about 5 year ago with the title Misfortune and Minor Victories.I thought it was a great title and I told her I will steal it one day. She said, no you can’t as we already use it but she heard the record and she really loved it, so she said Ok, you can have it.

How do you qualify the sound of Minor Victories?

It is a mix of lot of things but definitely it has his own sound, it is our record, we did not try to do a record of one of these bands that we are involved. People will say, it sounds like Minor Victories…I do not know, maybe it is a cinematic sound.

You used parts like symphonic orchestra, lot of violins, piano, how comes the idea?

Yes, I did not want to play guitar that much, I wasn’t in a guitar mood when I made this record and plus Stuart is a great guitarist, his sound is so big, so full. I did not think that it was any need for me to play guitar, so the things that I would do on guitar I translated to strings, pianos, to give it another texture and really important part of the sound is orchestral. It was a real challenge for me and I love this sound.

How about lyrics?

Lyrics are all Rachel. I am not a lyrics writer. Lyrics are usually very personal to singers and I know that these lyrics are all very personal to Rachel. They just tell the story of her life throughout the record, actually her life of the last couple of years is now embodied in the record. It is quite dark and honest, it is good and real.

Would you decrypt 4 songs for me?

Give up the ghost

It starts with like a choral sound, a quiet sound and it was not going to sound like that. I had totally other plans for it, but when everyone started to put his part on, it was just emerged this big bold thing and I know it is going to be the opening track of the record.It just seemed like a good introduction, this kind of atmospheric sound, big drums then all puff …

Breaking my Light

It started just with piano and Rachel voice, like 2 minutes long and it really sounds beautiful. I just did some really soft strings, then I sent it to Stuart who extend it. He put some beautiful and delicate guitars but when I got it back, I wasn’t quite sure that it is so good as it could be so, I remade the entire thing, using the parts that we have already made, glacial guitars, Rachel’s piano and Rachel’s vocals and tried to do more of cinematic strings action and drums. For the intro, it was missing a really complex beat, so I did this.

Scattered Ashes

I think it is the popiest track on the record, it is quite up but the lyrics are quite dark so you have a clash between the darkenss of the lyrics and this almost pop song, fuzzy pop.

It was started from Stuart with really rough guitar chords, and it turned into more of a story – it is good track to play live.

A Hundred Ropes

It is the track where we find all the elements of the record. So it was the first track that anyone really heard, it makes senses to play this one because it gives a hints of what happen in the whole record, got the strings, the guitars. Rachel’s voice is really clear, really big on it. It seems like a good introduction to the band and we really had fun making it.

And the video? The samurais?

Yes, I am highly influenced by Akira Kurosawa style, very clean, majestic, almost balletic style of his films and as it was our first video that really people will see, I thought well, I do not want to do a band in a room as we are not that kind of band, I thought to do an extension of our influences.

Tell me about the short films

Yes, films one, two, three, four …as there will be more … As I said before, usually first we are friends then we make a band and we do not have this.

The films are a kind of imagination of what we would be like if we knew each other before, a kind of filling in the gaps in a symbolic way:  how we formed this band, what we feel for, things that we like, more stories from each of people characters in the band, how they lived.

They are all very abstract in a way how we did it but I think in my head, when I write them they all make sense. Hopefully, by the end of the record they will all make sense to each other.

And in the first film we can see the Minor Victories album art work

I draw a lot, sketch. I have sketch books with me when I make music and I draw a lot of geometric shapes with pencils. And that kind of cross, plus shape came out while making the record. It looked good to me and I felt right to use it for the record.

img_20160712_224200.jpg

 

How will you manage with the very busy summer festivals playing between the Editors, Slowdive and Minors Victories shows?

We will be very busy. I’ll spend my life in hotels room and airports. We have a shared calendar and everyone knows where are the others at any moment. It’s is gonna be busy which is very fine.

What kind of music do you listen to?

I listen a lot of classical music because I play a lot of indie rock music, so I really do not want to listen to same kind of music that I play. You know, I tend to listen things that do not sound like the things I make.

What artist do you consider that had more impact on you as a musician?

Lots, so many… Pixies and Nirvana, stuff like that has a big impact when I was a teenager, then modern minimalist like Steve Reich, Phillip Glass, avant-garde kind of composers.

Debussy and Bjork, definitely a big influence too.It depends in what mood I am or on what I am working on music or films.

Do you plan to invest more in making films?

Yes, definitely I just need time, more time. I did these films for the band, and yes, eventually I have to break out into actual films. I already write, plan short films and features. But I am not in a rush. I will do when it is the right time.

Do you still have some materials with Minor Victories that you did not record?

Yes, in UK it will be a kind of bonus EP with orchestral variations of the songs.I took the whole record and started again, with orchestral mind set, totally different. No vocals, no guitar, no drums, just violin, woodwind, percussions. I guess we’ll do much more.

Minor Victories collaboration – Is this a new way of making music?

It is a great way of making music, nothing but positive experiences, a very good journey, it fits in the way how we work, in our stories. I’ll make a record like this every day of the week if I could. We had funny times, no pressure as no one expected it, so plenty of freedom.

And the result is really Fabulous.

Minor Victories = Major Best Sound & Vision

The album is out now and we will have the occasion to see them on the road this summer.

In Paris, they will perform end of October 2016 at Pitchfork Festival.

More on 

http://minor-victories.com/

(FR)

L’équation musicale est simple : 4 artistes talentueux Rachel Goswell (SlowDive) + Justin Lockey (Editors) + James Lockey (Hand Held Cine Club) + Stuart Braithwaite (Mogwai) et le résultat = le Supergroupe Minor Victories est astronomique.

Ce remarquable nouveau son est une combinaison d’indie rock bruyant et distorsionné, des passages orchestraux et une voix douce, délicate.

Et Minor Victories est non seulement un son phénoménal, mais aussi une nouvelle manière totalement différente de faire de la musique.

J’ai eu la chance de discuter avec Justin Lockey, l’initiateur de ce groupe- projet et il révèle ci-dessous les secrets de cette collaboration originale étonnante.

Comment a commencé cette aventure Minor Victories ?

Tout a commencé avec Rachel et moi, nos groupes Editors et Slowdive, partagent le même management, donc quand Slowdive est revenue et a commencé leur tournée, notre manager m’a dit « tu devrais contacter Rachel et faire de la musique ensemble parce que je pense que vous vous entendriez très bien ».

Alors, je lui ai envoyé un morceau qui, sur l’album s’est transformé en Out to Sea, et nous avons commencé à échanger des idées.

Puis, je suis parti pour faire un nouvel album avec Editors et Rachel est partie en tournée avec Slowdive.

Pour Editors, nous voulions une voix féminine, donc nous avons collaboré avec Rachel et à ce moment, elle a dit que nous devrons vraiment finir ce projet car cette musique est vraiment bonne.

J’ai dit « ok, il faudra trouver quelqu’un d’autre » et elle a pensé à Stuart de Mogwai qu’elle avait rencontré sur des festivals. Alors, nous lui avons envoyé quelques chansons et il a dit qu’il aimerait travailler avec nous. J’ai contacté mon frère, James, qui joue à la basse et à la batterie.

Et donc, nous avons commencé avec quelques idées et on a fini par faire un album ensemble. C’était assez étrange. Au début, il y avait que Rachel et moi, puis Stuart et James nous ont rejoint, donc nous avons commencé à devenir un vrai groupe et non seulement un projet. Nous ne nous attendions pas de tout à former un groupe ensemble.

Comment communiquez-vous ?

Internet, email, Skype, téléphone, textes. N’importe qui ayant une idée, on l’a travaillé, renvoyé les uns aux autres puis tout finissait chez à moi. J’ai tout ressemblé dans mon studio à la maison.

C’était une méthode de travail facile, sans pression. Toutes les pièces ont été ainsi réunis, pas de stress, nous avons tous apprécié et voulu faire de cette façon.

Certainement, c’est une autre manière de faire de la musique. D’habitude d’abord, nous sommes déjà amis avec les gens, on sort ensemble, on partage des expériences avant de fonder un groupe. Dans notre cas nous ne connaissions pas mutuellement. Je ne connaissais pas Stuart et pas vraiment Rachel.

C’est spécial, nous sommes devenus un group presque après que nous avons fini l’enregistrement de l’album. C’est la manière inverse de faire les choses, vous commencez à connaître les gens par le biais de la musique et de la communication.

Est-ce que c’est la première fois que tu fais de la musique avec ton frère ?

Non, nous avons toujours joué de la musique ensemble. En général, on a fait des choses comme du jazz, musiques du monde, mais c’est la première fois que nous avons travaillé ensemble dans l’indie rock.

Pourquoi Minor Victories ?

Un de mes amis qui s’appelle Hazel est dans un groupe, Lanterns on the Lake, un beau groupe et ils ont fait un EP avec le titre Misfortune and Minor Victories il y a environ 5 ans. J’ai pensé que c’était vraiment un excellent titre. Je lui ai dit que je vais le voler un jour, qu’elle a dit, non, tu ne peux pas car nous l’avons déjà utilisé mais elle a entendu l’album et elle l’a vraiment aimé, alors elle a dit Ok, vous pouvez l’avoir.

Comment qualifie-tu votre Sound ?

C’est un mélange de beaucoup de choses mais certainement Minor Victories a son propre son. C’est notre album, on n’a pas essayé de faire un album de l’une de ces groupes qui nous participons.

Je ne sais pas, peut-être que c’est un son cinématique.

Vous avez utilisé beaucoup de violon, piano, un son orchestral. Comment est venue cette idée ?

En fait, je ne voulais pas jouer de la guitare, je n’étais pas d’humeur guitare lorsque j’ai fait cet album et en plus Stuart est un grand guitariste. Je ne pensais pas qu’il était nécessaire pour moi de jouer de la guitare et les choses que j’aurais faites à la guitare, je les ai traduites à des cordes, pianos, pour lui donner une nouvelle texture. Donc, une partie très importante du son est orchestrale. C’était un vrai défi pour moi et j’aime ce son.

Et les paroles ?

Les paroles sont 100% Rachel. Je ne suis pas un parolier. Les paroles sont habituellement très personnelles aux chanteurs et je sais que ces paroles sont toutes très personnelles à Rachel. Elles racontent l’histoire de sa vie tout au long de l’enregistrement. En fait sa vie de ces dernières années est maintenant incorporé dans l’enregistrement. Elles sont sombres, honnêtes et vrais.

Pourras- tu décrypter 4 chansons ?

Give up the Ghost

Elle commence comme une chorale, un son calme et il n’allait pas être comme ça au début. J’avais d’autres plans pour cette chanson, mais quand tout le monde a commencé à mettre de sa part dessus, ce grand son « BOLD » a émergé et j’ai su que ça sera notre titre d’ouverture. Il me semblait simplement une bonne introduction, ce genre d’atmosphère, de gros tambours puis paff…

Breaking my light

Elle commence juste avec le piano et la voix de Rachel, pendant 2 minutes et ça sonnait vraiment bien. J’ai juste rajouté quelques cordes douces puis, je l’ai envoyé à Stuart pour l’améliorer. Il a mis quelques guitares belles et délicates, mais quand elle est revenue je n’étais pas sûr qu’elle soit aussi bonne qu’elle pourrait l’être. Et donc, je l’ai refaite entièrement en utilisant les éléments que nous avons déjà enregistré, de guitares glaciales, le piano de Rachel et la voix de Rachel et j’ai rajouté plus de batterie.Pour l’intro, il manquait vraiment un rythme plus complexe, donc je l’ai rajouté.

Scattered Ashes

Je pense que c’est la chanson la plus pop de l’album mais les paroles sont assez sombres, donc il ya un vrai contraste entre la noirceur de paroles et le rythme fuzzy pop. Elle a été lancée par Stuart avec accords de guitares rugueuses, puissantes et elle est devenue une histoire –super bien à jouer en live.

A Hundred Ropes

C’est la chanson où nous trouvons tous les éléments de l’album. Il était donc le premier morceau que tout le monde allait entendre. C’était évident de choisir celle-là car elle donne une idée sur l’ensemble de l’album – il y a les cordes, les guitares, la voix de Rachel est vraiment claire et puissante. C’était une bonne présentation de notre groupe.

Et la vidéo ? Les samouraïs ?

Je suis très influencé par Akira Kurosawa, le style très propre, majestueux, presque balletic de ses films et comme c’était notre première vidéo je ne voulais pas faire un groupe qui joue dans une pièce car nous ne sommes pas ce genre de groupe, donc j’ai pensé faire une extension de notre influence.

Raconte-moi les films un, deux….

Oui, les courts métrages un, deux, trois, quatre… il y aura d’autres.Comme je l’avais dit avant, généralement, tout d’abord nous sommes amis, puis nous faisons un groupe et ce n’est pas notre cas.Ces films sont une sorte d’imagination de ce que nous serions si on se connaissait avant, une sorte de manière symbolique de combler les lacunes : comment nous avons formé ce groupe, ce que nous ressentons, les choses que nous aimons, plus d’histoires de chacun d’entre nous, comment on a vécu. Ils sont très abstraits dans la façon que nous les avons faits, mais je pense que dans ma tête, quand je les ai écrits, ils ont tous un certain sens.

Et dans le premier film, nous pouvons voir le symbole, le artwork de l’album

Je dessine beaucoup, des croquis. J’ai des carnets de croquis avec moi quand je fais de la musique et je dessine beaucoup de formes géométriques donc cette sorte de croix, signe plus est sorti alors que je travaillais sur l’album, cela m’a semblait bien de l’utiliser pour la couverture.

Comment allez-vous gérer avec les festivals d’été jouant entre Editors, Slowdive et Minor Victoires?

Nous serons très occupés. Je vais passer ma vie dans les chambres d’hôtels et aéroports. Nous avons un calendrier partagé et tout le monde sait où sont les autres à tout moment.Cela va être chargé mais cela va être bien.

Quel genre de musique tu écoutes ?

J’écoute beaucoup de musique classique parce que je joue beaucoup de musique indie rock, donc je ne veux vraiment pas écouter le même genre de musique que je joue. J’ai tendance à écouter des choses qui ne sonnent pas comme les choses que je fais.

Quel artiste a eu le plus d’impact sur toi comme un musicien ?

Beaucoup … Pixies et Nirvana, trucs comme ça, ont eu un impact important quand j’étais un adolescent, puis le minimaliste moderne de Steve Reich, Phillip Glass, ce genre avant-gardiste de compositeurs.Debussy et Bjork, ont eu certainement une grande influence aussi. Ça dépend de quelle humeur je suis ou si je travaille sur de la musique ou des films.

As-tu l’intention d’investir davantage dans la réalisation des films ?

Oui, vraiment j’ai besoin du temps, beaucoup plus de temps. J’ai fait ces films pour le groupe et oui, finalement que je dois m’investir dans des films réels. J’ai déjà écrit des courts-métrages. Mais, je ne suis pas pressé. J’attends le bon moment.

Avez-vous encore du matériel Minor Victories que vous n’avez pas enregistré ?

Oui, au Royaume-Uni, ce sera une sorte de bonus EP avec variations orchestrales des chansons. J’ai pris l’ensemble de l’album et j’ai tout recommencé, avec orchestre, totalement différent.  Il n’y a pas de voix, pas de guitare, pas de batterie, juste de violons, flutes, percussions.

En conclusion, Minor Victoires – est-ce que c’est une nouvelle façon de faire de la musique ?

C’est un excellent moyen de faire de la musique, j’ai que des expériences positives, un très bon voyage, il s’inscrit dans la manière dont nous travaillons, dans nos histoires.Je ferais un album comme celui-là tous les jours de la semaine, si je le pouvais. Nous avons eu des moments drôles, sans pression, beaucoup de liberté.

 

Et le résultat est vraiment fabuleux… L’album est sorti en juin et nous aurons l’occasion de les voir sur la route des festivals d’été et à Paris fin octobre 2016 pour le Pitchfork Festival.

Plus d’informations

http://minor-victories.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

%d bloggers like this: