Bloc Party – New Record, Interview and Live Pictures in Paris – March 2016

image

image

Kele Okereke

image

Russell Lissack

image

image

The British indie rock band, Bloc Party are back with an excellent new record, the fifth one, called Hymns, released end of January 2016.

13 years of career and they proved once again with Hymns, their incredible skills and capacity to constantly reinvent themselves, their permanent searching for new horizons.

More mature and personal, this new album came up with a new sound – melancholic and sophisticated, sombre and haunting (Fortress, My True Name, Only he can heal me, Virtue, Different drugs) but also sometimes very dance floor (The Good News, The Love Within), or  beautiful ballads (Exes) and also with new lyrics style : spiritual and religious, talking about love, heartbreaks and absence.

But the major change – a new line-up – that obviously fits them very well.

The charismatic frontman Kele Okereke with his clear, warm and powerful voice accompanied by the creative Russell Lissack, the Guitar Magician with his delicious riffs, were joined recently by a bright and talented drummer – A girl with golden arms – Louise Bartle and by Justin Harris who came all along from Portland – Oregon –US, playing bass and keep the rhythm with a fantastic precision and facility.

image

Louise Bartle

image

Justin Harris

image

image

Few hours before their awesome performance at Trianon in Paris, I chatted with Russell and Justin about their new record, working style and changes…Here some interesting things I found out.

New record and writing process
Russell confess“ Kele and I started writing in 2014. It was quite a graduate process, 2-3 days per month in the studio, working together on new ideas, raising some songs together. Justin joined us by the end of 2014 and work with us for few songs, then we did some rehearsals, playing the new songs, bringing them to life and finally, we recorded 4 weeks in summer of 2015.

It was a simple process, more drawn out that all things we did in the past, it was a less stressful experience. It was also a different working method to our previous album Four, which was more 4 people in a room jamming together”.

Electro Influence
Russell explains “At that time, I was listening a lot of electronic music and I thought using this for inspiration and do more with the guitar. We wanted  to experience new things, we found interesting to try to do sounds, tones and atmospheres that we never done before and that we do not traditionally associate with guitars.
The inspiration is electro but the actual sound, not really. We used very little keyboards, the majority of the sound is done with guitars and live instruments”.

So definitely, if we listen to Russell, it is so easy and evident to write great music…

image

image

image

image

What comes before music or lyrics
“Traditionally, music first, but for Hymns, it was the first time when lyrics did come first, more precisely, we had some very basic frame work for vocal melodies, then lyrics came up and we changed the music afterwards. It was quite different of how we have done the things in the past”.
But I could not find more about the lyrics as this is exclusively Kele’s part …

Asking them to pick up one favourite song from the album, Russell choose “Only he can heal me” the first one they wrote, because of the dark and breathing ambience -(it will be the first track on their set list at Trianon).
As about Justin, he loves ”Different drugs“ for its meditative side and the way it sounds live (and he is absolutely right – totally great on stage)

How your sound evolved since the first album Silent Alarm
”It is a natural progression –said Russell – we tried not to repeat ourselves by doing always different things, challenge ourselves on doing unexpected things and definitely going out from our comfort zone, surprise ourselves”

image

image

image

The highlights of your career
And here Russell answers spontaneously and sincerely – “meeting Justin” –  then he admits that it is difficult to take only one moment in his career as so many amazing things happened in the last 10-12 years but definitely, “it is awesome to do your hobby for living, 90% of people dream of doing it”, Justin agrees too, so obviously both our guys are thankful for this.

Social media and the impact on your music
They agree that it is an important and a useful tool for a musician to show and promote their music through this new way of communication.They are more involved now, since Louise is part of the band, as being the youngest one, only 21 years old, definitely, she is the most naturally connected.
But they consider also the dangerous side of all this social medial interactions that you might have with some people and not always meet your expectation .
Especially, they regret that nowadays, audience is more focused to do selfies and videos during the concerts and post them instantly, instead of being more attentive and enjoy the shows.

Their projects for the future – writing  some music together and enjoy summer time, the US tour is approaching and Justin looks very excited to go back home, do some carpentry (it looks he is very skilled) and play some baseball.

As about my last question about David Bowie, that I forgot to ask them– they perfectly answered on stage, with an amazing cover of Heroes, played among an excellent mix of songs from their five albums.

Watch here the full live at Trianon Paris http://tinyurl.com/hhypkdg

Well, it seems that Bloc Party found the winning formula, they have the successful recipe and for sure,  we will hear more amazing sound from their side.

image

image

image

image

FR
Les britanniques de Bloc Party sont de retour avec un excellent nouvel album, le 5ème,  HYMNS, sorti fin janvier 2016.

13 ans de carrière et ils prouvent une fois de plus, leur incroyable capacité à constamment se réinventer eux-mêmes, leur permanente recherche de nouveaux horizons.

Plus mature et plus personnel, ce nouvel album arrive avec un nouveau son – mélancolique et sophistiqué, sombre et envoûtant (Fortress, My True Name, Only he can heal me, Virtue, Different drugs) mais aussi parfois très dancefloor (The Good news,The Love Within) ou des ballades surprenantes (Exes) et aussi avec des nouvelle paroles plus spirituelles, parlant d’amour, des déchirements et d’absence.

Mais le changement majeur pour notre quartet indie rock et définitivement, une nouvelle line- up,  qui de toute évidence leur va très bien.

Effectivement, le charismatique frontman Kele Okereke avec sa voix claire et puissante accompagné de Russell Lissack, le Magicien de la Guitare et ses riffs délicieux ont été rejoint récemment par une batteuse brillante et talentueuse  – une fille avec des bras en or -Louise Bartle et par Justin Harris, qui est venu tout au long de Portland – Oregon (US), pour jouer de la basse et garder le rythme avec une fantastique précision.

Quelques heures avant leur fabuleuse performance au Trianon à Paris, j’ai bavardé avec Russell et Justin sur leur nouvel album, leur style de travail, leur carrière et voici quelques confidences…

Nouvel album et processus d’écriture
Russell avoue :”Kele et moi, nous avons commencé à écrire en 2014, c’était un processus graduel, 2 ou 3 jours par mois dans le studio, travailler ensemble sur des nouvelles idées, construire quelques chansons ensemble.
Justin s’est joint à nous à la fin de 2014 et il a travaillé avec nous sur plusieurs chansons, puis nous avons fait quelques répétitions pour jouer et faire vivre les nouvelles chansons et enfin, nous avons enregistré 4 semaines en studio pendant l’été 2015.
C’était un processus simple, plus étiré que toutes les choses que nous avons fait dans le passé, mais certainement une expérience moins stressante. Et définitivement, la méthode a été très différente par rapport à l’album précédent, FOUR, qui a été plus – 4 personnes jouant de la musique ensemble dans le studio”.

L’influence electro
Russell explique :”A cette époque, j’écoutais beaucoup de musique électronique, je pensais que cela aiderai pour l’inspiration et pour faire plus des choses avec la guitare. Nous avons voulu faire l’expérience de nouvelles choses, et donc j’ai trouvé intéressant d’essayer de construire de nouveaux sons, de tons et des atmosphères que nous n’avons  jamais fait avant et qui ne sont pas traditionnellement associés aux guitares.
L’inspiration est electro mais le son réel ne l’est pas vraiment… Nous avons utilisé très peu de claviers, la majorité du son est faite avec des guitares et des instruments live”.

Donc certainement si nous écoutons Russell, c’est tellement simple et évident d’écrire de la bonne musique…

Ce qui vient avant : la musique ou des paroles
«Traditionnellement, la musique d’abord, mais pour Hymns, c’était la première fois quand les paroles sont venues en premier, plus précisément, nous avons eu un cadre de travail très basique pour les mélodies vocales, puis vint de paroles et donc, par la suite, nous avons changé la musique. C’était tout à fait différent de notre travail dans le passé”.
Et concernant les paroles je n’ai pas pu avoir plus de détails car il s’agit exclusivement du secteur de Kele…

En leur demandant de choisir une chanson préférée de l’album, Russell choisi « Only he can heal me » la première qu’ils ont écrit, en raison de l’obscurité et son ambiance « essoufflée  »  tandis que Justin aime «Diffrent Drugs» pour son ambiance méditative et la façon qu’elle résonne en live.

Comment pensez-vous que votre son a évolué depuis le premier album Silent Alarm ?
« C’est une progression naturelle – dit Russell – nous avons essayé de ne pas se répéter, de faire des choses toujours différentes, inattendues, sortir de notre zone de confort et surprendre”

Le moment le plus important de leur carrière
Et ici Russell répond spontanément et sincèrement – « rencontrer Justin » – puis, il admet qu’il est difficile de ne prendre qu’un seul moment important dans sa carrière, comme tant de choses merveilleuse se sont passés dans les 10-12 dernières années  mais certainement “c’est génial de vivre de notre hobby, 90 % des gens rêve de faire leur hobby pour gagner leur vie” donc évidemment, nos deux gars sont très reconnaissants pour cela.

Concernant, les réseaux  sociaux et l’impact sur leur musique, Russell et Justin, tous les deux  conviennent que c’est un élément important et un moyen très utile pour un musicien de montrer et de promouvoir sa musique via ces nouvelles outils de communication.
Bloc Party sont plus impliqués maintenant, en particulier grâce à Louise, la plus jeune de la bande, âgée seulement de 21 ans, et qui sans aucun doute est la plus naturellement connectée.
Mais ils considèrent également le coté dangereux et déplaisant de ces interactions sociales avec certaines personnes et le fait que vous ne pourriez pas toujours satisfaire vos attentes et définitivement, ils regrettent que parfois le public est plus concentré à faire des selfies et des vidéos pendant les concerts et les poster instantenement, au lieu d’être attentif et profiter pleinement du spectacle.

Leurs projets pour l’avenir –écrire de la musique ensemble et profiter de l’été, la tournée américaine commence et Justin semble très heureux de rentrer à la maison, s’occuper un peu de sa passion pour la menuiserie et jouer au baseball. 

Et pour finir, concernant ma dernière question – celle sur David Bowie –et que j’ai oublié de leur poser, ils ont parfaitement répondu sur scene grâce à une magnifique reprise de Heroes, insérée dans leur excellent mix des chansons de 5 albums.
Regarder la totalite du concert : http://tinyurl.com/hhypkdg

Certainement, Bloc Party ont trouvé la formule gagnante, celle de la réussite et du succès et à coup sûr on aura d’autre belle surprises.

%d bloggers like this: