ALLUSINLOVE – “Live From Leeds” – New Music and 3 Shows to Come In Paris – Interview

>>Click here for English Version <<

Des hymnes rock explosives, des refrains entêtants, des mélodies psychédéliques sur des messages d’amour et d’unité, l’irrésistible groupe anglais Allusinlove est le nouveau groupe grunge à suivre.

Histoire commence dans la région de Leeds, où Allusondrugs avait acquis un statut de groupe culte. Eh bien, après un break d’environ 1 an, les 4 garçons du Yorkshire revient en force avec un nouveau nom et un nouveau message : Allusinlove !

A leur actif déjà un EP sorti début mars et produit par Catherine Marks (Foals, The Killers, Wolf Alice) et Alan Moulder (Nine Inch Nails, The Smashing Pumpkins, Queens Of The Stone Age), un album live « Live from Leeds » sorti le 22 Mars et un album studio « It’s Ok to Talk » prévu pour début juin, les rockers sont bien décidés de conquérir le monde.  Et 2019 pourra bien être l’année de leur consécration.

Dans les prochaines semaines Jason Moules (chant / guitare), Andrej (Drey) Pavlovic (guitare), Jemal Beau Malki (basse), Connor Fisher-Atack (batterie) se produirons à Paris pas moins de 3 fois donc franchement pas d’excuses de ne pas venir les voir. Retenez donc ces 3 dates vendredi 17 mai – Paris / le 1999 dans le cadre du Oberkampf Music Festival (entrée gratuite !!!) mardi 28 mai – Paris / Le Backstage By The Mill (1ère partie de Grandson), mercredi 17 juillet – Paris / La Cigale (1ère partie de Skunk Anansie)

Le 22 Mars dernier, j’ai rencontré les très sympathiques Drey et Jemal, tous les deux heureux d’être à Paris pour la première fois et nous avons discuté de leur transformation, leur influences, fringues et leur première tournée très DIY. Interview :

Comment avez-vous démarré le groupe ?

Drey : C’est Jason et moi qui avons commencé le groupe. On avait déjà été dans d’autre groupes avant et on était arrivé au point où on voulait faire quelque chose de sérieux. A l’époque, on était dans mon ancien groupe et je me souviens quand Jason m’a appelé et dans la même conversation, il a quitté le groupe et nous avons commencé à celui-ci.

Nous avons réuni tous les membres assez rapidement et nous l’avons appelé Allusindrugs. Pendant 5 ans, nous avons beaucoup tourné au Royaume-Uni. Nous avons sorti quelques EPs avec l’ancien label. Ensuite nous avons changé le line-up, le label et le booking agent. Ça nous a pris un certain temps, on a fait une pause d’environ un an pendant lequel nous avons mixé et écrit des chansons nouvelles.

Puis tout d’un coup, on nous a proposés ce contrat qu’on peut qualifier de majeur, avec un cycle d’albums. Ainsi, nous avons commencé à travailler là-dessus immédiatement. Nous avons enregistré d’abord 16 chansons. A mi-chemin on nous a dit que qu’on doit changer le nom, donc nous avons changé le nom, modifié légèrement notre image que nous travaillons toujours d’ailleurs. Nous expérimentons beaucoup en ce moment.  Nous sommes essentiellement un nouveau groupe mais nous avons pris quelques-unes des vieilles chansons, nous les avons réenregistrés et remixées.

Alors oui, je dirais que Allusinlove c’est un nouveau groupe basé sur un vieux.

Nous avons voulu être un groupe de succès dès le début, mais c’était probablement mon 7ème groupe qui a commencé à aller quelque part.

Jemal : C’est le seul groupe dans lequel j’ai été et qui avait des engagements sérieux. J’ai vu ces gars jouer dans leurs propres groupes plusieurs fois. J’ai été très chanceux d’être invité par Drey à jouer avec eux. Nous avons fait beaucoup de concerts. J’aime jouer et j’ai eu l’occasion de faire quelque chose que j’aime avec un groupe que j’aime et de faire la musique que j’aime. Et nous sommes devenu des très bons amis.

Vous avez changé le nom en Allusinlove mais en fait vous avez juste remplacé « Drugs » avec « Love » Pourquoi ce choix ?

Drey : Allusinlove – c’est un mot qui nous est venus pendant notre période Allusindrugs. Nous avons commencé à rencontrer des problèmes avec « allusindrugs » évidemment à cause du mot drugs. Dans certains cas nous avons commencé à créer des contenus et signer comme allusinlove. Nous avons créé notre propre hashtag.

Jemal : c’est comme un sentiment de communauté dans laquelle on est tous ensemble avec tous les gens, les fans et où tout le monde devraient se sentir le bienvenu.

Drey : C’était une transition facile. Quand le label nous a dit qu’afin de nous promouvoir, on doit changer le nom, on se dit qu’il faudra changer en quelque chose qui est déjà familier pour les fans. Comme cela ils ne vont pas voir la transition.

J’imagine que si on avait changé le nom en quelque chose de beaucoup plus drastique, il aura été plus difficile de reprendre tout le travail qu’on avait fait avant. Un nom complètement différent aurait forcement entrainer un changement d’état d’esprit. C’est presque une continuation et une amélioration de ce que nous étions avant.

Jemal : Juste une élévation, un tremplin.  Comme passer au niveau suivant.

Votre EP est sorti début mars et Live from Leeds, votre album Live sort aujourd’hui – pourquoi faire un album live déjà ?

Jemal : On allait jouer à notre résidence à Leeds (Brudenell Social Club). C’était notre premier show après 1 an d’absence. En fait, c’était notre premier show en tant que Allusinlove et on allait présenter le nouveau matériel et ils voulaient l’enregistrer. Le show était gratuit et, en quelque sorte, nous voulions accueillir les gens et leur faire écouter ce que nous avons fait.

On testait un peu notre nouveau son. On voulait voir quel sera la réaction du public. Et l’enregistrement a capturé cette énergie que nous avons en live.

J’aime l’album en version studio, mais il y a certaines chansons qui ont quelque chose de plus en live, une énergie, une passion.  J’aime décrire cela comme un train qui risque de dérailler à tout moment, il ne déraille pas mais il est à la limite.

Nous ne voulons pas être strictement un groupe grunge ou strictement un groupe pop rock. Nous voulons essayer beaucoup de choses, mais nous voulons faire en sorte que tout ce que nous faisons contient des éléments de base qui vous renvoient vers notre musique.

Comment qualifiez-vous votre son et influences ?

Drey : C’est difficile à dire parce que nous avons tant d’influences. Nous ne voulons pas être strictement un groupe grunge ou strictement un groupe de pop rock. Nous voulons essayer beaucoup de choses, mais nous voulons faire en sorte que tout ce que nous faisons contient des éléments de base qui vous renvoient vers notre musique. Nous voulons juste faire la musique que nous voulons faire.

Nous ne voulons pas donner aux fans quelque chose et puis changer radicalement avec le prochain album et celui après et de cette façon les décevoir. Nous voulons des chansons qui inspire des pensées et des émotions, qui rend des gens heureux. Nous voulons être très vaste dans notre son. Il y a des chansons sur l’album que certaines personnes pourraient dire Ok, on dirait que c’est un autre groupe Mais si vous l’album écoutez de bout en bout tout est connecté.

Jemal : Je dirais qu’il a un élément de rock psychédélique qui existe dans chaque chanson. C’est toujours une sorte d’obscurité et de lourdeur, mais en même temps, il y a toujours une lumière dans l’air, quelque chose qui est beau même dans les plus sombres moments.

Si vous deviez citer un artiste majeur qui vous a influencé, qui sera-t-il ?

Drey : Red Hot Chili Peppers, John Frusciante pour le jeu de guitare.

Jemal : En tant que bassiste, j’aime beaucoup les bassistes de Motown. Comme bassiste contemporain, j’adore Mew, un groupe de rock pop danois. Leur son est tellement beau et bizarre en même temps, mais à la fin il y a des chansons pop qu’on peut fredonner et chaque instrument est soigneusement planifié.

Comment est-ce que vous travaillez ensemble ?  

Drey : Nous avons une salle de répétition, comme un QG dans la maison de notre batteur et nous avons vraiment de la chance. Son père est compositeur et comme il travaille en studio et il nous a laissé une salle de répétition parfaite. Nous y sommes allés 5 jours par semaine et on a travaillé ensemble. C’était tellement bénéfique.

Jemal : Quand nous jouons ensemble, certaines de ces idées devient des chansons. Nous nous améliorons en tant que musiciens et cela nous a permis de faire des choses que nous n’avons pas fait avant mais aussi de se connaitre mieux et comprendre comment on fonctionne chacun d’entre nous. C’est un peu chacun d’entre nous dans le produit final. Nous sommes les ingrédients bruts et une fois cuisinés, c’est Allusinlove.

Qui écrit les paroles ?

Drey : Jason écrit la plupart des paroles et des mélodies. Il a écrit la majorité des paroles sur l’album et je pense même qu’il avait les paroles avant la musique. Récemment, j’ai aussi fait quelques versets, quelques adaptations.

Parlons mode. Quel est votre style ?

Drey : Pour être honnête nous avons commencé à porter de beaux vêtements récemment car nous n’avions pas l’argent avant. Donc, avant tout ce qui était confortable c’était notre style.

En fait, seulement Jemal avait un style plus travaillé. Il portait des vêtements excentriques et on s’est dit qu’on pourra prendre son exemple et on a travaillé là-dessus. Nous avons un styliste qui nous aide maintenant. Nous recevons des vêtements et nous avons une nouvelle garde-robe. Et c’est très important. Je n’ai jamais compris l’importance d’un look avant. Je me disais que les gens doivent m’accepter comme je suis. On est en 2019. C’est important de soigner son look.

Jemal : Je pensais que c’était une mauvaise chose de vouloir attirer l’attention. Mais je veux de l’attention surtout quand on est ensemble sur scène. J’aime les couleurs, j’aime beaucoup les mélangés de couleurs vives, les palettes de couleurs psychédéliques qui peuvent être floues ou contrastés. Les couleurs représentent des sensations, des émotions.

Une des meilleures choses que j’ai vu depuis que je suis à Paris, c’est un magasin appelé Lords & Fools Une sorte de mélange old school style façon uniformes militaires, comme de queues de pie avec des track pants. J’adore ce style – du classique avec une touche contemporaine et si c’est coloré, c’est encore mieux.

Lorsque vous voyagez, vous avez quelque chose que vous prenez toujours dans votre valise ?

Drey : J’essaye de changer et de mélanger. Je n’aime pas vraiment porter quelque chose tout le temps sauf les accessoires. Je porte un vêtement pendant un mois, ensuite je porte un autre, puis je revient à celui d’avant ou j’achète un autre. Je n’ai pas un vêtement standard.

Jemal : Pour moi le problème est que j’en ai trop. Nous avons trouvé une boutique vintage lors de notre dernière tournée et j’ai acheté un blouson, style pilote avec du molleton blanc à l’intérieur et à l’extérieur en daim beige. Il est oversize avec des énormes épaulettes. J’adore le porter. J’ai aussi plusieurs blousons en cuir. Ma copine a fait un pour moi un blouson brodé avec notre logo et sur le dos avec une image d’inspiration asiatique. J’ai toujours ces 2 pièces avec moi. Et aussi des chemises fluides et colorées.

Votre chanson favorite pour jouer en live ?

Drey : Full Circle

Jemal: Full Circle et Bad Girls. Bad Girls, je pense que c’est surprenant et c’est explosif, ça attire les gens. Le début de Lucky You, j’aime aussi le jouer live.

Bad Girls c’est ma chanson favorite, dites-moi une peu plus. Comme vous l’avez écrite ?

Drey : Je me souviens quand Jason est venu chez moi et nous avons dit que nous avons besoin d’une nouvelle chanson et il avait ce riff principal. Et nous avons pensait de faire presque comme une chanson de R&B. Alors, nous avons fait une démo style R&B avec de la batterie électronique et des claviers et nous l’avons inclus comme la 31eme chanson qu’on a envoyé à la maison de disques.

Nous étions en préproduction de l’album quand notre productrice Catherine Marks est venue nous voir jouer. Et quelqu’un lui a demandé qu’elle était sa chanson préférée et elle a sorti son téléphone et elle a passé toute la démo de Bad Girls. Nous avons dit wow OK tu aime ça, mais le label nous a dit que c’est une mauvaise chanson. Elle nous a dit qu’il fallait absolument faire cette chanson et Jason a dit ok, mais on doit juste transformer le riff dans un riff rock. Nous avons quitté la pré-production, on a refait la démo avec le riff rock et on l’a mise sur l’album. C’était génial.

Je suis heureuse que vous l’avez fait ! Parlez-moi de la tournée, vous arrivez bientôt en France pour le festival d’Oberkampf à Paris.

Drey : Oui, ça sera le 17 mai, mais en fait, nous allons faire 3 dates en France qui seront annoncés bientôt. J’ai hâte.

Jemal : Le festival Oberkampf, c’est gratuit ! C’est incroyable. Ça sera notre premier concert en France.  Je pense que la France est une progression naturelle du Royaume-Uni. Je suis donc confiant. Il y a de gens qui sont venus de France pour nous voir en Uk. D’ailleurs beaucoup de gens ont voyagé pour nous voir, et maintenant c’est enfin notre tour de venir les voir. Nous sommes vraiment ravis.

Où vous rêvez de jouer ?

Drey : Rock in Rio serait génial ou Madison Square Garden, Hellfest aussi. En fait, les grands festivals.

Jemal : Oui, la Main stage de Pukkelpop ! En fait, il y a donc beaucoup d’endroits où j’aimerais jouer. Mais le truc est que les meilleurs shows que nous avons faits ont été dans des lieux horribles et dans les pires circonstances.

Drey : C’est vrai comme celui de Birmingham. Nous allions l’annuler car Jason ne pouvait pas chanter. Il était tellement malade, et il ne pouvait pas parler. On devait annuler et finalement on s’est dit il faut mieux le faire et tout simplement jouer un concert merdique. Et en fin de compte, ça a été un de nos meilleurs concerts, avec la super ambiance.

Votre premier album sort bientôt

Jemal : Oui, l’album studio arrivera plus vite tôt que vous pensez et il a certaines de mes chansons préférées là-dessous. Je suis impatient que les gens l’écoute. Je dirais qu’il représente un saut en maturité en termes d’écriture même s’il y en a quelques-unes des nos plus anciennes chansons là-dessus. Mais qu’on a pris le temps de les faire comme il fallait. Ça valait la peine d’attendre.

C’est la fin de l’interview quelque chose que vous aimeriez me dire

Drey : Pour d’être en mesure de payer une camionnette, quand nous avions environ 2 ans, nous avons fait un accord avec notre pub local de jouer un show par mois pendant un an et en échange, ils allaient nous acheter une fourgonnette afin que nous puissions aller en tournée.

Donc en gros, nous avons payé pour notre tout première tournée en jouant seulement 1 concert par mois. Mais avec ce 1 concert par mois, nous avons construit notre communauté de fans locale. Et chaque concert la foule était de plus en plus grande. Connor a aussi conduit le van illégalement parce que nous avions installé des sièges à l’arrière, mais bon, personne ne peut prouver que nous l’avons fait. Nous avons tout fait de façon DIY – c’est incroyable.

Jemal : Mais faire de cette façon avec toutes les difficultés que nous avons eue, ça nous a rendu plus forts. Il n’est pas facile d’être un groupe, surtout à ce niveau. Il n’est pas facile à tous les niveaux, mais certainement cela vous prépare à faire des engagements et des sacrifices. On n’a pas gagné d’argent pendant 5 ans. Tous ce qu’on gagnait on le remettait dans le groupe.

Nous avons été assez chanceux pour de pouvoir le faire. Il n’y a pas beaucoup de groupes qui peuvent tenir bon pendant 5 ans mais nous étions tous heureux de le faire. Et franchement, je ne changerais rien, même les temps très durs, je ne les échangerais pas. Parce qu’on a des moments comme aujourd’hui. Nous avons la chance d’être ici à Paris et être interviewées par des personnes comme toi On se rend compte que ce travail dur en valait la peine et les gens s’intéresse à ce que nous faisons.

English Version.

 

Explosive rock anthems, catchy choruses, psychedelic melodies with love and unity messages, the irresistible British band, Allusinlove is the new grunge band to follow.

Their story begins in the Leeds area, where Allusondrugs had acquired a cult status. Well, after a break for about 1 year, the 4 boys of Yorkshire are back with a new name and a new message: Allusinlove!

An EP released early March and produced by Catherine Marks (Foals, The Killers, Alice Wolf) and Alan Moulder (Nine Inch Nails, The Smashing Pumpkins, Queens Of The Stone Age), a live album “Live from Leeds” released on 22 March and an album “It’s Ok to Talk” scheduled for early June, the young rockers are well determined to conquer the world.  And 2019 could well be the year of their consecration.

In the next weeks Jason Moules (vocals / guitar), Andrej (Drey) Pavlovic (guitar), Jemal Beau Malki (bass), Connor Fisher-Atack (drums) will perform in Paris not less than 3 times. So Do Not Miss Them – No excuses! Come and see them on Friday, May 17 – Paris / the 1999 as part of the Oberkampf Music Festival (it’s Free entrance!), Tuesday, May 28 – Paris / Backstage By The Mill (1st part of Grandson), Wednesday, July 17 – Paris / La Cigale (1st part of Skunk Anansie)

On March 22, I met the nice Drey and Jemal, both happy to be in Paris for the first time and we discussed about their transformation, their music, wardrobe and first tour very DIY. Interview

Let’s start with the beginning, how did you start the band?

Drey: It was begun by me and Jason, our singer. We’d had a few bands already and we’d got to the point where we really wanted to have a proper band. At the time, we were all in an old band of mine and I remember when Jason called me and in the same call, he left my old band and we started this one. We assembled all members quite quickly and we called ourselves Allusindrugs. We had 5 years of Allusindrugs and we toured the UK extensively. We released a few EPs under the previous label, then we changed a little bit the line-up, the record label and the booking agent.

That’s took quite a while, we had about a year out, behind the scene, where we’re engineering the record deal, we’re writing new songs.

Then all of a sudden, we were propounded in this deal, you can almost consider it as a major deal where you have an album cycle. So, we began to work on that immediately and we’ve recorded 16 songs for the first option period. We’ve got told half way through this record deal that we needed to change the name, so we changed the name, slightly change the imagery, we are still working out an image.We are experimenting at the moment.

We’re essentially a new band but we’ve taken a few of the old songs, we rerecorded them, we updated them a little bit, so yeah, I guess it’s a new band based on and old band.

We started by wanted to be a successful band but it was probably my 7th band that started going anywhere.

Jemal: It was the only band I was in that had any serious commitments. I saw these guys played in their own bands a couple of times. I was very fortunate to be asked by Drey to get off to play. We’ve got loads of shows. I love performing and I got the opportunity to do something I love with a band I love and do the music I love and luckily, we become very good friends.

So, you changed the name to Allusinlove. You actually just replace “Drugs” by “Love”. Why?

Drey : Allusinlove – it’s a word that we came up with half way through that Allusindrugs period. We started to encounter problems with “allusindrugs” obviously because of “drugs” word. In some cases, we used to create content and sign off as allusinlove and we adopted this as our own hashtag.

Jemal – It’s like a sense of community. You know, it was all of us together, all people, our fan base and everyone should feel welcome.

Drey: It was such an easy transition because when the label said Ok, in order to promote you need to change the name, we thought we’d rather change a word that’s already familiar with the fans, so they wouldn’t see this transition. I’d imagine that if we would change the name to something lot more drastic it would been more difficult to take all the previous work that we’ve done before or at least a quantity. I mean if we would have changed to a totally different name with that name change it would have been a complete change of mind set as well. It was really easier.

This is almost a continuation and an improvement of what we were before.

Jemal: Just an elevation of everything, like moving to the next level. Everything is like a stepping stone. It was just logical.

Your EP was released early March and today is the release of the Live in Leeds today – why doing a live album?

Jemal: We were playing our residency in Leeds (Brudenell Social Club) as our first show back after being away for a year. Essentially, it was our first show as this band, playing the new material and they wanted to recorded all. The show was for free and, in a way, we were welcoming everyone back, like come and listen to what we have been doing.

We were testing a little bit our new sound and see what people’s the reaction will be. It ended up sounding like catching that energy that we have live. It’s a different sound live. I think I love the album in studio version but there are certain songs that had something else in live setting, energy, passion. I like to describe this like a train coming off the tracks, it could come off anytime, it doesn’t luckily, but it’s on an edge.

We do not want to be strictly a grunge band or strictly a pop rock band. We want to try anything but we want to make sure that anything we do make has core elements that link back to us. We just want to do the music we want to make.

How do you qualify your sound and influences?

Drey :  It is difficult to say because we have so many influences. We do not want to be strictly a grunge band or strictly a pop rock band. We want to try anything but we want to make sure that anything we do make has core elements that link back to us. We just want to do the music we want to make.

We do not want to give fans one thing and then change drastically with the next album and the one after that and loose fans that we do excite. We want songs that make you excite and happy, that make you aware of things as well and we want songs that inspires thoughts to the people, we want to be very broad. We got songs on the album that some people could say, ok this sound like a different band. If you listen from start to finish as a body of work it all connects.

Jemal: I would say, it’s a psychedelic rock element that runs to every single song. It’s always a sort of a darkness and a heaviness side but in the same time it’s always a light in the air, something that’s pretty even in the darkest and the heaviest moments.

If you had to mention one major artist that influenced you, who will be ?

Drey : Red Hot Chilli Peppers, John Frusciante guitar playing

Jemal: For me as a bass player I like a lot the Motown bass players. As contemporary bass players, I love Mew, a Danish pop rock band. They sound is so beautiful and so weird in the same time but at the end there are pop songs and you can sing along and every instrument is so carefully plan out.

How did you guys work together? 

Drey : We had a rehearsal room, like almost a HQ in our drummer’s house and we were very lucky. His dad is a composer so he works in a studio and he let us something like a perfect rehearsal room, so beneficial as we went there 5 days a week and work together.

Jemal : When we are together playing, some of those ideas become songs. We improved ourselves as musicians and allowed us to do things that we did not do before and also it get each other comfortable with how each other work. We know that we can mould those things together and get something out of it. It’s a little bit all of us into the end product, we are the raw ingredients and once it is cooked is essentially Allusinlove.

How about the lyrics?

Drey : The lyrics and melodies are mostly Jason. He wrote the majority of the lyrics on the album. I think. He had the lyrics before he actually had some music or there were just like bit of guitars and then they become songs. Then I’ve done like a couple of verses, a couple of adaptations. I’ve been writing more recently.

Let’s talk about fashion. What is your fashion style?

Drey :To be honest we have been started recently to wear nice clothes as we did not have the money before. So, before anything that felt comfortable was our style.  Well, actually, only Jemal had a kind of worked style before.

He was wearing some eccentric clothes and we’ve through of catch him a little bit so we worked on it. We got a stylist helping us now. We have clothes that we receive now, I mean I cannot buy this, what I am wearing now, as I cannot afford it. We have now a new wardrobe each and it’s very important. I have never understood the importance of a look before. I just said Ok it should be me and people just take me like this. It’s 2019. But you have to have a look.

Jemal : I used to think that it’s a bad thing to want attention but  I want attention when I’m performing  not specifically on me but for all of us, when we are out together, when we are welcomed to the stage. I like colours, I really like bright vibrant mixed colours, psychedelic colour pallets that can contrast a lot or be blurry. Colours represent feeling, emotions. I like bright colours that stands out.

One of the best things I saw since I’ve come in Paris, it’s a shop called Lords & Fools. A kind of mix like old school military uniforms almost like tail coats, with almost like track pants, with stripe. I love this style – a classic looking clothing with a modern contemporary twist and if it is colourful that stands out it’s better.

When you travel you have something you take always in your suitcase?

Drey : I try to mix it. I do not really wear anything all the time except the accessories. I wear particular clothes for one month then I wear another, then I buy another one etc. There is no standard clothes that come back all the time for me.

Jemal: For me the problem is now I have too many. We found a vintage shop on our last tour and I bought a tan jacket. It’s like a pilot jacket with white fleece inside and outside like a tan suede. It’s so big and it has a massive should pads on it. I love wearing this. I got leather jackets as well. I got one that actually my girlfriend made out for me, embroidered with our logo on it and on the back like an Asian inspired image. I have these 2 with me. I love also light shirts bright and colourful.

Your favourite song to play live?

Drey : Full Circle

Jemal: Full Circle and Bad Girls. Bad Girls I think it’s an unexpected, it’s explosive, catches people. The beginning of Luck you I do love as well.

Bad Girls is my favourite song so tell me a bit its story? How did you write it?

Drey : I remember when Jason came to my house and we said  we need a new song and he had the main riff. We intended to do almost like an R&B song. So, we had a demo of Bad Girls turning like an R&B style with electronic drums, synthesiser and we included it as the 31st song to the record label. We were at the album preproduction when our producer Catherine Marks came to see us play. And somebody asked her what’s her favourite song and she got out a phone and she played all demo of Bad Girls. We said wow ok you love that but they told us it’s a bad song. She was like, no you need to do this song and Jason said ok we just have to translate the riff into a rock one. So, we left preproduction made the rock demo and put in on the album which is great.

Definitely I am happy you did it!

Tell me about the tour schedule- you will come soon in France for the Oberkampf festival?

Drey: Yes, that’s on 17th of May but actually, we will have 3 different venues in France. I can’t wait for this.

Jemal – And the Oberkampf festival it’s free! That’s amazing – this will be our first time to play in France.

I feel like France is a natural progression from the UK, it’s the next place in Europe. I feel so confident.

We’ve had people from France that comes to our shows in Uk. A lot of people travel to see us and now finally we can travel and come to see them. We are really excited.

A dream stage where you would like to play one day?

Drey : Rock in Rio would be brilliant or Madison Square Garden, Hellfest. Actually, the major festivals.

Jemal : Yeah like Pukkelpop main stage. Actually, there are so many I do not know if I can picture one. The thing is that one of the best shows we’ve played have been in horrible venues, under the worse circumstances.

Drey : Right, as the one in Birmingham. We were going to cancel the gig as Jason could not sing because he was so ill and he could not speak. We said ok we need to cancel and finally we said rather not cancel and just play a rubbish gig but it was one of the best gigs.

You have project for the debut album already

Jemal: yeah, the studio album is coming up sooner than you think and it’s got some of my favourite songs recorded on it. It’s quite a jump in maturity in terms of song writing even if there are some of our oldest songs on it, but it takes long time to have them in that way, to be good enough. It was worth to wait.

Something that you like to tell me for ending the interview

Drey : In order to be able to afford a van when we were maybe like 2 years old, we basically make an agreement with our local pub that we would play one show per month for a year and he will buy us a van so we can go on tour. So basically, we paid for our first ever tour as a band by just playing 1 gig a month but with through that 1 gig per month our local following in the area was built. And every time, we played, the crowd was bigger and bigger. And by the time Connor was driving that van illegally because as we had installed seats in the back but well, no one can prove we did that. We did everything so DIY, it’s unbelievable.

Jemal : Doing that way, having it hard, it set you up . It’s not easy of being a band, especially at that level. It’s not easy at any level but definitely prepares you that time commitment and the sacrifice as you have to sacrifice. We did not earn any money for 5 years. Any money we had, it got back to the band. As you know there are not so many people that could stick out for 5 years but we were all happy enough to do it.

I would not trade this, even the rough hard time, I would not trade them because we have times like now. We are lucky enough to be here in Paris and be interview by people like yourself and you realise that all that hard work was worth it and people do care. Only through doing that you can show them you care.

 

 

Comments are closed.

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: