“In the End”, the final album of THE CRANBERRIES – Interview with Fergal Lawler

>>Click Here for English Version <<

 

Dolores O’Riordan, la magnifique chanteuse des The Cranberries, a disparu brutalement le 15 janvier 2018.

Voilà que le 26 Avril 2019 est sorti « In the End », le dernier album du groupe irlandais, une magnifique célébration de 30 années de carrière, un parfait témoignage de toute une vie et surtout du travail créatif de Dolores O’Riordan avec ses frères de musique Noel Hogan (guitare), Mike Hogan (bass) et Fergal Lawler(batterie).   

11 superbes chansons puissantes, plein d’énergie et d’émotion avec des mélodies pop rock catchy et ensorcelantes qui nous rappellent leurs débuts et qui marquent le point culminant d’une belle et longue carrière terminée si tragiquement.

J’ai eu le grand privilège de rencontrer Fergal Lawler à Paris et de discuter plus longuement sur la création de ce bel album et d’évoquer quelques souvenirs. Découvrez l’interview.

Bonjour Fergal. Comment vas-tu ?

Fergal : ça va bien, merci

La sortie de “In the End” est très proche. Tu es un peu stressé ?  

Fergal : Non, pas vraiment stressé. Nous avons déjà sorti un single et quelques chansons sont disponibles sur internet et les fans ont été très réceptifs. Beaucoup de gens qui ont écouté l’album nous ont dit combien il leur rappelait notre 1èr et 2ème album. Nous sommes heureux et soulagés que nous arrivons enfin à la sortie de l’album car nous l’avons fini il y a plus d’un an maintenant. Cela nous fait plaisir de partager enfin ces chansons avec notre public.

Il me semble que tout a commencé en 2017… Comment avez-vous rassemblé toutes les chansons ?

Fergal : Lorsque nous avons fait la tournée acoustique, nous avons retravaillé quelques chansons pour l’album Something Else, comme Linger et Dreams que nous avons joué avec le quartet. Ensuite on est parti en tournée et pendant les répétitions nous avons commencé à écrire des nouvelles chansons et apporter de idées. Et puis la tournée a été écourté parce que Dolores avait une blessure au dos et le médecin lui a recommandé de se reposer pendant 6 mois. Et en fait, elle s’ennuyait et elle a commencé à nous téléphoner pour nous dire qu’elle a quelques idées des chansons et elle a commencé à nous les envoyer par email.

Environ un mois après son décès, nous avons commencé à écouter ces morceaux pour comprendre ce qu’on avait là. Et nous avons découvert qu’il y avait assez de matériel pour faire un album. Nous avons parlé à la famille de Dolores et nous leur avons demandé comment ils se sentiraient si nous allons faire l’album. Et ils ont pensé que c’était une excellente idée parce que Dolores était très enthousiaste à l’idée de faire un nouvel album. Ils nous ont donc donné leur bénédiction.

Vous aviez seulement ces 11 chansons ?

Fergal : Il y avait encore quelques petits bouts d’idées et de chansons inachevées. Pour certains d’entre eux, elle avait eu une idée pour la mélodie, mais il n’y avait pas paroles et nous avons décidé que ce n’était pas assez pour les utiliser. Nous voulions cet album comme un vrai album de The Cranberries de début à la fin.

Vous l’avez appelé In The End. Dis-moi un peu plus sur cette chanson.

Fergal : C’est la toute dernière chanson que nous avons enregistré dans le studio. C’est une chanson triste et nous étions très tristes en l’enregistrant et en l’écoutant ensuite parce que nous savions que c’était la dernière chanson que nous allons jouer ensemble en tant que The Cranberries. Il n’y avait de nom pour cette chanson, juste des chiffres et des lettres et nous avons décidé de l’appeler comme ça d’après les paroles. On s’est dit que ça fera un bon titre pour l’album qui marque la fin de The Cranberries.

C’est un album classique de The Cranberries. Mon souhait est que les gens puissent en profiter parce que c’est comme un cadeau que Dolores nous a offert, à nous, à sa famille, à ses fans.

Catch Me if You Can, c’est une magnifique chanson avec un arrangement très orchestral, du piano et des instruments à cordes

Fergal : C’est une démo que Dolores avait fait à New York et la partie piano était là et ainsi que certaines cordes, qu’elle joue au clavier aussi. Nous l’avons ensuite retravaillé un peu en studio en gardant cette base. Nous avons également rajouté des vrais instruments à cordes. Je pense qu’il y a 3 chansons avec vrais instruments à cordes. En fait, nous avons travaillé la même gamme de cordes que sur nos 2 premiers albums et qu’on a aussi retravaillé au cours des années. Ça refermait la boucle d’une certaine manière.

Tu as une chanson qui signifie plus pour toi personnellement ?

Fergal : Je les aime vraiment toutes mais celles qui signifie plus pour moi émotionnellement sont Lost et In the End. Ces 2 morceaux me donnent des frissons.

Il y a des chansons qui sont plus heureuses et des chansons qui sont tristes et sombres, quel été l’état d’esprit de Dolores dernièrement ?

Fergal : Les 6 derniers mois avant son décès, elle était vraiment en forme, avec un bon état d’esprit. Elle était contente et je pense qu’écrire cet album l’a aidé à exprimer beaucoup l’émotion qu’elle a vécu, les difficultés avec son divorce et avec sa santé mentale. Elle commençait à se sentir mieux maintenant et elle a écrit ces chansons pour dire qu’elle finissait avec cette mauvaise partie de sa vie et elles se dirigeai vers un avenir positif. Des titres comme Got It et Summer Song montrent plus le côté positif vers lequel elle voulait y aller.

En quoi ces nouvelles chansons sont différentes des autres chansons de The Cranberries ?

Fergal : Je pense que la différence vient de la voix de Dolores. Nous avons remarqué sur les démos que sa voix était plus douce et innocente, parfois un peu fragile, presque comme sur le premier album. Et Stephen (Stephen Street, producteur) avait aussi remarqué et nous a dit de garder ça à l’esprit lorsque on fait l’enregistrement. Parce que sa voix est assez délicate, nous devions travailler avec beaucoup de délicatesse autour.

Comment vous est venue cette idée pour la pochette avec la photo des enfants ?

Fergal : La pochette a été un peu casse-tête.  Nous ne voulions pas mettre une photo avec Dolores en premier plan parce que l’album est davantage comme une célébration de sa vie. Nous ne voulions pas être que nous trois parce que c’était étrange d’être là sans Dolores. Ça n’avait aucun sens.

Donc, nous avons parlé avec l’art designer qui avait travaillé sur nos 3 premiers albums et il a eu cette idée d’utiliser des enfants qui sont liés avec nous en quelque sorte : ils symbolisent notre jeunesse, mais aussi la nouvelle génération de gens qui commencent à faire de groupes de musique. C’était une bonne idée.

Vous vous connaissez depuis longtemps 30 ans ensemble, qu’as tu appris de Dolores ?    

Fergal : Défendre ses idées, je pense. Elle était parfaite pour exprimer son opinion et ne pas soucier de ce que les gens pensaient. Elle était très déterminée à exprimer son opinion.

Si tu pouvais revenir en arrière et tout recommencer dès le début, tu changerais quelque chose ?

Fergal : Non. Les choses ont été comme ont été avec des haut et des bas, tu sais comme dans une famille. Parfois, nous étions en désaccord sur certains choses mais on s’est toujours aimé et dès qu’on était séparés, les coups de fil et les emails commençaient dans tous les sens pour se réunir et faire des nouveaux projets. C’est incroyable de voir que nous avons été ensemble pendant 30 ans. Pas beaucoup de groupes peuvent arriver là.

Nous n’avons jamais eu de vraies disputes comme tu sais « je te déteste, je ne veux plus te revoir, etc ». On n’est jamais arrivés là.

On faisait juste de pauses de temps en temps car on passait beaucoup de temps ensemble. Ça nous est arrivé de voyager pendant 2 ans dans un van et on avait besoin de faire une pause. Avec l’âge, nous avons appris à mieux s’organiser et ne pas se rendre en tournée pendant 6 mois. On partait pendant 3 à 4 semaines, puis on revenait à la maison pendant quelques semaines et ensuite on repartait de nouveau en tournée pour quelques semaines.

Tu as un souvenir particulier d’un album ou d’une tournée ? 

Fergal : Oui, c’est plutôt de souvenirs de nos débuts. Après le décès de Dolores, tous les vieux souvenirs sont revenus – surtout ceux quand tous les quatre accompagnés par quelques amis on voyageait dans une fourgonnette à travers l’Europe et on jouait dans des petites salles : comme la première fois à Paris ou en Italie, en particulier les concerts en dehors de l’Irlande. Ce fut la grande aventure pour nous.

A ton avis, quelle est la chanson la plus importante qui a changé votre carrière ?

Fergal : Je dirais Linger, la toute première chanson que nous avons écrite ensemble et celle qui nous a fait décoller quand nous étions en tournée européenne avec Hothouse Flower et pas beaucoup de gens nous connaissait. Nous avons reçu un coup de fil en disant que Linger est diffusé à la College Radio aux États-Unis et nous devons aller en tournée. Et quand nous avons commencé la tournée là-bas les gens connaissaient toutes les chansons de l’album par cœur. On a trouvé ça fantastique.

Vous avez d’autre projets ?

Fergal : Cette année sera le 25e anniversaire de No Need to Argue, donc vers la fin de l’année, nous pensons faire un coffret, peut-être faire la remasterisation de l’album et aussi essayer de trouver quelques chansons supplémentaires. Ça sera sympa de marquer cet anniversaire de 25 ans. Nous l’avons fait l’année dernière pour Everybody Else Is Doing It, So Why Can’t We? et beaucoup de gens ont apprécié.

Et d’autres vidéos ?

Fergal : Nous avons contacté l’Ecole de l’Art et du Design de Limerick, et nous leur avons demandé s’ils seraient intéressés de faire une proposition pour Wake me When it’s Over qui sera le prochain single. C’est génial parce que c’est une école d’art vraiment très bonne à Limerick. Nous attendons maintenant leurs propositions.

Et encore une fois, comme pour la pochette de l’album, nous ne voulions pas faire une vidéo en utilisant de matériel plus ancien ou des vieilles photos. Nous voulions avoir des images fraîches pour une nouvelle chanson.

C’est pourquoi nous avons fait cette animation pour la première vidéo All Over Now et maintenant nous voulons faire quelque chose de similaire pour ce deuxième single.

 

Pour vous a été très difficile de retourner en studio pour enregistrer cet album ?

Fergal : Oui, surtout le premier jour. C’était tellement dur que j’ai même pensé que nous n’allons pas être en mesure de le faire. Mais ensuite, on s’est rendu compte que nous avons un travail à faire et nous devons être professionnels. Nous devrions se concentrer sur les chansons et essayer de faire aussi bien que possible pour ne pas décevoir Dolores.

Je voulais la rendre fière et faire de mon mieux, car elle a vraiment fait un travail remarquable avec sa voix et je voulais faire vraiment faire une bonne performance à l’appui. Et après quelques jours de travail dans ce milieu, les choses sont devenues un peu plus faciles. Le plus difficile, c’était la nuit car en général quand nous finissions notre travail, elle venait le soir pour poser sa voix. Et elle n’était pas là.

Le dernier jour d’enregistrement, quand on s’est tous assis et on a écouté l’album sur les grandes enceintes de bout en bout, ce jour-là a été vraiment dur. Surtout la dernière chanson. On a ressenti une énorme émotion.

Quel est ton souhait pour cet album ?

Fergal : Je pense qu’il y a vraiment de bonnes chansons The Cranberries sur cet album. C’est un album classique de The Cranberries. Mon souhait est que les gens puissent en profiter parce que c’est comme un cadeau que Dolores nous a offert, à nous, à sa famille, à ses fans. J’espère que les gens écouteront ces chansons et vont s’y reconnaitre. Je pense que c’est une des raisons pourquoi Linger et Dreams sont si populaires parce que les gens peuvent dire que ces chansons auraient pu être écrites sur eux même, sur leur vie.

Merci beaucoup Fergal

Merci à toi

English Version .

 

Dolores O’Riordan, the fabulous singer of The Cranberries, died suddenly on January 15, 2018.

On April 26th, 2019,  it was released “In the End”, the final album of the Irish legendary band, an album that represents a wonderful celebration of 30 years of career, a perfect testimony of a lifetime, and especially of the creative work of Dolores O’Riordan together with her music brothers Noel Hogan (guitar), Mike Hogan (bass) and Fergal Lawler (drums).

11 powerful songs, full of energy and emotion with catchy and mesmerizing pop rock melodies that remind us of their debut and mark the highlight of a long and successful career ended so tragically.

Some time ago, I had the great privilege to meet Fergal Lawler in Paris and discuss more about this beautiful album evoke some memories on their career. I let you discover the interview.

Hello Fergal. How are you doing?

Fergal: I’m OK, thank you.

“In the End” will be out soon now. How do you feel? Are you nervous?

Fergal: Not really nervous. We have released a single already and a few songs are out on internet and the fans have been very receptive. And a lot of people that we played to the album said how much it reminds them of our 1st and 2nd album, that sound it’s almost came back.

I think we are happy that we finally get to release the album because it has been reordered for over one year now and that’s nice that we finally share those songs with the public.

I think that everything started in 2017… how did you put all songs together?

Fergal: When we did the acoustic tour, we reworked some songs for the album Something Else, like Linger and Dreams that we played with that quartet. Then we were touring for that. And when we were rehearsing, we were starting writing new songs and coming up with the ideas. The tour got short because Dolores had a back injury and the doctor said she need to take 6 months rest. So actually, she got bored and she starts phoning us saying that she has some ideas and she was starting emailing some demos.

So maybe a month after Dolores passed away, we started to listen to the hard drives trying to figure out what was there and we discovered that it was almost enough material for an album. So, we spoke to Dolores’s family and we asked them how they would feel if we finish the album.

And they thought that it is a great idea, because Dolores was very excited about recording new music and they gave us their blessing.

You have only these 11 songs or you had more?

Fergal: There were some more little bits of ideas and unfinished songs and for some of them, she had some ideas for melody but no lyrics. We thought that’s not good enough because we wanted this album to be a really strong finished proper The Cranberries album.

You call it In The End. What can you tell me about this song?

Fergal: It was the very last song we recorded in the studio, so it’s a sad song anyway. We were quite sad recording it and listen to back to it because we know this was the last song we played together as The Cranberries. We had no name for this song, we had just numbers and letters and we decided to call it like this after lyrics. We said it will be a great and suitable name for the album because it is really the end of The Cranberries.

It sounds like a classic The Cranberries album. My wish is just for people to enjoy the music because it was like a gift Dolores left before she passed away, a gift she left for us, for her family, for the fans.

 

Catch Me if You Can, it’s a very orchestral with piano and strings, what is the story of this song?

Fergal: This is from a demo that Dolores had done in New York and the piano part was there and some strings she played on the keyboard. We reworked it a little bit in the studio and we kept that keyboard strings, we also put some real strings in it. I think there are 3 songs with strings on it and it’s the same string range we worked on our first 2 albums and we worked them a lot over the years. We thought we’ll have now the full circle.

Do you have a song that means more for you personally?

Fergal: I really love them all but the ones which means more for me emotionally are Lost, the second one on the album and the last one In the End. There are the ones who really sends shivers on my spine.

There are some songs which are happier and some songs which are sad and dark, how was Dolores before she passed away?

Fergal: The last 6 months before she passed away, she was in a very good place. She was feeling quite content and I think that writing this album, she got express a lot of emotion that she’s been through, quite a lot of difficulties with her divorce, with her mental health. She was starting feeling better now and wrote these songs to say that’s the end of that bad part of my life I’m moving on with more positivity. So, songs like Got It and Summer Song are showing more the positive side where she wants to go.

What would you say that is different on these songs that on other The Cranberries’ songs?

Fergal: I think it is Dolores ‘s voice. We noticed on the demo tapes that her voice sound quite soft and innocent at times, a little bit fragile almost like she did on the first album and Stephen (Stephen Street the album producer) mentioned also that and he said that this is something to keep in the back of our mind when we record it. Because her voice is quite delicate, so we had to work quite delicate around.

How about this art cover with kids? How did you get this idea?

Fergal: It was something we struggle with it. We did not want to put a picture with Dolores in front because the album is more as a celebration of her life, there are some happy songs on the album and also, we did not want to be three of us on the front cover because it was strange to be there without Dolores. It does not make sense. So, we struggle with the idea and we spoke with the art designer who had worked on our first 3 albums. He knew that we are going to record the album and he asked if he can be involved. He had this idea to maybe use kids that were related to us in some way, who kind of symbolise us when we were younger but also the new generation of people who are starting bands. It was a nice thing to do.

You guys started when you were very young, more than 30 years ago, you develop a great friendship, you toured together what did you learn from Dolores?    

Fergal: To stand up for yourself, I think. She was great at expressing her opinion and not caring about what people thought. She was like: Ok this is what I feel, whatever you people may think that’s fine with me. She was very determined to speak her mind and this was great.

If you can go back in time and start the band again will you change something?

Fergal: No. Things go the way they go, you know, up and down, like family. Sometimes we disagreed on things but we always loved each other. And if we spent some times apart, we started to miss each other and the phones start to ring, and emails starts to come, we want to go back and play some gigs together. That’s amazing that we have been together for 30 years. That’s incredible, a lot of bands cannot do this.

We never had a really bad argument like you know “I hate you, I don’t want to see you again” it was never like that. We just had a break from each other because we were traveling a lot together, sometimes for 2 years in a van and you know you need a break of people. As we got older, we learned to pace ourselves and not to go on tour for 6 months, but to go for 3-4 weeks, come back home for a few weeks and go back on tour again for few weeks.

Do you have a special memory regarding one album or tour?

Fergal: Yes, it’s more the early days. After Dolores passed away all those old memories come back when four of us and a few friends were in a van, traveling around and playing small venues. Our first time in Europe like you know first time in Paris or in Italy, especially outside Ireland. This was the big adventure for us.

How about the most meaningful song in your career? The one you consider that changed something?

Fergal: I would say Linger as it was the very first song we wrote together. That took off when we were on tour supporting Hothouse Flower in Europe and not many people knew us at the time. We got a phone call saying the Linger was played in College Radio in US and we have to go on tour there. And when we started the tour over there people knew all the songs of the album and that was incredible.

How about the next projects? Do you already have something in mind?

Fergal: This year is the 25th anniversary of No Need to Argue, so towards the end of the year we will consider doing a box set for that, maybe remaster it and trying to find some extra tracks. It will be nice to mark this 25-year anniversary because we did it last year for Everybody Else Is Doing It, So Why Can’t We? and a lot of people appreciate that.

Will you do some more videos?

Fergal: We are speaking with The Limerick School of Art & Design and we asked them if they would be interested in getting some students to do a proposal for Wake me When it’s Over which is gonna be the next single. It’s great because it’s a really good art college in Limerick. We are now waiting for them as it will take some time.

And again, like the cover, we didn’t want to do a video using older material, images, old photos. We wanted to have some fresh images for a new song.

That’s why we did that animation for the first video for All Over Now and we want to do something similar for this second one.

For you was very difficult to go back in the studio to record this album?

Fergal: Yes, especially the first day, it was so hard that I didn’t even thought that we are going to be able to do it. But we kind of realize that we have a job to do and we have to be professional about this and we had to try to focus on the songs and trying make them as good as possible and not to disappoint Dolores. This is the way I was thinking about. I want to make her proud, I want to try to do my best, because she really did a very good vocals and I wanted to give really good performance to support that. And after a few days of working in that environment, it become bit easier. I found the night time being the worse because when we finish our parts, she normally come in to do her vocals and she wasn’t there.

And the last day of recording we were all there siting down and listening to the album on the big speakers from start to finish and that day was really hard. Especially the last song was really huge emotion.

What is your wish for this album?

Fergal: I think that there are really good strong Cranberries songs on it. It sounds like a classic Cranberries album. My wish is just for people to enjoy the music because it was like a gift Dolores left before she passed away, a gift she left for us, for her family, for the fans. I hope that people will hear these songs and relate them to themselves. I think that’s why Linger and Dreams are so popular because people can say that that songs could have been written about me. You know, they take them from themselves and personalised them.

Thank you very much for your time.

Thank you

 

 

Comments are closed.

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: