HoTeL invites us to « Room 102 », their second EP released on 30.03.2018 – Cool Interview with the Parisian Duo

 


English Version

Vent de fraicheur et de liberté sur la scène musicale française avec la sortie le 30 mars 2018 de « Room 102 », le deuxième EP d’Hôtel, le duo parisien formé par Anna Reinhardt et Victor Le Dauphin.

Un premier EP « Express Checkout », sorti en juin 2017, nous avait déjà introduit dans leur univers éclectique, garni des compositions originales et des jolis refrains accrocheurs et voilà que le deuxième EP, encore plus ambitieux lui succède rapidement.

Mélange des synthés et des guitares, du blues et du rock, une voix grave et charmante, Anna et Victor, amoureux de la musique, privilégient les ambiances variées, contrastés, des textures et des sons bruts et raffinés.

Le résultat est une bonne dose de pop rock électrisant, entre le digital et l’organique, agrémenté de sensations et des émotions, très ancré dans le monde actuel. Une très belle réussite.

J’ai eu le grand plaisir de les rencontrer et aussi les découvrir sur scène, à L’Alimentation Générale à Paris avec un show énergétique et sensuel ( les photos dans le poste) qui a renforcé ma conviction qu’ils sont vraiment sur la bonne voie.

Passion, complicité et créativité, rencontre avec des gens adorables et souriants qui ont beaucoup de chose à nous raconter. Un projet artistique à suivre de très près.

Comment vous vous êtes rencontré et décidé de faire de la musique ensemble ?

Victor : On s’est rencontré par une amie à un concert et on directement accroché. Ensuite, je suis allé jouer à une soirée à elle et à cette soirée, j’ai perdu ma guitare … j’étais très triste

Anna : Et moi, je me sentais très mal…

Victor : Donc, elle m’a dit qu’elle avait une guitare qui trainait à la maison et que je pourrais la prendre et en échange lui donner des cours de guitare.

Et en fait, très vite on a commencé à écrire de chansons au lieu de faire de cours de guitare. Les gens ont aimé et depuis voilà, on a sorti 2 EP … On voudra sortir pas mal de trucs et très souvent.

Vous aviez fait de la musique avant ?

Victor : Oui, j’ai eu un groupe qui s’appelait Le Spark. On a enregistré 2 albums et on a tourné en France et en Angleterre pendant 5 ans. J’ai arrêté car je voulais changer.

Anna : Moi, je n’ai pas eu de projet musical avant, mais j’ai toujours évolué dans un milieu très musical.

Pourquoi « Hôtel » comme nom de votre duo ?

Anna : Je suis sûre que tu penses à beaucoup de choses quand on dit Hôtel …c’est porteur de plein d’idées, des fantasmes, d’ambiances, des possibilités et de plein de personnages.

Victor : Quand on parle d’hôtel, on pense à de chambres d’hôtel ou se passent plein de choses. On adore l’esthétique des hôtels des années 30 ou des motels avec les néons.

Anna : C’est un univers qui va nous permettre de raconter beaucoup d’histoires.

D’où « Room 102 », le titre de ce deuxième EP …

Victor : Oui, c’est le numéro de la péniche où on vit et on écrit de la musique. On a notre studio là-bas…

Vous faites quasiment tout par vous-même…comment est-ce que vous travaillez ensemble ?

Victor : Généralement, on commence avec la musique, j’ai une idée et Anna écrit les paroles…

Anna :  Et après on mixe : je participe à la composition et il donne son avis sur le texte.

On fait les maquettes chez nous et on enregistre dans le studio Tropicalia à Paris.

Il y a aussi un musicien qui travaille avec nous mais c’est tout récent, ça sera plutôt pour le prochain EP.

Et sur scène, on est 5 personnes.

Victor : On a toujours eu des collaborations avec des amis, pour faire la prod.

Anna : On est très bien entourés.

Parlons un peu des chansons : « Hémoglobine »

Anna : C’est une histoire d’amour. Elle parle de la trace qu’on voulait laisser chez quelqu’un, la place qu’on peut prendre ou pas.

Victor : On s’imaginait passer sous la peau, infuser quelqu’un avec de l’encre.

Anna : On dit bien je t’ai dans la peau

« Perfecto » – c’est la veste en cuir ?

Anna : oui, ça peut l’être, on n’a rien contre…

Victor : C’est un morceau un peu blues qui parle du partage de sensations sur des matières un peu rough… admirer les matières de l’un ou l’autre … une histoire qui nous a inspiré.

Anna : Ramener la relation aux sens, aux odeurs…l’essence d’un zippo, le cuir…le touché, l’instinct

« Digitale » Le monde digital, pixelisé vous inspire …

Anna : Il nous inspire de rester plutôt vigilent …

Victor : En fait, on ne sait pas trop quoi penser, car il y a du bon et du mauvais

Anna : L’idée est de surtout ne pas arrêter de s’interroger. Il ne faut pas laisser la digitalisation trop prendre la place dans nos vies sans se poser des questions.

Il y a des risques, il y a évidemment des choses merveilleuses qui arrivent avec la dématérialisation de tout, mais il ne faut pas oublier de se questionner et mettre de limites.

Une relation nait sous ce ciel-là mais, est-ce qu’elle est vraiment une ? …il y a la perte d’identité…, il y a des questions qu’il faudra se poser, il ne faut pas se laisser complètement faire.

On est tout à fait connecté mais quand on poste une image, c’est qu’on l’a pensé, voulu, on l’a fabriqué avec les gens. Elle a forcément un rapport esthétique.

On ne poste pas à tout vas. On n’a pas l’habitude de poster de photos de vacances en maillot de bain.Çà peut être rigolo mais ce n’est pas notre propos …donc, quand on se sert de tous ça,on essaie de maitriser.

Victor : c’est un peu vicieux tout ça, à voire les réactions des gens, ce n’est pas toujours sur les photos les plus intéressantes.

 

Quelles sont vos inspirations musicales, les artistes qui vous ont marqué dans votre carrière ?

Victor : Moi, c’est Kurt Cobain, mais il y a beaucoup d’autres comme LCD Sound System.  J’aime l’Afrobeat aussi.

Anna : Tame Impala, au moment où ils sont arrivés, ça nous a beaucoup marqué… On aime beaucoup aussi Air, Charlotte Gainsbourg… c’est très vaste…

Moi, culturellement de ma famille, je venais plutôt du classique et du jazz et puis je suis allée vers le blues, la musique noire américaine. Finalement, le rock est arrivé assez tard …

Et The Kills ? Quand je vous écoute, je trouve une certaine influence

Anna : Ah oui, on adore The Kills, on les a vu plusieurs fois sur scène.

C’est une grosse influence … c’est tellement agréable de les voir sur scène, à eux deux dégagent une telle énergie forte et très solaire.

Vous avez écrit plutôt en anglais mais maintenant vous privilégiez plutôt le français …

Victor : En fait, nos premières chansons étaient en français. C’est plus cool d’écrire en français. J’ai l’impression de parler plus aux gens, de gérer totalement mon message. On est fiers d’écrire en français.

Qu’est-ce qu’a été le plus difficile pour vous pour réussir ce projet ? D’arriver jusqu’à là …

Victor : Je pense que c’est un peu comme pour tout le monde, trouver sa patte, son créneau.

C’est une quête qu’on fait tous les jours on essaie de rester proche de soi, ne pas se trahir.

Anna : Pour moi la difficulté, c’est de douter tout le temps. Ce n’est pas une science exacte. On s’expose, on n’est jamais sûr de la qualité de ce qu’on propose.

En revanche, ce qui nous a rassuré dès le début c’est qu’on s’est retrouvé tout de suite entouré par des gens d’une très grande qualité et évidement cela rassure : que ça soit les gens chez qui on a enregistré, les réalisateurs de clips mexicains géniaux, des musiciens pour participer à nos enregistrements… à chaque fois, ce sont des gens pour lesquels on a beaucoup de respect.

On se sent plus costaud que tout seuls dans notre coin et on s’est dit, tiens s’ils passent par-là peut être que ça a un peu de sens.

La petite bande qui se forme autour de nous, c’est une grande valeur dans cette aventure…l’équipe d’Ephélide qui s’occupe de notre promo ou l’équipe d’Anteprima, notre éditeur, ils se défoncent pour nous et ça nous rassure beaucoup.

Parlons un peu mode. Quel est votre style ?

Anna : Je ne sais pas trop… j’aime les grands manteaux, les shorts en jean, j’aime les bottes – j’ai celles-là que j’adore (elle montre ses bottes) depuis les années 90s.

Victor : Tu es un peu baroudeuse…

Anna : Oui, baroudeuse un peu chic. Dans tous les cas, je n’aime pas être trop apprêtée.

Lui, il est très fort, il adore ça… il est plus pointu et plus fort en repérage de pièces que moi…

Victor : Oui, J’adore ça. J’aime beaucoup les pièces qui me parlent. J’aime les mélanges d’époques, une fringue des année 30, une bonne veste par exemple avec des baskets récents.

La pièce préférée dans votre garde-robe

Anne : Une combinaison, j’aime les combinaisons, ces bottes et la cape Saint Laurent de ma mère

Victor : J’en ai plusieurs, dont le pantalon que je porte, le manteau aussi. J’ai un perfecto, des cuirs que j’aime beaucoup et les chaussures, des boots de chez Crocket and Jones

Et sur scène vous aimez porter quelque chose de spécial

Anna : Pas pour l’instant mais, j’espère qu’on aura des partenariats avec des gens qu’on aime bien. On a déjà eu la chance que Paul Smith nous prête de choses.

Victor : ça peut être cool de dessiner une fringue pour la scène, pour ce projet, ça fait partie du show…

Vous avez des shows en préparations

Victor : On sera aux Printemps de Bourges, le 27 avril, et après aux Francofolies en juillet. Entre temps, il y aura d’autres concerts à Paris.

Anna : On aime beaucoup les festivals, on est des habitués. Ce sont des belles aventures et on a hâte de charger notre van avec les copains. On aime bien faire la route.

Quel art vous aimez appart la musique

Victor : Je fais un peu de photo, j’écris un peu, j’aime beaucoup le graphisme. Je suis fan de graphisme japonais, les visuels comme sur la pochette de l‘album d’ailleurs.

J‘aimerais bien développer et gérer les outils et faire tout seul, c’est une liberté, mais après j’aime avoir l’œil de quelqu’un d’autre, collaborer avec d’autre gens.

Anna : J’aime aussi la photo, le cinéma, la sculpture

Et le mot de la fin

Anna : On espère développer un beau projet scénique aussi, car on aime vraiment être sur scène, faire de la route, être libre… enfin, on a de la chance de faire ce qu’on aime…

Room 102 est disponible actuellement

Tracklist

  1. Hemoglobine
  2. Perfecto
  3. Digitale
  4. Dust
  5. Transcendental Express

 

English Version.

 

Freshness and freedom on French Music scene with the release on March 30, 2018, of “Room 102, the second EP of Hotel, the Parisian duo formed by Anna Reinhard and Victor Le Dauphin.

A first EP “Express Checkout”, released in June 2017, had already introduced us into their eclectic vibrant universe, filled with original compositions and pretty catchy refrains, quickly followed by this second EP, even more ambitious.

Blend of synths and guitars, blues and rock, a deep, soft voice, on the 5 songs on the EP, Anna and Victor reveal varied, contrasting, textures and sounds, raw and refined atmospheres.

The result is a good portion of electrifying emotional pop-rock very rooted in the current world.

I had the great pleasure to meet them and also see them on stage at L’Alimentation Générale in Paris, which has further strengthened my conviction that a bright future is promised to their project( photos from the show )

Passion, complicity and creativity, meet two smiling and lovely people that have plenty of things to tell us. A duo to follow up very closely.

How did you guys meet and decide to make music together?

Victor: We met through a friend at a concert and we immediately connect. Then, I went to play at her party and that evening, I lost my guitar so, I was very sad…

Anna: And me, I felt very bad…

Victor: So, she told me that she had a spare guitar that I could take and in exchange, teach her some guitar lessons.

And in fact, we immediately started to write songs instead of guitar lessons. People loved our songs and since then we released 2 EP… We’d like to release a lot of stuff and very often.

You did the music before?

Victor: I had a band called Le Spark. We recorded 2 albums and we toured France and UK within 5 years. I stopped because I wanted to do anything else.

Anna: Me, I haven’t had a musical project before, but I have always evolved in a very musical environment.

Why Hôtel as the name of your duo?

Anna: I’m sure you’re thinking about a lot of things when we say Hotel… it inspires a lot of ideas, of fantasies, atmospheres, opportunities and plenty of characters.

Victor: When we talk about a hotel, we think to hotel rooms where lot of things are happening. We love the aesthetics of the 1930s hotels or of the neon motels.

Anna: It’s a very promising universe that will allow us to tell a lot of stories.

That’s why “Room 102”, the title of this second EP…

Victor: Yes, it is the number of the barge where we live and write music. We have got our studio out there…

You do almost everything by yourself… How did you work together?

Victor: Generally, we start with the music, I have an idea and Anna wrote the lyrics…

Anna: And afterwards we mix: I get involved in the composition and he gives his opinion on the text. We record the demos at home and we recorded in a studio called Tropicalia in Paris.

There is also a musician who is working with us but this is quite new, it will be more a collaboration for the next EP.  And then, on stage, we are 5 people.

Victor: We always had collaborations with friends, to make the productions…

Anna: We are very well supported.

Let’s talk about the songs: “Hemoglobine”

Anna: it’s a love story, it talks about the trace we wanted to leave to someone…

Victor: it’s like go under the skin, infuse someone with ink.

Anna: You know  we say I got you under my skin

“Perfecto” it’s the leather jacket?

Anna: Yes, it can be, we have nothing against…

Victor: This track a little bluesy, it’s talking about sharing some feelings about rough textures… a story that inspired us.

Anna: A relationship with smells and instincts … the essence of a zippo, a leather touch …

 “Digitale” … the digital world inspires you…

Anna: it inspires us to remain rather vigilant…

Victor: Actually, we do not know what to think, because there are good things and bad things also.

Anna: The idea is not to stop to wonder. Do not let the digitalization to take too much place in our lives without asking questions. There are risks, there are obviously wonderful things happening with the dematerialization of everything but we should not forget to question and put his limits.

A relationship born under this sky, is it really one? …the loss of identity… there are a lot of questions to be asked…

We’re quite connected but when we post a picture is that it was thought, wanted, we made it with people, artists. It has an artistic impact.

We do not post at all going. We didn’t usually post pictures of holidays in a swimsuit, it can be fun but this isn’t us. We like to control all images.

Victor: It’s a little bit vicious, the people reactions are not always on the most interesting photos.

What are your musical inspirations, the major artists that have marked you in your career?

Victor: Kurt Cobain but there are many others such as: LCD Sound System, I also like the Afrobeat.

Anna: Tame Impala, by the time they arrived they inspired us a lot… We love also Air, Charlotte Gainsbourg

Culturally from my family, I’d rather come from classic and jazz, then I went to the blues, black American music. Finally, the rock has arrived quite late in my life…

And The Kills? When I listen to you, I think a little bit of them

Anna: Oh yes, we love The Kills, we saw them several times on stage.  It’s a big influence… it’s so nice to see them on stage, such a strong and solar energy.

You wrote in English but now you prefer French…

Victor: Actually, our first songs were in French. It’s cool and we’re proud to write in French and I feel that I can talk more to people, we can manage our message.

What was the most difficult for you to build up in this project? To get up there…

Victor: I think it’s a bit like for everyone, find his paw, his niche.

It’s a quest that we do every day, we try to stay honest, do not betray ourselves.

Anna: For me, the difficulty is to doubt it all the time. This isn’t an exact science. There is a risk, we’re never sure of the quality of what we offer.

On the other hand, which has reassured us from the very beginning it is we were immediately surrounded by people of a very high quality: the musicians that recorded with us, music video directors, there are all awesome people for whom we have a lot of respect.

It feels better than being all alone in our corner. The small band that forms around us gives the greatest value of this adventure… Ephelide’s team who takes care of our promo or Anteprima’s team, our label, they work hard for us and it’s important to us.

Let’s talk a little about fashion… What is your fashion style? 

Anna: I don’t know… I love the oversize coats, jean shorts, boots – I have these (she shows me her boots) since the 90’s I love them.

Victor: You’re a little bit adventurer…

Anna: Yes, a chic adventurer. In any case, I don’t like to be too dressed up.

Victor is very strong, he loves fashion. He is sharper and stronger then me to find some beautiful stuff.

Victor: Yes, I love it. I love clothes that speak to me. I like mixtures of different styles, periods, for example a good 30’s jacket with new sneakers.  It’s a good feeling and helps to stand in life.

Favourite piece in your wardrobe

Anne: A jumpsuit, these boots and my mother’s Saint Laurent cape.

Victor: I have several, the trousers I’m wearing and the coat also. I have a perfecto, some leathers that I love and also shoes and especially boots – that come from Crocket and Jones…

And on stage do you like to wear something special?

Anna: Not for the moment but, I hope we have some partnerships with people we love. We already had the chance that Paul Smith lend us some clothes.

Victor: It can be cool to draw some outfit for the stage, for this project, it’s part of the show…

You have some gigs coming soon

Victor: We’ll perform at Printemps de Bourges, on 27 April, and at the Francofolies in July. In the meantime, there will be other concerts in Paris.

Anna: We love festivals, we go very often. These are beautiful adventures and we can’t wait to load our van with friends… we like to be on the road…

What other art you love except music

Victor: I love photography, I write a little, I love graphic design. I am a fan of Japanese graphics, visuals as the cover of the album. I would like to develop and manage the tools and do by myself, it’s a freedom, but then I like having someone else’s eye, work with other people.

Anna: I also like photography, film, sculpture

Something you would like to add

Anna: We hope to develop a beautiful scenic project also, because we really like being on stage, be on the road. Be free… we are lucky to do what we love…

“Room 102” is available now

Tracklist

  1. Hemoglobine
  2. Perfecto
  3. Digitale
  4. Dust
  5. Transcendental Express

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.

Blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: