Sunset Sons : Rock and Surf -Very Rarely Say Die -Interview – Paris, April 2016

French Version – scroll down

image

Their story is one of a kind. Few years ago, 3 Britishs : Rory Williams (singer, piano), Jed Laidlaw (drums), Robin Windram (guitar) and 1 Australian: Pete Harper (bass) met in Hossegor, France, by pure coincidence and founded a band – Sunset Sons.

What bring them together? We could say that a great surfing wave…actually, 2 common passions – music and surf – then everything happens really fast.

They started by playing covers quite a while then they decided to write their own songs. They write fast and they write good, so they were quickly discovered by the biggest producers in music industry. 4 Eps and 2 years later, here there is the result: an excellent debut album called Very Rarely Say Die.

Their sound is melodic rock with pop accents, some funky – dancing touchs and hip hop rhythms…a clear, slightly rusty -husky voice, beautiful guitar riffs, lovely piano chords.
Their album is a collection of catchy joyful songs, love songs, this kind of cool hits that we’re humming without interruption after 2-3 listening.

In promotion for the new album, I had a great opportunity to discuss music, surf, fashion and much more with 3 of them just before their nice showcase at the Parisian Club of Generator Hotel (Rob was missing but his photo was in Rory’s pocket)

Surfer looks, lovely smiles, obviously they introduced themselves in French. In spite of 15 shows in 18 days, they were relaxed, happy and almost surprised that so many people came to see them and especially that their fans know all their song by heart, sometimes even better then Rory himself…

Pictures from the showcase

image

image

image

image

Tell me how comes you all met in Hossegor

“I was travelling from Australia”, says Pete, “to see my cousin who has a bar there and invited me hanging around, do some surfing. Rory was playing there at the piano. Rob was friend with the head chef and Jed was there too teaching surfing lessons and he also knew my cousin from Canary Island.

One night, Jed heard Rory playing so they started talking about music, Rob and myself were there too, and that’s all, we ended up starting a band”

“I quit my job” said Rory “I said holyday time and this just turn into a band. I would not say it turns into a profession as we are not professional musicians. But we have lot of fun, we used the band as a way to stay all together, hanging around and earn some money…”

Why this album title? Quite unusual…

Pete tells: “we were driving on a very snowy road, somewhere in the mountains, and it was very dangerous, we tried to put the chains on and we though, oh, that this is never going to happen, so annoying. And Rory said Very rarely say die, this is boys, then we started totally messing with the expression “never say die”, so this turns into a long joke, and become something that we said quite often: very rarely say die”

Rory and Jed add “It is hard to give a title to an album; it is almost as difficult as giving a name to a band or to a baby. The record is also quite autobiographical, we were all working very hard, there were some obstacles that we smashed out from our way, we could have given up but we really very rarely say die, just we keep going”

Where did you record?

We started in Nashville, said Jed, about 8 months ago and we did a bunch of stuff with the amazing producer, Jacquire King (Kings of Leon, Norah Jones, James Bay …). We recorded quite a lot of songs in the Black Birds Studio, then we come back home and start touring.

We did some festivals, then the mix started, we were still writing songs that we wanted to record, so we went to a producer named James Lewis who did a couple of EPs with us and we recorded new songs in Bayonne.

We also recorded one song in Wales and one in London, so actually we can say that we started in Nashville but the album travelled with us everywhere on tour”.

How do you write? What is your inspiration?

“Usually four of us in a room”, explains Jed, “someone has an idea, we explore that, jam out on it till we get some substance, follow this a little bit, but if after 20 Minutes nothing is done, we throw out and just start again. We are all living the same type of life for a while, so it easy to write songs about this”.

What do you listen?

“We have a general collection of music that we all love but there are also some tangents like punk, hard rock, soul. We listen different sort of music, but we really do not think that we sound like any of these bands “

Pete listen more hard rock, heavy metal, bands like Guns & Roses, or punk and “we can feel this in his riffs” said Rory.

Rory loves soul music, he grew up on Motown, and he admits -It comes across in his head when he plays to the piano.

Jed listen more classic rock: Rolling Stones, The Beatles, The Who, The Kinks… or Americans like Bruce Springsteen, Tom Petty – as he said he loves “proper music with real songs and real melodies”

They also love some French artists like Daft Punk, Phoenix or Sébastien Tellier.

Speaking about touring last year in opening for Imagine Dragons, they have a big admiration for them.

Rory explains “We met them on tour. They are talented boys, amazing to watch. They really bring it. If you enjoy their records, their live performances are so much more. It just worked and the fact that they are really nice guys, it helps a lot”

No matter small venues or big festivals, these guys just love to play and certainly they have some favorite places where they would like to play when they will be famous.

For Jed, it would be Brixton Academy in London, Rory dreams of Royal Albert Hall – for him this is the place where all prestigious, recognized artists are playing.

As about Pete, he dreams of Sydney Opera of course, but also of a new place in Sydney called Horden Pavilion, where the most successful Australian band are performing.

They surfed everywhere in the world but their number one place to surf is still in Hoosegor, just across the street from Pete’s house.

“It feels like home, good people, good waves” and for sure, here they have the best memories about surfing together. So, while not on tour we can find them here, in the European capital of surf.

Talking about fashion, I tried to find out what these handsome guys are wearing – well, they are not so involved in fashion however they have some ideas. They really think, it is cool to wear the same clothes on stage as in the everyday life as this creates an identity, tells you who you are – for example, they appreciate the style of bands as Ramones with their leather jackets and skinny jeans…

They are wearing jeans, for sure and Pete confess “I wear exactly the same pair of jeans as I were 13 years old and I still buy them in Australia” while Rory is a Louvine Man (Louvine is a French brand based in Seignosse, not far from Hossegor much coveted by fishermen, surfers and musicians),

And about Future projects?

“Since we wrote She wants – we really did not stop writing songs- said Jed- we have a massive collection of songs but we also criticize ourselves so much, we consider some songs are not good enough. We will keep playing around with some ideas in Hossegor and of course, there are the summer festivals and we are going to have lot of fun”

Well, Sunset Sons are young, passionate, enthusiastic and they have lot of potential and personality: they just want to be themselves:

“Our band does not interfere with anyone, we want to do our own path, we just love doing music together. We want to be the best thing you have seen in your life”

That’s promising.

They ended a very intensive tour around Europe, with many sold out dates just before attacking the biggest festivals this summer… So hope to see them soon.

More information and free download on

http://sunsetsons.com/

EP s

  • Le Surfing EP (2014)
  • No Bad Days EP (2014)
  • The Fall Line EP (2015)
  • She Wants EP (2015)

Album

  •  Very Rarely Say Die (2016)

 

image

Français

Leur histoire est bien originale : il y a quelques années trois Britanniques – Rory Williams (chant, piano), Jed Laidlaw (batterie), Robin Windram (guitare) et un australien – Pete Harper (basse) se sont rencontrés en France, à Hossegor, totalement par hasard et ils ont formé un groupe : Sunset Sons.

Qu’est-ce que les a rapprochés ? On pourra dire une superbe vague de Surf … en fait, deux passions communes – la musique et le surf et ensuite, tout s’est passé très vite.

Ils ont commencé par jouer des reprises et après un certain temps, ils décident d’écrire leurs propres chansons. Ils écrivent vite et ils écrivent bien – et donc, ils sont rapidement découverts par les plus grands producteurs de musique.

4 EPs et 2 ans plus tard, voilà leur excellent album qui vient de sortir…Very Rarely Say Die.

Leur son est rock, mélodique, avec des rythmes pop et funky, des touches dancing et hip hop… une voix claire, un peu rouillée -rauque, des beaux riffs de guitare, jolis accords de piano…

L’album est une collection de hits, des chansons joyeuses et accrocheuses, des chansons d’amour, ces refrains cool qu’on fredonne sans interruption après 2-3 écoutes.

En promotion de leur album, j’ai eu l’occasion de discuter, avec trois d’entre eux, musique, surf, mode et bien plus encore (Rob n’était pas là mais sa photo était quand même dans la poche de Rory).

Alors évidemment, quand je les ai rencontrés juste avant leur showcase dans le petit Club de l’hôtel parisien Generator, ils m’ont accueilli en Français, souriants et avec une grande gentillesse. Malgré les 15 shows en 18 jours, ils étaient détendus, confiants, heureux et presque surpris que tant de gens sont venus les voir et surtout, que leurs fans connaissent leurs chansons par cœur, encore mieux que Rory lui-même…

Dites-moi comment vous vous êtes rencontrés à Hossegor ?

« Je voyageais d’Australie », dit Pete, « pour voir mon cousin qui a un bar à Hossegor, il m’avait invité le découvrir, surfer, s’amuser un peu…Rory jouait au piano dans le bar. Rob était ami avec le chef cuisinier et Jed était là aussi pour donner de cours de surf et il connaissait aussi mon cousin des îles Canaries ».

Une nuit, Jed a entendu Rory jouer au piano, ils ont commencé à parler musique, nous étions tous là et c’est tout, on a formé Sunset Sons”.

« J’ai quitté mon travail » rajoute Rory « je me suis dit – il est temps de prendre des vacances et ces vacances se sont transformés en un groupe. Je ne dirais pas qu’elles se sont transformées en une profession car nous ne sommes pas des musiciens professionnels. Certainement, nous prenons beaucoup de plaisir, nous avons utilisé le groupe comme un moyen de rester tous ensemble, s’amuser et gagner de l’argent… »

Pourquoi ce titre de l’album ? Very Rarely Say Die …un peu inhabituel…

Pete raconte « Nous roulions sur une route très enneigée, quelque part dans les montagnes et c’était très dangereux, nous avons essayé de mettre les chaînes de neige et on s’est dit oh, on va jamais réussir, si ennuyeux, et à un moment Rory dit Very rarely say die ( très rarement s’avouer vaincu) c’est ça les gars – (ndlr expression qui vient de Never say die – « jamais s’avouer vaincu »), puis on a commencé à jouer totalement avec l’expression, donc, cela s’est transformé en blague qui nous a amusé et c’est devenu quelque chose que nous répétons assez souvent : Very Rarely Say Die »

Rory et Jed rajoutent, « il est difficile de donner un titre à un album. C’est presque aussi difficile que de donner un nom à un groupe ou à son propre enfant. »

« C’est aussi un album totalement autobiographique, nous avons travaillé très dur, il y avait des obstacles que nous avons réussi à écraser sur notre chemin, nous aurions pu abandonner mais nous avons l’esprit combatif et nous nous avouons vaincus très rarement, juste nous continuons »

Où avez-vous enregistré ?

« Nous avons commencé à Nashville », dit Jed, « il y a environ 8 mois et nous avons enregistré beaucoup de chansons avec un excellent producteur, Jacquire King (Norah Jones, Kings of Leon, James Bay ).

Nous avons enregistré dans le Black Birds Sudio puis nous sommes retournés à la maison et nous sommes partis en tournée. Nous avons fait quelques festivals, puis le mix a commencé. Nous écrivions encore des chansons que nous voulions enregistrer, alors nous sommes allés travailler avec le producteur James Lewis avec qui nous avions déjà travaillé pour les EPs

Et donc, nous avons enregistré à Bayonne, au Pays de Galles et à Londres…. Donc on peut dire que nous avons commencé à Nashville, mais l’album a voyagé avec nous partout en tournée »

Comment écrivez-vous ? Quelle est votre source d’inspiration ?

Jed dit “Habituellement nous sommes tous les quatre dans une pièce, quelqu’un a une idée, nous l’explorons, on la travaille un peu jusqu’à obtenir quelque substance, mais si après 20 Minutes, rien n’est fait, on jette et on recommence dès le début.

Nous vivons tous le même type de vie depuis un certain temps, donc il est facile d’écrire des chansons »

Vous écoutez quel type de musique ?

“Disons que nous avons une collection générale de musique que nous aimons tous, mais ensuite on a quelques tangentes comme le punk, le hard rock, la soul.

Nous écoutons différents types de musique, mais nous pensons vraiment que notre son ne ressemble à aucun de ces groupes que nous aimons »

Pete aime le hard rock, le heavy metal, le punk, des groupes comme Guns & Roses et nous pouvons ressentir cela dans ses riffs.

Rory aime la soul, il a grandi avec la Motown et il admet – quand il joue au piano, cette musique-là joue dans sa tête.

Jed préfère le rock classique : Rolling Stones, The Beatles, The Who, The Kinks… ou des américains comme Bruce Springsteen, Tom Petty – comme il le dit, il aime « la bonne musique avec des vrais refrains et des vraies mélodies »

Ils aiment aussi des artistes français comme : Daft Punk, Phoenix ou Sébastien Tellier.

En parlant de tournée de l’année dernière en ouverture de Imagine Dragons, ils ont une grande admiration et reconnaissance pour eux “Nous les avons rencontrés en tournée. Ils ont beaucoup de talent ils sont magnifiques à voir. Si vous connaissez leurs albums, leurs performances live sont beaucoup plus magnifiques. On a bien travaillé ensemble et le fait qu’ils sont des gars vraiment très gentils, ça aide beaucoup »

Certes, les garçons aiment juste jouer quel que soit le lieu : petites salles, grands festivals et bien évidemment, ils ont quelques endroits où ils aimeraient bien jouer quand ils seront célèbres.

Pour Jed -c’est la Brixton Academy à Londres. Pour Rory – Royal Albert Hall sera la vraie consécration où tous les artistes reconnus et prestigieux jouent.  Et bien sûr pour Pete – son rêve serait l’Opéra de Sydney, mais aussi il aime un nouveau lieu à Sydney, appelé Pavillon Horden, où jouent les groupes australiens les plus en vogue.

Les garçons ont surfé partout dans le monde, mais leur lieu favori restera toujours à Hossegor, juste en face de la maison de Pete. Ici, ils se sentent bien, comme à la maison, « il y a des gens bien, des bonnes vagues » et bien sûr, ici, ils gardent leurs meilleurs souvenirs de surfer ensemble.

Question Mode, j’ai essayé de savoir comment ces beaux garçons sont habillés – bien qu’ils ne soient pas tellement impliqués dans la mode-  ils pensent vraiment que c’est cool de porter les mêmes vêtements sur scène que dans la vie quotidienne, car cela crée une identité, vous indique qui vous êtes –  et donnent comme exemple les Ramones inséparables de leurs vestes en cuir et leurs jeans skinny…

Oui, jeans à coup sûr, Pete dit qu’il porte exactement la même paire de jeans qu’à l’âge de 13 ans, qu’il achète toujours en Australie tandis que Rory est un Louvine Man (une marque Française basée à Seignosse, donc pas loin de Hossegor, et qui crée de vêtements très prisés des pêcheurs, des surfeurs et des musiciens)

Projets d’avenir ?

« Depuis que nous avons écrit She wants – nous n’avons pas vraiment arrêté d’écrire – nous avons une vaste collection de chansons mais nous nous critiquons nous -mêmes également beaucoup, nous considérons que certaines chansons ne sont pas assez bonnes, alors on va continuer à jouer avec quelques idées à Hossegor et puis il y a les festivals d’été où nous allons beaucoup nous amuser »

Ils sont jeunes, passionnés, enthousiastes et désireux de réussir et ils n’aiment pas trop être catalogués dans un certain type ou courant musical.

“Nous souhaitons construire notre propre chemin, on adore faire de la musique ensemble. Nous voulons être la meilleure chose que vous avez vu et écouté dans votre vie”

C’est prometteur donc.

Ils viennent d’achever une tournée très intensive dans toute l’Europe, avec de nombreuses dates à guichets fermés, juste avant d’attaquer les plus grands festivals d’été… Alors espérons les voir bientôt.

 

 

 

%d bloggers like this: