Music, Art, Fashion – A Conversation with Jamie Campbell Bower of COUNTERFEIT.

Acteur, musicien, model, Jamie Campbell Bower est un artiste aux multiples talents et surtout, il est un grand bosseur.

Voix rauque et pleine d’émotion, Jamie a sorti avec son groupe COUNTERFEIT., un premier album Together We are Stonger en 2017, plusieurs singles et un deuxième album est attendu pour cette année.

Il y a quelques mois, j’ai eu le plaisir de rencontrer ce londonien aux allures de dandy chic parisien et nous avons discuté musique, art contemporain, mode, émotions, sens de la communauté et plein d’autre choses. Interview :

Comment a commencé l’aventure COUNTERFEIT. ?

Jamie : J’ai joué dans un autre groupe quand j’étais à l’école. Ce groupe a eu des différents line-ups et à un certain moment j’ai appelé Tristan pour jouer de la guitare. Et on avait besoin d’un bassiste aussi donc on a recruté Roland que Tristan avait rencontré dans une fête. On a joué un peu dans cette formule.

Puis, j’ai commencé COUNTERFEIT. J’ai demandé à Tristan et à Roland de venir jouer avec moi, car ils sont des excellents musiciens. J’ai demandé à Sam, mon frère, car nous avons toujours joué de la musique ensemble et aussi à Jimmy que je connaissais depuis longtemps. Il a joué de la batterie dans beaucoup de groupes indie à Londres et je savais que c’était un bon batteur. Je connais très bien son frère, donc à chaque fois qu’on avait besoin d’un batteur dans le studio, Jimmy venait pour jouer de la batterie avec nous.

Et pourquoi tu as choisi de vous appeler COUNTERFEIT. ?

Jamie : La vrai réponse est que je ne sais pas. Il y a eu beaucoup de noms différents qui m’ont passé par la tête et d’un coup celui-là est apparu. J’ai demandé autour de moi et tout le monde a dit qu’il est bien. Il m’a paru bien et j’ai eu un bon feeling.

Vous avez un deuxième album en préparation. Comment est-ce que vous travaillez ensemble ?

Jamie : Je travaille beaucoup dans l’isolement. J’aime travailler seul la plupart du temps. Je trouve qu’il est plus facile d’accéder à mes émotions. Jouer de la musique avec quatre autres hommes est parfois…disons… très viril. Donc, j’ai décidé que travailler tout seul, c’est honnête et émotionnel.

Mais nous travaillons aussi ensemble. Nous avons déménagé à Wembley pour écrire, quand nous avons commencé à écrire ce nouvel album. J’ai toujours eu la vision de faire ce que les Rolling Stones ont fait quand ils sont partis en l’exil, ici en France. Alors, j’ai dit Ok, faisons quelque chose comme ça. On s’est installé dans cette grande maison à la campagne en Angleterre pour 6 mois et on a écrit ensemble là-bas. Puis on a écrit un peu à Los Angeles, aussi.  Mais en général, 90% du temps, je travaille seul.

Ne met jamais ton cœur et ton âme dans quelque chose qui ne te remplit pas de joie.

Tu es acteur, musicien, modèle, comment tu partages ton temps entre ces métiers ?

Jamie : En fait, je ne partage pas mon temps. Je fais ce que je trouve bien à faire au bon moment. Ne met jamais ton cœur et ton âme dans quelque chose qui ne te remplit pas de joie. Donc, quand quelque chose que j’aime arrive ou je suis passionné par quelque chose, je vais agir comme un rottweiler, comme un chien. Je suis sérieux. En fait, je ne partage pas mon temps. Je travaille tout le temps. Je dois le faire et j’adore le faire. C’est que je suis.

Comment le musicien influence l’acteur ?

Jamie : Je pense que c’est plutôt mon jeu d’acteur qui influence ma musique. Mais ça fonctionne dans l’autre sens aussi, je suppose. Quand je suis capable dans un personnage d’accéder à mes émotions intérieures cela m’aide en tant que songwriter parce les émotions ressortent à la surface. Et quand j’écris des chansons ça va dans l’autre sens et ça m’aide à m’exprimer en tant qu’acteur. Est-ce que c’est logique ?  Je n’ai jamais pris de décision comme choisir un rôle basé sur ma musique et je n’ai jamais choisi d’écrire une chanson basée sur un personnage que j’ai joué.

Quel est le message de votre musique ? Qu’aimez-vous exprimer ?

Jamie : Parler de qui nous sommes, parler de nos sentiments et de nos voyages émotionnels. On veut créer une communauté d’amour et de soutien – c’est la chose la plus importante que nous pouvons faire dans ce monde. Ce que je veux essayer de faire, c’est créer un espace pour les gens en partageant mon expérience, mon émotion, ce que je suis en tant que personne. Montrer honnêtement aux gens qui viennent aux concerts qui nous sommes et que ce n’est pas un crime d’être vulnérable.

“It Gets Better” – que peux – tu me dire sur cette chanson et sur la vidéo ? Comment vous l’avez écrite ?

Jamie : Il y a beaucoup de choses à dire sur cette chanson. It Gets Better c’est quelque chose que j’avais écrit dans mes notes depuis longtemps. Je voulais utiliser ces mots dans une chanson.

C’est une chanson qui parle mon voyage personnel, il s’agit de moi qui traverse la vie. Cela fait maintenant près de 5 ans depuis que j’ai arrêté la drogue et l’alcool. Et beaucoup de gens, des jeunes que je rencontre sur la route me disent qu’ils n’arrivent pas à décrocher. Ils se sentent très isolés et perdus là-dedans et je suis très affecté par cela parce que je suis l’un des chanceux qui a été en mesure de s’en sortir et de s’en remettre d’une certaine façon et de ne plus en avoir peur. Je veux encourager les gens, leur dire qu’ils peuvent s’en sortir.

J’ai vécu beaucoup de choses dans ma vie, des choses à voir avec la santé mentale et le suicide, avec mes deux tentatives et aussi la perte de beaucoup de mes amis. Il est important pour moi de rappeler aux gens et de me rappeler à moi-même que peu importe à quel point il fait sombre et morne et il y a une lumière au bout du tunnel. Il y a une possibilité pour des jours meilleurs.

Dans de la vidéo, c’est moi qui remercie ces gens qui m’ont soutenu et qui ont soutenu ce groupe tout au long de notre carrière.  Les fans pour moi sont les plus importants et le sens de la communauté c’est la chose la plus importante. Je le soutiendrai jusqu’au jour de ma mort.  

Et New Insane – c’est une chanson totalement différente…

Jamie : C’est un morceau fou que nous avons écrit avec un ami, Drew, à Los Angeles. Drew travaillait sur un tas de disques de hip hop et le soir quand on est allé faire une session avec lui, il a mis ce beat et c’était tellement malade. On a commencé travailler là dessous et il m’a dit que je dois être le plus fou, le plus egocentrique que je puisse être sur ce morceau. Et j’ai dit ok je peux le faire – alors nous l’avons fait. J’adore cette chanson.

Si It Gets Better c’est une chanson pour les gens, pour les autres, New Insane est un peu une chanson pour soi-même. Chaque fois que je la chante, mes yeux sont fermés et je peux voir et sentir quelque chose dans mon corps, j’ai l’impression d’être seul dans ma chambre à perdre la tête.

Quelles sont tes influences ?  

Jamie : L’émotion est ma première influence. Ce sont les émotions qui m’incitent à écrire de la musique. J’ai été un enfant qui s’exprime. J’ai acheté ma première batterie quand j’avais 10 ou 11 ans chez un voisin pour une centaine de livres. Je l’ai installée dans le garage de mes parents et je passais des heures et des heures à frapper dedans comme un malade.

En matière de musique, j’ai d’abord aimé des artistes comme Miles Davis, Frank Sinatra, des artistes de jazz, j’ai cherché l’émotion. Si on pense à Miles Davis, on peut sentir sa douleur à travers sa musique.

Un artiste coup de cœur ?

Jamie : Si je pense à tous les art médiums, c’est Franz Kline. L’artiste représentant de l’expressionnisme abstrait. C’est mon artiste préféré.

Parlons un peu de mode : Quelles sont tes 3 basiques dans ta garde-robe ?

Jamie : Une bonne paire de baskets, toujours important les baskets. Un beau pantalon large, j’aime vraiment ce style en ce moment. Et un T-shirt loose confortable. Je suis vraiment dans mes T-shirts vintage en ce moment. Des vieux T-shirt 90, T-shirts Adidas ou de vieux T-shirs Americans comme ceux du NASCAR. Donc, je dirais des trucs kitsch ou bizarre.

Qui est le petit personnage qui apparais souvent sur votre merchandising ?

Jamie : Son nom est Hyper. Il est une forme abstraite de moi-même et un ours en peluche que j’avais quand j’étais petit. Hyper représente la partie folle de moi-même, une sorte de punk je m’en foutiste. Et il y a toute une famille tout autour de lui que nous allons présenter. La famille qui représente des émotions différentes que les gens ressentent comme la peur, la honte, l’amour, la culpabilité, le manque de confiance en soi, l’ego, etc. Hyper est le leader de la meute. Nous l’avons créé à l’origine pour se protéger dans ce monde fou où la sécurité personnelle est très importante.

Ce monde qui est complètement malhonnête, plein de mensonges, plein de fraudes, plein de merde et j’ai besoin de quelque chose pour me sentir en sécurité et à l’aise. C’est ce que l’Hyper représente pour moi.

Il ressemble à un personnage de Takashi Murakami.

Jamie : Oui, c’est vrai. Je suis super fan du mouvement superflat. J’aime Murakami, j’adore ce qu’il fait avec son studio. J’ai découvert l’artiste Mr. et j’adore. Et aussi cette étonnante artiste illustratrice qui s’appelle Hattie Stewart. Elle travaille pour des magazines comme I-D ou Love. J’ai dit oh mon Dieu que je voudrais travailler avec Hattie. Mais malheureusement, avec son emploi du temps cela n’a pas fonctionné.

Superflat est quelque chose que j’adore absolument. Ça a toujours été une référence pour moi. Je voulais travailler avec Murakami, nous avons des amis communs et puis j’ai vu qu’il travaillait avec Billie Eilish et je me suis dit c’est mort, pas moyen de travailler avec lui maintenant.

Une autre artiste qui est une source d’inspiration pour moi c’est Jenny Holzer parce qu’elle fait ce qu’elle veut et c’est tellement incroyable.

Ton créateur de mode préféré ? 

Jamie : ça change. Pendant longtemps, j’ai été amoureux de Christian Dior. J’aime ce que Heidi Slimane a fait en si peu de temps avec la coupe, avec la marque. J’aime Saint Laurent et les coupes skinny, près de coup toujours Heidi Slimane style. Vivienne Westwood est une grande source d’inspiration pour moi probablement plus maintenant qu’il y a deux ans. Et Alexander Mc Queen. J’ai toujours aimé la coupe Mc Queen. Il a créé quelque chose de si parfaitement tragique avec le tissu. C’est inégalable pour moi. Tu reconnais l’épaule, quand tu vois une épaule, tu sais que c’est Mc Queen. C’est magnifique. Et toute cette l’autodérision, son obsession pour la mortalité et la mort, puis la renaissance. Je suis allé voir l’exposition Savage Beauty à Victoria& Albert Museum à Londres.

Je n’ai pas pu voir aucun de ses défilés mais je me souviens de l’exposition. Je me souviens de voir l’hologramme Kate Moss à l’exposition et d’éclater en sanglots. Je suis resté là et j’ai pleuré. C’était la plus belle chose que j’ai jamais vue. 

Il nous a quittés trop tôt…

Jamie : Il nous a quittés beaucoup trop tôt et la plupart des gens formidables dans ce monde ont tendance à le faire. Vous donnez autant que vous pouvez donner et puis il y a un point où vous pouvez dire que je ne peux pas donner plus. C’est fait. Cet héritage vivra éternellement.

Quels sont tes prochains projets dans la musique, le cinéma et la mode ?

Jamie : Eh bien, en matière de mode nous allons travailler plus avec nos marques de mode COUNTERFEIT. et Hyper. Nous allons essayer de développer cela un peu plus, parce que la marque nous appartient et c’est incroyable. On va se donner à fond et créer quelque chose de vraiment cool et vraiment beau. Niveau cinéma et je suis constamment à la recherche de nouveaux projets passionnants. Je viens de tourner le pilote pour le nouveau Game of Thrones, mais ensuite il a été annulé, donc nous verrons. Avec la musique, je continue juste à travailler et à créer. Créer et créer à chaque fois que vous le pouvez, continuer et ne pas s’arrêter.

English Version

Actor, musician, model, Jamie Campbell Bower is a multi-talented artist and above all, he is a passionate hard worker. A hoarse and emotional voice, Jamie has released with his band COUNTERFEIT., a debut album Together We are Stonger in 2017, recent several singles and a second album is expected this year.

A few months ago, I had the pleasure of meeting this Londoner with the look of Parisian dandy chic and we discussed music, contemporary art, fashion, emotions, sense of community and many other things. Interview:

How did you start the adventure COUNTERFEIT.?

Jamie: I was playing in another band when I was in school. This band had various line-ups and at a certain time I called Tristan to play guitar in that band and we needed a bass player. Tristan met Roland into a party. Then we played into that band a little bit.

Then I started Counterfeit. and I asked Tristan and Roland to come and play as they are good musicians. I asked Sam, my brother, as I always play music with him and also Jimmy as I know him for many years. He used to play drums in lot of indie bands around London and I knew he is a good drummer. I know his brother very well, so every time when we need a drummer in the studio Jimmy came and played drums.

And why did you choose Counterfeit. as the name of the band?

Jamie: I do not know. That’s the honest answer. I went through lots different names in my head and out loud as well and that word pop up in my head. I asked around and everyone said it sounds good. It feels right and it feels good to me. And when something feels good to me, I am into it.

You are preparing a new album; how do you usually work?

Jamie: I work a lot in isolation. I like to work alone by myself a lot of the time. I found it to be easier to access my emotions. Playing music with four other men sometimes is very manly, let’s say. So, I defined that working by myself is very good. it is the most honest and emotional place.

But we also work together sometimes as well. We moved into Wembley to write when we started to write this record. I’ve always had vision of doing what Rolling Stones did, when they went to exile, when they went here to France. So, I said Ok let’s do something like that.

We went to that big house in the country side in England, moved into there for 6 months and started to write there, and then wrote a bit in Los Angeles.

But generally, for me 90% of the time I worked alone.

Never put your heart and soul in something that does not fill you with joy

You are an actor, a musician, model, how do you split your time between the 3?

Jamie: Actually, I don’t. I just do what it feels right when it is right. Never put your heart and soul in something that does not fill you with joy. So, when something comes along that I love and when I feel passioned about something I go acting like a rottweiler, like a dog. I mean it. I don’t split my time. I just work all the time. You have got to and I love doing it. It’s who I am.

How your music influences your acting?

Jamie: I think that my acting is affecting my music more than anything. But both ways do works, I guess. I think that when I am able in a character to access emotions that I feel inside of myself that helps me as a song writer because they come to the surface. When I am song writing it goes to the other way and it helps as an actor. Does it make sense?

I have never taken any decision like choose a role based on my music and I’ve never chosen to write a song based on a character I’ve played.

What is the message of your music? What do you like to express?

Jamie: Talking about who we are, about our feelings and our emotional journeys. And creating a community of love and support – this is the most important thing that we can do in this world. What I want to try to do is to create a space for people, for anybody by sharing my experience, my emotion, who I am as a person. To show to people who come at the show honestly who we are and that it is no crime to be vulnerable.

It Gets Better” –tell me more about this song and the video? How did you write it?

Jamie: There a lot of things to say. It gets better it is something that I have been written down in my note book for a really long time. I wanted to use it in a song. It’s a song about my personal journey, it’s about me going through life. I am now nearly 5 years clean and sober, on 5th of March. And a lot of people, young people I meet when I am on the road are struggling with this. They are feeling quite isolated and lost in there and I am very much affected by that, because I am one of the lucky ones that has been able to kind of see thought that and get over it in a way and not be afraid of it anymore. I want to encourage people to know that you can stick with it and stick in this life.

I’ve gone through a lot in my life, like things to do with mental health and suicide, both attempts by myself and also the loss of a lot of friends of mine. It’s important for me to remind people and to remind myself and to tell people that no matter how dark it gets, no matter how bleak it may see that there is a light at the end of the tunnel and there is a possibility for better days.

As about the video, it is me giving thanks to those people that supported me and supported this band throughout our career.  The fans for me are one of the most important things, that’s sense of community is the most important thing ever. I would stand by that till the day that I die.  

And New Insane – what can you tell me about it?

Jamie: That was a crazy crazy track that we wrote with a friend of us, Drew, in Los Angeles. Drew was working on a bunch of hip hop records and in the evening when we go to have a session with him, he put up this beat and that was so fucking sick.

We have just started to work on it and he told me he wants me to be the craziest man possible. And I said ok I can do that – so we did it. I love that track so much.

If It gets better is something like out yourself, it’s for other people, New Insane is very much like in self. Whenever I sing it, my eyes are closed and I can see and feel anything in my body, I feel like I am by myself in my room, just losing my mind.

What are your influences? What influenced first in your life to write music and become a musician?

Jamie: I would say that first is emotion. Emotion is my influence. Emotions is first thing that influenced me to write music. I have always been a kid that express himself. I bought my first drums kit when I was 10 or 11 from a neighbour for a hundred pounds and I set it up in my parents’ garage. I spent hours and hours hitting the fucking thing.

But artist wise, I first liked artists like Miles Davis, Frank Sinatra, jazz artists. If we think to Miles Davis you can feel that man’s pain in his playing. Emotion.

A recent crush artist?

Jamie: Across any mediums, it is Franz Kline. The abstract expressionism artist. He is my favourite artist.

Let’s talk a bit about fashion: What are the 3 basics in your wardrobe?

Jamie: A good pair of trainers, always important the sneakers. Really nice wide trousers, I really like at the moment. And a comfortable top. I am really into my vintage T-shirts at the moment. 90s vintage T- Shirts like old Adidas T shirts and old American T shirt like old Nascar T shirts. So, I would say anything kitsch or weird.

Who is the little character that we can see on your merchandising?

Jamie: His name is Hyper – he is an abstract form of both myself and a childhood teddy bear. Hyper represents a kind of crazy part of who I am, a sort of punk does not give a shit kind of dude. And he has a whole family around him that we are going to introduce. The family is representative like different emotions that people feel like fear, shame, love, guilt, lack of self-confidence, ego, you know all these things. He is the leader of the pack and we originally created him because we live in this crazy world where personal safety is very important and I know that.

This world is completely dishonest, it’s full of lies, full of frauds, full of fake shit and I need something to keep me feeling safe and comfortable and that was what Hyper was for me.

He looks a little bit like a Takashi Murakami character.

Jamie: Yes, that’s right. The superflat movement is something I absolutely adore. I love Murakami, I love what he does with his studio. I discover Mr and I absolutely adore. I also discover that amazing artist illustrator Hattie Stewart that work for magazines like I-D or Love. I said oh my god I want to work with Hattie but unfortunately, her schedule did not work out.

Superflat was always a reference to me going into it. I wanted to reached out to Murakami as I saw that we have some mutual friends and then I saw that Billie Eilis was working with him and I thought that there is no way to work with Murakami now.

I also love Jenny Holzer. She is another artist who is a super inspiration for me because she does whatever she wants and it’s so sick and amazing.

Your favourite fashion designer?

Jamie: It changes you know. For a long time, I was in love with Christian Dior. I love what Heidi Slimane did with the company in such a short time with the cut with the brand. I love Saint Laurent also the very skinny, Heidi Slimane style. Vivienne Westwood is a huge inspiration to me probably more now than 2 years ago.

And Alexander Mc Queen. I’ve always loved the Mc Queen cut. He created something so perfectly tragic about what he did with fabric. It’s unparalleled to me. You know the shoulder, when you see a shoulder, you know that that’s Mc Queen. It’s so beautiful. And his whole thing is like self-deprecation and his obsession with mortality and death and then rebirth.

I went to see the exhibition Savage Beauty when it was in V&A in London. I remember going to exhibition because I never got to see any of his shows but I remember to see the Kate Moss Hologram at the exhibition and burst into tears. I just stood there and I cried. It was the most beautiful thing I have ever seen.

He left us too early

Jamie: He left us far too early and most of the great people in this world tend to. You give as much as you can give and then it would be a point when you can say I can’t give anymore. It’s done. That legacy will live on forever and ever.

What are your next projects in music, cinema and fashion?

Jamie: Well, fashion wise – we are going to work more with our fashion Counterfeit brand and Hyper brand. We’ll try to expand out that a little bit more, because we owned that and that belongs to us and it’s amazing. We are going to push and create something really cool and really beautiful.

With acting, I am constantly on the hunt of new exciting projects. I just shot the pilot for the new Game of Thrones but then it was cancelled, so we will see. With music, I am just continuing to work and create. It’s all just created and create whenever you can, keep going and do not stop.

Comments are closed.

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: