Little Hurricane talking New album “Same Sun Same Moon”, Music, Fashion Style and other stories- Interview

Little Hurricane

(EN)

A beautiful girl on drums, a handsome boy on guitar, an adorable couple beaming with happiness and making music together – let me introduce you : Little Hurricane.

Their story began in San Diego, USA, where Little Hurricane formed. Having recently resumed playing drums after an eight-year hiatus, Celeste “C.C.” Spina – Drums/Vocals placed a musicians-wanted ad on Craigslist.

Among the myriad of respondents was Anthony “Tone” Catalano – Guitar/Vocals, a studio engineer who’d worked with artists ranging from John Paul Jones to Gwen Stefani.

The two musicians were neighbours who had never met, and bonded over mutual interests including the blues, unusual and vintage gear, and their individual experiences playing in high school jazz bands.

A year later, Little Hurricane won three San Diego Music Awards, including “Album of the Year” for 2011 debut Homewrecker. Three years later, released the second album Gold Fever (2014) and this year, the stellar “Same Sun Same Moon” that definitely represents an evolution in their career, with new timbres, rhymes, and definitely picturing their fairy tale love story …as the duo married in summer 2016 and they elected to openly share their happiness with listeners for the first time.

And now, they are expecting a baby for October.

Gritty guitars, raging drums – 2 different powerful and clear beautiful vocals but so complementary, the 12 “dirty blues “songs are solar, honest, breathing love and emotion.

Short and effective – they spread positive vibes and inspired the magnificent West Coast sweet light.

Touring North America, Europe, and Australia, both as a headliner and main support for artists including The Specials, Manchester Orchestra, and John Butler Trio, they participate to major festivals as Austin City Limits and Lollapalooza. Their music also was featured on TV shows like Gossip Girl, Revenge, Mistresses, and ESPNs First Take or some Tv Commercials.

They are currently finish touring Europe with sold out venues and a new video for “Isn’t it great”  is available. 

For their first ever show in Paris last May, I’ve got the great pleasure to meet them and discuss music, instruments, love story, fashion style and many more.

Why this name: Little Hurricane?

Tone: It’s a long process to try to figure out a name of a band. We wanted something to represent our music and we thought that Little Hurricane sounds powerful but also small, like two of us. It is easy to google, there is no search things like “Little Hurricane “, so it is easy to find our web site.

We’ve been only under a big hurricane when we were in New York City, you know “Sandy” …but we heard about the ones in the south. They are a force of nature… Big hurricanes are bad but the little ones are fun. You just have to close your window and have drinks for a couple of days. It’s like a party.

You describe your sound like “dirty blues”. What does it mean? Did you wanted to get this from the beginning?

CC : Our sound is not a regular blues, it is not just rock n roll, but a kind of gritty sound. We developed our sound in that way.

Tone : We just jamming on this blues stuff and we found this cool, we said hey, maybe it will be our sound… First, we wanted to have fun and enjoy what we are doing.

 “Same Sun Same moon, your third album. What can you tell me about it?

CC : I think compared with the other albums, we had the intention to bring people together, which is the purpose of the title.  We are all living on the same planet and everything what a person does affects somebody’s else life, even if it’s far away. It is also the first album when we tell publicly that we are married, that’s part of the theme behind it. We worked about 2 and a half – 3 years for it.

By the way, congratulations for your marriage! How does this affect your music and your writing process? Did something change?

Tone: It was a gradual process because we met, we focused on music, then we travelled together, write songs together and our love grew, we fell in love.

It wasn’t like overnight, like boom… we are in love and we get married. It was a gradual process and I think our music reflects this – the closeness and our relationship. The closer we are, more integrated are our rhythms. It’s cool to play music toghther.

Tell me about the songs of the albums – do you have a song it’s more important for you, personally then another.

Tone: It’s hard pick one

CC: All of them are telling a story that we needed to tell for whatever reason. There are some of them that I like more than the others.

I really like Lake Tahoe Eyes which is kind of a viby, groovy song that feels like 60s, 70s sort of vibes with a lot of tremolo on the guitar. We recorded the album in Lake Tahoe, which is a beautiful lake at the border between California and Nevada.

That’s kind of special to me, because it represents the location where we recorded the album and we kind of capture the vibe of the town where we were.

OTL – what can you tell me about this song? It’s different of the others…

Tone : One True Love –yes,  we approach  the concept to write a song without a guitar.

So, we did it on keyboards. It was fun to do it. CC did some drums that we recorder with a microphone. It looks like it was a drum machine playing in a loop but it was really CC who is doing it.

We also approach it a bit more a pop music angle. It’s a love song so we feel like an up beat up tempo.

It was a demo and the record label said that they really like that song. So, we did it. It’s fun, it’s a simple song and really, the first and only song where I do not play guitar.

How about “For Life”?

CC : it was originally called “Tour life” and it’s about being on the road . It’s about all that hours we spent in the van. Sometimes we have moments when we think that this is perfect. You see such beautiful parts of different countries. It describes the better side of touring as there are the difficult sides as well.

Tone : We captured this moment which is just perfect. It’s late night, you’re been driving all night, we picture a good song to listen when you are driving all night, you have the sky, the stars. it’s a sound track for that moment.

You are doing everything together -Tone on Guitar – CC on drums, why did you choose these instruments?

CC : Something called me to do it . It has always been in my heart. I starts when I was 10 years old, so it connects me with my childhood.

When I had some free time to do something, I always, I wanted to play drums. That’s why, it’s been hard for me to expand. I got an acoustic guitar, a whole set of harmonicas that if I spent the time as Tone does, I could have learned better at them.

But when I have the time, I like to play what feels goods and what feels good for me, it was to sit behind the drum kit and to be in that space.

Tone : I had a choice as an elective course when I was in the 7th grade , like 12- 13 years old, and you could pick up course like cooking, classical guitar… I found that guitar was fun. And my mom said Ok, as long as, it is classical guitar you can do it. But my dad brings me to the music store and he said you can choose and electrical guitar if you want, and my mom was something like… Oh No…

Then, I was in a punk band, and this changed my life, just this one decision to pick up the electrical guitar… then I gravitated as I like dragging songs and once, I learned the cords I started to write my own songs.

Always I am trying to improve upon that, guitar is my tool to write music.

What other instruments you do?

Tone: CC play mandolin, percussion also. I play trumpet also on this album, bass guitar.

I also record it, I do the engineering, studio work, so it is very much us making the whole sound.

I think it is cool as you can translate the song direct from head to the final, to  CD , no one also is messing, just us .

What are your influences?

Tone : The music of our parents , the 60s the 70s, Beatles, Van Morisson, James Taylor …

CC : Paul Simon, Bon Dylan. I think it was interesting when we met, because both our parents had almost exactly the same age and they were listening the exact same music, so we had exact the same influences growing up.

And what music do you listen to now?

CC: Anything and everything, really…. It could be a great song from the Top 40…

Tone: Some Rihanna’s songs, Tame Impala, Drake

CC: Yeah, he really likes Rihanna …As long as there is a good song writing and you get some emotion on it, we like it.

And I still go back and I listen to stuff that I listen when I was in high school or before. You know, you have your memories attached to it

You toured a lot in US, Australia and in Europe…what do you think about your audience? Is it different depending on country?

CC : Oh, yeah… very different. Some crowds are had to read. They are enjoying it differently. We were in Netherland, in Amsterdam, and I really couldn’t know if the crowed liked it.

Then, I talked with some people after the show and they said: as we are really quiet this means that we are listening, we liked it. If we did not like it we’d been talking.

Tone: In the States, or even in Spain, the people are loud – they are singing, dancing. In London, they are more reserved.

In Los Angeles, everyone was on the cell phones and we thought, well, they don’t like it but actually they were twitting about the show.

Do you have a dream place where you would like to sing?

CC Well, Paris is pretty great. Actually, everywhere – we are willing to experience new stages, new sound guys, new cultures.

Tone: We’d like to tour New Zeeland, one day. We went to Australia but not in New Zeeland. In South Africa, too. People are writing to us to come in South Africa but it looks so far, such a difficult journey. But one day we will go, it’s on our list.

What do you like to do in free time?

CC: I spent many years cooking professionally, so I still love to bake and cook. I also like to be outside, see my family. I have a lot of nieces and nephews, so I like to do stuff with them.

Tone : I like outside stuff also – surfing, biking, golf.  I was in a golfing team at school.

Anything outdoor is cool. We recorded in Lake Tahoe so I enjoyed doing skiing and snowboarding there.

You guys, are coming from San Diego, you got a lot of rewards there … How is it the music scene?

CC : it’s a smaller music community then in LA . The other musicians are very supportive, actually there is a big family. A lot of musicians are playing in different bands.

Tone : We know all the other bands. A lot of musicians that tour US, skip San Diego, because it is not in their way. It’s in the corner.

So, the local scene has flourished a lot because of that. As not many bands are coming, the local ones are playing a lot and that gives a good local community.

It’s a real mix of all kind of music: reggae, some rock n’ roll, americana, hip hop.

Let’s talk a bit about your fashion style. What do you like?

CC : I love classic and  vintage clothes. I have a lot and some I can no longer wear them on stage because they fall apart. I love clothes from 40s, 50s, 60s and even from 20s and 30s.

I have a friend in San Diego who is fashion designer and really open my eyes on vintage clothing. I love anything that have heart and soul.

I love feminine clothes. I play very aggressive on drums set. I like to hit hard and play like a Rock N Roll drummer. So, I like to juxtapose this with feminine clothes. I love sequins and everything that can draw your attention as I am sited behind the drums, so it’s good to wear something flashy.

Tone : This shirt is my dad’s shirt from 70s . It was long sleeves but they went to short. We cut them off. It’s a very old one and you can see it, but I still like it.

It’s plaid – I think plaid is come and gone. I love it.

And the hat, I have it from a motorcycle rally event, we played a gig and I had the hat. We did a show for the boots company so I got the Doc Martens. So, it’s just stuff that people gave me …

CC, you love tattoos – I can see some beautiful ones.

CC : Oh, thank you. Yes, I love tattoos and I think is cool that you can decorate your body how you please. We can do whatever you want now with tattoo art.

I am also a middle child and I think if you want to stand up more in your family, it’s a good way.

I noticed that the most people with tattoos are middle children.

And Tone – no tattoos for you, yet?

Tone: No, me I buy guitars. Maybe someday … I am not in the rush.

I have 1 more question – Social media – you love it or hated it?

CC: I love and I hate. We do not base our life around social media at all but I think a lot of people who run business or brands are doing it. For me, it’s very hard to stop what I am doing or enjoying a moment – and you know just tell, it’s great- let’s take and selfie and post it.

On the other hand, is great. We have our Facebook page, Instagram, Twitter and having the opportunity that people contact us directly or post music directly, it’s great.

I think it’s important but with moderation. You cannot run your life around it and constantly thinking that I should put this on twitter or I should share this moment with the world, but for sure it’s really great to have that ability.

Tone : At our age we really saw Internet coming up , but we also lived without cell phones . I tried to use the best of social media and Internet. I love that there is guitar tuner, I love that I can watch cover versions of our songs, check out things. It’s a great tool but I am not running my life around it.

Thank you very much!

Thank you!

 

Their latest album “Same Sun Same Moon” available via Mascot Label Group.

http://www.littlehurricanemusic.com/

Little Hurricane

(FR)

Une magnifique fille à la batterie, un beau garçon à la guitare, un adorable couple rayonnant de bonheur qui joue de la musique ensemble ? – Permettez-moi de vous présenter les Little Hurricane.

Leur histoire a commencé à San Diego, USA. Ayant repris récemment la batterie après une interruption de huit ans, Celeste « C.C. » Spina – (batterie/chant) place une annonce pour chercher un musicien.

Parmi la myriade de répondants, Anthony « Tone » Catalano – (guitare/chant), un ingénieur de studio qui avait travaillé avec des artistes allant de John Paul Jones à Gwen Stefani.

Les deux musiciens étaient des voisins qui ne s’étaient jamais rencontré et avec des préoccupations communes : les mêmes intérêts musicaux, notamment le blues, les engins insolites et vintage et avec les mêmes expériences personnelles :  jouer dans des groupes de jazz à l’école secondaire.

Et les voilà, un an plus tard, le Little Hurricane remporte trois San Diego Music Awards, dont l’Album de l’année pour leur premier opus Homewrecker (2011). 

Trois ans plus tard suit le deuxième album de Gold Fever (2014), pour nous regaler cette année avec le stellaire Same Sun, Same Moon, sorti en avril 2017 chez Mascotte Label Group.

Certainement une évolution dans leur Bluesy Rock N’ Roll sound,  des nouveaux rythmes et inspirations, et  surtout dans leur vie … Car oui, le duo s’est marié l’été 2016 et ils ont choisi ouvertement de partager leur bonheur avec leurs auditeurs pour la première fois, en dévoilant leur histoire d’amour… Et maintenant, ils attendent un bébé pour octobre.

Guitares graveleuses, batterie dynamique – 2 voix claires et puissantes, différentes mais très complémentaires, les 12 chansons de l’album sont solaires, sincères qui respirent l’amour et l’émotion.

Des titres courtes et efficaces – qui répandent des vibrations positives et nous ramènent dans la lumière et l’ambiance magnifique de la Côte Californienne.

Tournées en Amérique du Nord, Europe et en Australie, comme tête d’affiche et ou en special guests pour des artistes comme The Specials, Manchester Orchestra et John Butler Trio, participation à de grands festivals comme Austin City Limits et Lollapalooza, leur musique est présente aussi  dans des séries TV comme Gossip Girl, Revenge, Mistresses  ou dans certaines publicités télévisées aux  USA.

Leur tournée d’été avec des nombreuses dates sold out et presque finie et une nouvelle video pour “Isn’t it Great” est disponible depuis Juillet.

Lors de leur passage à Paris en mai dernier, j’ai eu le grand plaisir de les rencontrer et de discuter musique, instruments, leur histoire d’amour, fashion style et bien d’autres.

Pourquoi ce nom : Little Hurricane ?

Tone : C’est un long processus pour choisir le nom d’un groupe. Nous voulions quelque chose pour représenter notre musique et nous avons pensé que Little Hurricane sonnet puissant mais en même temps petit comme nous. 

Il est facile de le googliser aussi. Il n’y a aucune autre recherche sur Little Hurricane. Donc tu tombes facilement sur notre site web.

Nous avons connu un seul gros ouragan quand nous étions à New York City, l’ouragan « Sandy »…mais nous avons entendu parler de ceux qui sont dans le Sud. C’est une force de la nature…

Les gros ouragans sont dangereux, mais les plus petits peuvent être amusants. Il suffit de fermer votre fenêtre et faire le plein de boissons pour quelques jours. C’est comme une fête.

Vous décrivez votre son comme « dirty blues » (sale blues). Qu’est-ce que cela signifie ? Comment êtes-vous arrivés à ce son ?

CC : Ce n’est pas du blues « ordinaire » et ce n’est pas juste du rock ‘ n roll, mais une sorte de son un peu graveleux. Nous l’avons développé à notre façon.

Tone : Nous avons juste faire du jamming sur du blues et nous avons trouvé ce son cool…

Déjà votre troisième album. Parlez – moi un peu de « Same Sun, Same Moon » (Même Soleil, Même lune) .

CC : Comparé aux autres albums, nous avions l’intention de rassembler les gens, d’où le titre.  Nous vivons tous sur la même planète et tout ce qu’une personne fait, touche la vie de quelqu’un d’autre, même si cette personne se trouve loin. C’est également le premier album quand nous parlons publiquement du fait que nous nous sommes mariés, qui fait partie du thème de l’album.

Nous avons travaillé environ 2 ans et demi, 3 ans pour cela.

Félicitations pour votre mariage ! Comment cela affecte-t-il votre musique et votre procédure de travail ?

Tone : C’était un processus graduel parce que nous nous sommes rencontrés, nous nous sommes concentrés sur la musique, puis nous avons voyagé ensemble, écrit de chansons ensemble et nous sommes tombés amoureux.

Ce n’était pas soudainement, comme boom, ça y est …nous sommes amoureux et nous allons nous marier. C’était graduel et je pense que notre musique reflète cela, la naissance de notre relation. C’est cool de jouer de la musique ensemble.

Avez-vous une chanson sur l’album qui est plus importante pour vous personnellement qu’une autre ?

Tone : : C’est dur de choisir une seule.

CC : Chaque chanson raconte une histoire que nous avons envie de dévoiler pour une raison ou autre. Mais, Il y a des chansons que j’aime plus que d’autres.

J’aime beaucoup Lake Tahoe Eyes qui est une chanson groovy qui ressemble en quelque sort aux vibes 60s, 70s avec beaucoup de vibrations – trémolo sur la guitare. Nous avons enregistré l’album à Lake Tahoe, un beau lac à la frontière entre la Californie et le Nevada. Cet endroit de spécial pour moi, car il représente l’endroit où nous avons enregistré l’album et nous avons donc essayé de capter l’ambiance des lieux.

OTL – que pouvez-vous me dire sur cette chanson ? Elle est différente des autres…

Tone : One True Love – nous avons essayé le concept d’écrire une chanson sans la guitare. Donc, nous l’avons fait sur des claviers. C’était amusant de le faire.

CC a joué de la batterie avec un enregistreur en boucle et cela ressemble à une machine à son. Nous avons aussi approché un peu plus la musique pop. C’est une chanson d’amour, le tempo est donc haut-  up beat up tempo. C’était une démo, mais la maison de disques a dit qu’ils aiment vraiment cette chanson et qu’il faut la faire pour l’album.

Donc, nous l’avons faite. C’était Fun – c’est une chanson simple et vraiment, la première et la seule chanson où je ne joue pas de la guitare.

Et « For Life » ?

CC : Elle s’appelait à l’origine « Touring Life » et elle parle du fait d’être sur la route, de toutes ces heures que nous avons passé dans la fourgonnette. Nous avons parfois des moments où nous pensons que c’est parfait. En fait, elle décrit le bon côté de touring, comme visiter tous  ces beaux pays. Et pas les côtés très difficiles.

Tone : Nous avons capturé ce moment qui est tout simplement parfait. Il est tard dans la nuit, vous avez conduit toute la nuit, vous avez le ciel avec les étoiles… et on a imagé une bonne chanson à écouter. C’est le sound track de ce moment.

CC – Tu joues à la batterie, pourquoi as-tu choisi la batterie ?

CC : Quelque chose m’a attiré à le faire. La batterie a toujours été dans mon cœur. J’ai commencé quand j’avais 10 ans, donc elle me connecte avec mon enfance. Quand j’ai eu peu de temps libre pour faire quelque chose, j’ai toujours voulu jouer à la batterie. C’est pourquoi, il a été difficile pour moi de développer un autre instrument.

J’ai eu une guitare acoustique, un set d’harmonicas et si j’avais passé du temps, comme Tone le fait, j’aurais pu les apprendre mieux. Mais pour moi, la meilleure de choses à faire pour me sentir bien, s’était de s’asseoir derrière la batterie.

Tone : J’ai dû faire un choix d’un cours optionnel quand j’avais 12-13 ans. C’était entre les  cours de cuisine et  de guitare classique, et j’ai pensé que la guitare peut être fun.

Et ma mère a dit Ok, tant que, c’est de la guitare classique – c’est Ok le faire. Mais mon père m’a amené au magasin de musique et il m’a dit que je pouvais choisir une guitare électrique si je veux… et donc pour ma mère ça a été … Oh No…

Ensuite, j’ai été dans un groupe punk, et ça a changé ma vie, juste cette décision de prendre la guitare électrique.

J’ai appris les cordes, j’ai commencé à écrire mes propres chansons et je suis toujours en train de m’améliorer. La guitare est mon outil pour écrire de la musique.

Donc, vous travaillez seulement ensemble, que tous le deux. Quels autres instruments vous jouez ?

Tone : CC joue également à la mandoline et aux percussions. J’ai joué à la trompette sur cet album et à la basse. J’enregistre, je mixe également.  Je fais ingénieur de son, le travail en studio, etc . On fait tout par nous-même et je pense que c’est cool, car vous pouvez traduire la chanson directement de la tête à la version finale qui est sur le disque.

Quelles sont vos influences ?

Tone : La musique de nos parents, les 60s, les 70s : les Beatles, Van Morisson, James Taylor…

CC : Paul Simon, Bon Dylan…Je pense que c’était intéressant de découvrir quand nous nous sommes rencontrés que nos parents avaient presque exactement le même âge et ils écoutaient exactement la même musique, donc nous avons eu exactement les mêmes influences en grandissant.

Et quelle musique vous écoutez maintenant ?

CC : On écoute du tout… Ça pourrait être une bonne chanson du Top 40…

Tone : Quelques chansons de Rihanna, Tame Impala, Drake…

CC : Oui, il aime Rihanna… Tant qu’il y a une chanson bien écrite et on ressent beaucoup d’émotion nous l’aimons. Et, moi, j’aime toujours revenir en arrière et écouter des trucs que j’écoutais quand j’étais au lycée, ou avant. J’en ai beaucoup de souvenirs attachés.

Vous avez  tourné beaucoup aux États-Unis, en Australie, en Europe aussi, comment est votre public ? Est-ce qu’il est différent selon les pays ?

CC : Oh, oui très différents. De fois, c’est difficile de lire le public. Nous étions en Hollande, à Amsterdam, et je ne pouvais pas comprendre vraiment si la foule a aimé ou pas.

Après le spectacle, j’ai parlé avec des gens  et ils ont dit : si nous sommes vraiment tranquilles, cela signifie que nous écoutons et que nous avons aimé. Si nous n’avions pas aimé, nous aurions discuté entre nous.

Tone : Aux USA ou même en Espagne, les gens sont bruyants – ils chantent, danse. À Londres, ils sont plus réservés.

À Los Angeles, tout le monde était sur les téléphones portables et nous avons pensé, Eh bien, ils n’aiment pas… mais en réalité, ils étaient en train de twitter sur le concert.

Vous avez un endroit de rêve où vous souhaitez chanter ?

CC : Paris, ce n’est déjà pas mal. En fait, partout – nous sommes prêts à découvrir de nouvelles scènes, des nouvelles cultures.

Tone : On aimerait tourner en Nouvelle Zélande, un jour. Nous sommes allés en Australie, mais pas en Nouvelle Zélande. En Afrique du Sud, aussi. Les gens nous écrivent d’aller en Afrique du Sud, mais il me semble un voyage un peu difficile. Mais un jour que nous irons, c’est sur notre liste.

Qu’aimez-vous faire dans votre temps libre ?

CC : J’ai passé de nombreuses années en cuisine professionnelle, donc j’aime toujours faire la cuisine, préparer et cuire de choses. J’aime aussi faire de activités en air libre ou voir ma famille. J’ai beaucoup de neveux et nièces, j’aime à faire des choses avec eux.

Tone : J’aime faire de trucs dehors aussi – surf, VTT, golf.  J’étais dans une équipe de golf à l’école.  Nous avons enregistré à Lake Tahoe et  j’ai fait beaucoup de ski et le snowboard là -bas.

Vous vivez à San Diego, vous avez eu beaucoup de récompenses…Comment est-t-il la scène musicale ?

CC : C’est une petite communauté musicale, plus petite qu’à LA. Les autres musiciens nous ont apporté beaucoup de support. En fait, c’est comme une grande famille.

Tone : Nous connaissons tous les autres groups. Beaucoup de musiciens qui font de tournée aux USA saute San Diego de leur liste, parce que ce n’est pas dans leur chemin. C’est dans le coin.

Alors, la scène locale s’est beaucoup développée à cause de cela. Comme l’autres groupes ne viennent pas, les groupes locaux jouent beaucoup et ce qui a donné une communauté locale très soudée.

C’est un vrai mélange de toutes sortes de musique : reggae, rock n’roll, americana, hip-hop.

Parlons un peu  de la mode ? Quel est de votre style?

CC : J’adore les vêtements classiques et vintage. J’ai beaucoup et certains je ne peux plus les porter sur scène parce qu’ils se sont malheureusement abimés.

J’adore les vêtements des 40 s, 50 s, 60 s et même des années 20 et 30. J’ai un ami à San Diego qui est styliste et qui m’a vraiment ouvert les yeux sur les vêtements vintage. J’aime tout ce qui a du cœur et de l’âme. J’adore les vêtements féminins.

Je joue très agressif à la batterie. J’aime frapper fort et jouer comme un batteur de rock. Et donc j’aime tellement juxtaposer ça, avec des vêtements féminins. J’adore les paillettes et tout ce qui peut attirer l’attention. C’est plus difficile de se faire remarquer derrière la batterie, alors c’est bien de porter quelque chose plus flashy.

Tone : Cette chemise que je porte, c’est la chemise de mon père des années 70. Les manches étaient longues, mais je les ai coupées. C’est vraiment une très vielle chemise mais je l’aime toujours. C’est plaid – je pense que le plaid revient toujours à la mode.

Le chapeau, je l’ai eu à un rallye moto. Nous avons joué un concert et j’ai eu le chapeau. Nous avons fait un spectacle pour un marque de chaussures, donc j’ai eu le Doc Martens. Donc, en fait, je porte juste les trucs que les gens me donnent…

CC, je vois que tu aimes les tatouages. Ils sont très beaux.

CC : Oh, Merci. Oui, j’adore les tatouages et je pense que c’est cool que vous pouvez décorer votre corps comment ça vous plait. Nous pouvons faire ce que nous voulons maintenant avec l’art de tatouage. Je suis aussi un enfant du milieu dans un fratrie et je pense que si vous voulez vous imposer plus dans votre famille c’est un bon moyen.  J’ai remarqué que la plupart des gens avec des tatouages sont des enfants de milieu.

Et Tone – pas de tatouages pour toi ?

Tone : Non, moi j’achète des guitares. Peut-être un jour…mais je ne suis pas pressé.

J’ai une dernière question – médias sociaux – vous aimez ou vous détestez ?

CC : J’aime et je déteste. Nous ne passons pas nos vies autour des médias sociaux du tout mais je pense que beaucoup de gens qui dirigent des entreprises ou des marques le font.

Pour moi, c’est très dûr d’arrêter ce que je fais où profiter de un instant – et juste dire, c’est génial, nous allons prendre et selfie et le poster.

En revanche, c’est super d’avoir notre page FaceBook, Instagram, Twitter et avoir la possibilité que les gens nous contactent directement ou que nous pouvons poster de la musique directement. C’est génial. Je pense que c’est important, mais avec modération.

Tone : À notre âge nous avons vraiment vu Internet arriver mais nous avons aussi vécu sans Smart phone. J’essaie d’utiliser le meilleur de l’Internet et des réseaux sociaux. J’aime qu’il ya de guitare tunner, qu’on peut découvrir des choses. C’est un excellent outil, mais je ne passe pas ma vie autour de ça.

Merci beaucoup pour votre temps  

Merci à toi

 

L’album « Same Sun, Same moon » disponible chez Mascotte Label Group.

http://www.littlehurricanemusic.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

%d bloggers like this: