As Lions – Selfish Age – Interview with frontman Austin Dickinson

(EN)

Austin Dickinson, As Lions

Austin Dickinson

The London based  five – pieces band, As Lions, revealed their debut full-length album Selfish Age in January and since then, they keep being very busy: recording covers (excellent Skin of Rag’n’Bone Man), releasing new videos (World on fire) and touring – very much touring in US, little bit less in Europe- this weekend Nova Rock Festival (Pannonia Fields – Austria) and GRASPOP Metal Meeting (Dessel – Belgium) and in July in UK.
While …  We are still waiting for them in France…

As Lions

Their album is awesome – a modern hard & heavy metal sound, a great mix of dynamic tracks with some more slow and emotional ones… roaring guitars, beautiful keyboards, energetic drums, powerful soaring voice… majestically produced by Dave Bendeth (Bring me the Horizon, Of mice & Men) and Kane Churko (Five Finger Death Punch, Disturbed).

Earlier this year, I catch up with the frontman Austin Dickinson (yes, he is the son of the Iron Maiden’s legend Bruce Dickinson) and we spoke music, band, art and others. Check this out.

As Lions, tell me how did you start the band?

Austin: Will (Hopper – guitar), Connor (O’Keefe – guitar& keyboards) and myself were in a previous band called Rise to Remain. Then, we broke up.

We’ve already writing a lot of music but we knew that we could not use it for this band.

I think that we had the option to continuing like Rise to Remain but we felt wrong as we wanted to make music more in touch with who we were and we certainly wouldn’t be able to make it with Rise to Remain, so we made a conscious decision to end it…

Then Dave (Fee – drums) and Stef (Whiting -bass) came into the fold and it worked.

Your debut Album Selfish Age is out now. How do you feel? What can you tell me about it?

Austin: Having the album out is a great feeling for us, as we really worked so hard on it and we’ve been seating on it for so long time. We wanted to show to the people how we sound like, what we are. It is a sort of rewarding which is so cool. Especially, because the reactions have been really positive. That’s awesome and so encouraging for us. We are very thankful and we are very lucky.

Why Selfish Age for the title?

Austin: Selfish Age is the best through-line to the sort of themes that I sing about on the album. I think it is a provocative and a true album title.

To me, personally, it is very much something that I see every day in this world. There is a lot of selfishness. In the same time, there are a lot of amazing people doing truly wonderful things out there, but I think it is important to recognize both of these things.

Do you have a favourite song?

Austin: There are all like my kids and you cannot say that you have a favourite kid, isn’t it?  but I guess, it would be probably World on Fire, as it is a kind of cinematic in my head. I love that song.

How about your lyrics? They are quite dark, you talk about disaster, despair, redemption … why going to this direction?

Austin: Maybe it is about where I’m naturally gravitating, I always like darker things but I want to inflect it with positivity because I love life, I love what I do and I’m so lucky to do it.

Yeah, absolutely, some of the songs are dark but there is a sort of equal component that’s positive …

Songs like White Flag, Pieces …these are songs about finding yourself, a sort of fitting into who you are and achieving your dreams.

Especially White Flag is one of the first song that we added for As Lions and at the time nothing was granted, anything was possible. We had no idea what is gonna happen but we know that we had our music and this was kind of mission statement. Just keep pushing and climb for your dreams. Fuck tomorrow and live today.

Pieces is very much a song about not forgetting, not giving up on the world because something terrible happen. We wrote that song on Nick Alexander, who was killed at Bataclan. He was the merch guy for Eagles of Death Metal.

We wrote that song the day after that happen, watching all this on TV.

This really affected it us, as it affected Paris, France and entire music world. The entire world was in shock.

You can never forget about things like that, but you have to rise above them, you have to continue. You have to forgive and bring unity but never forget that.

And that’s was what we wanted to write about not forgetting, not giving up, continuing in a right way – that’s what Pieces is about.

What are your musical influences? I guess you spent your childhood sinking into Rock ‘N’ Roll…

Austin: I grew up with Black Sabbath, Deep Purple, Led Zeppelin, all the classics bands and when I was a little bit older I really get into Killswitch Engaged, Linkin Park or Trivium.

I love bands that manage to combine beauty with heaviness. That was the thing to me, you know, darkness with melody in it. That influenced me to pick up a pair drum sticks, a guitar and piss off the neighbours.

Did you know from the beginning that you will be a musician?

Austin: Not at all, to be honest, it was the last thing that I thought I should do, as it seemed such a cliché… you know because that was what people expect you to do …

Do you think that a lot of people compare you to your dad? What does it mean for you?

Austin: It does not really bother me, I just continue whether is positive or whether is negative, I am gonna do what want and what I believe and I think it should be true for everyone.

The person who put the most pression on me is probably me, trying to be the best I can be.

You should always try to be the best you before try to be the best anyone else.

You toured a lot in USA? Is it different of Europe & UK?

Austin: Yes, absolutely. I think that the community is very different. In Europe and UK, they create it in so many ways. You find all these amazing pockets of fans and people. They are the lifeblood of the bands.

What I like about the metal and rock ‘n’ roll community is that the fans decide if a band lives or dies and that’s not the same in pop music.

The pop slid under your door, you do not even realise that you are listening to it.

So, the cool thing of the rock and metal community here is that it is very much in the hands of the fans. And as a fan, and as someone who went from the pit to the stage, you can’t ever forget that. You always have to remember that.

Will we have the chance to see you on the same stage with Iron Maiden?

Austin: Probably not. I rather not. We did a couple of shows with Rise to Remain around Europe. It was fun and a great opportunity but I’d like to draw some lines. It is important to separate the things but in the same time, we have a play to anywhere policy, so it might happen.

How do you guys are working together?

Austin: It is mainly Connor, Will and myself who write sort of everything. We always had a kind of vision together. There is a cohesion between the 3 of us.

We try to better ourselves with each song. We had a rule that the last song we wrote should be the favourite song we ever done. As long as we keep challenging ourselves we’ll be happy, we have something that we can stand behind, no matter what.

You sing but what instrument do you play?

Austin: I play a little bit of everything. I started playing drums, then I moved on to guitar. Guitar is still my go-to instrument. I tried bass but I’m so bad.

Basically, I try to write with everything I got in my hands.

I’ll give anything a try.

What do you like to do except music?

Austin: I love films, theatre, I love performances in general. I love art, kind of stuff that help me mentally, opens my mind to new things, new experiences, new prospects. That’s a part of personal growth and try to get better as a person, a performer and a writer.

Are you more into classical or contemporary Art?

Austin: I live with an artist so, I’m trying  to find out about all of the different schools.

I like a lot of impressionist art. I also really love Van Gogh. He is one of my favourite.

I have no tattoos at all, no piercings. I am probably THE Anti-Rock star but if I was to get something, I will probably be a complete wanker and get something by Van Gogh. The most pretentions tattoo on Earth but it will mean something to me.

He did that painting of an almond in blossom towards the end of his life for his nephew and an almond blossom it takes so long to come to blossom. It was such a throwback to his old still lives. It was like this took him out from a bad place That picture is always with to me as it is such inspiration to me.

That’s probably one of my favourite painting.

Selfish Age, Art Cover

Speaking about Art, who designed the cover of your album? It is very beautiful.

Austin:  Thank you …It is Magnus GJOEN. He is a fantastic artist. He hasn’t done much music stuff till now, from what I heard…He is working more in fashion, he has been commissioned by Vivienne Westwood.

He contacted us. He was looking for a band and we were looking for an artist and it really worked. All I love about his work is this sort of ferocity of the objects he chose, a sort of contrast between colour and objects.

When we came to the title Selfish Age, I wanted to do this to a sort of duality. I like the skull because it looks a little bit like the world map, a globe, like a logo. A skull covered with beautiful flowers. It is kind of both beautiful and morbid in the same time and I love that.

It’s kind of selfie culture. You know the building is on fire but forget that angle… it does not look like a building on fire. It does not take away of what things actually are but just make them beautiful with a filter. I really like that we manage to do that with the skull and the colours.

What music do you listen?

Austin: Tones of Killswitch Engaged, a lot of metal core. Lately, I’ve been listening a lot of David Bowie -Blackstar, Aladdin Sane and Low… I guess these are the 3 albums I listen the most and Oasis – Definitely Maybe. I haven’t listen to it for so long and I forgot how awesome are the guitars on it and how well they mixed.

Bullet for My Valentine – their album Venom, also. I’ve got my teeth into that record.

The new Nickelback is cool too.

Next projects?

Austin: We’ll be continue touring this album and in the meantime, we continue writing. We have much potential material.

 

The album SELFISH AGE ( Eleven Seven Music) is Out now and available on all platforms.

To know more about them http://aslionsband.com/

 

Austin Dickinson, As Lions

(FR)

Les 5 rockers londoniens de As Lions ont dévoilé leur premier album, Selfish Age, en janvier et depuis leur planning est hyper chargé : covers (l’excellente Skin de Rag’N’Bone Man), nouvelle video (World on Fire) et surtout des concerts – beaucoup de concerts aux États-Unis, un peu moins en Europe…  

Actuellement, ils sont présents  sur des festivals en Europe – Nova Rock Festival (Pannonia Fields en Autriche)  et GRASPOP Metal Meeting (Dessel en Belgique)et reprendront la route en Juillet, cette fois  en Grande Bretagne.

Ceci-dit, nous les attendons toujours en France…

L’album est très réussi – des sonorités modernes hard & heavy metal, un bon mélange de titres dynamiques avec quelques-uns plus slow et mélancoliques … des guitares rugissantes, des beaux claviers, une batterie énergique, une voix puissante … et majestueusement produit par Dave Bendeth (Bring Me the Horizon, Of Mice & Men) et Kane Churko (Five Finger Death Punch, Disturbed).

Plus tôt cette année, lors de son passage à Paris, j’ai rencontré le frontman Austin Dickinson (Oui, comme son nom ne laisse pas de doute, il est le fils de Bruce Dickinson d’Iron Maiden) et on a discuté musique, art et d’autres choses.

Comment vous vous êtes rencontré et commencé As Lions ?

Austin : Will (Hopper – guitare), Connor (O’Keefe – guitare & claviers) et moi-même, on était dans un autre groupe appelé Rise to Remain. Puis nous avons cassé.

A l’époque, on avait écrit beaucoup de musique, mais nous savions que nous ne pouvions pas l’utiliser pour ce groupe.

Je pense que nous avons eu la possibilité de poursuivre comme Rise to Remain, mais ce n’était pas juste, car nous voulions faire de la musique plus par rapport à qui nous étions et certainement, nous ne pourrions pas le faire avec Rise to Remain.

Ensuite Dave (Fee – batterie) et Stef (Whiting – bass) sont arrivées et nous voilà.

Votre premier Album Selfish Age est sorti. Quel est ton état desprit ?

Austin : Avoir l’album enfin prêt a été une grande émotion pour nous, car nous avons vraiment travaillé dur et depuis très longtemps.

Nous voulions montrer aux gens notre musique, enfin qui nous sommes.

C’est une récompense qui est tellement cool. Surtout parce que nous avons vu les commentaires… les réactions ont été très positifs.

C’est génial et tellement encourageant pour nous. Nous sommes très reconnaissants et nous sommes très chanceux.

Pourquoi choisir Selfish Age (l’âge égoïste) pour le titre ?

Austin : Selfish Age est le meilleur fil conducteur qui envoie vers les thèmes sur lesquelles je chante sur l’album. Tout devient plus clair avec ce titre.

Je pense que c’est un titre de l’album provocateur et vrai.  Pour moi, personnellement, c’est tout à fait quelque chose que je vois tous les jours. Il y a beaucoup d’égoïsme dans ce monde.

En même temps, il y a beaucoup de gens incroyables qui font des choses vraiment merveilleuses là-dehors. Mais je pense qu’il est important de reconnaître ces deux facettes de la société actuelle.

Tu as une chanson favorite ?

Austin : Hmm, elles sont toutes comme mes enfants et on ne peut pas dire qu’on a un enfant préféré, n’est pas ?

Mais probablement, c’est World on Fire, car cette chanson est très cinématique dans ma tête. Je l’adore.

Tes paroles sont assez sombres, que tu parles de catastrophes, de désespoir, de rédemption… Pourquoi aller dans cette direction 

Austin : Peut-être parce que naturellement je gravite un peu dans l’obscure. Mais j’essaie infléchir avec une certaine positivité car j’aime la vie, j’aime ce que je fais et j’ai beaucoup de chance de le faire.

Oui, absolument certaines chansons sont assez sombres mais sur l’ensemble de l’album, il y a une sorte de composante positive à parts égales.

Des chansons comme White Flags ou Pieces…elles parlent de se retrouver soi-même, d’aller vers l’avant et de réaliser ses rêves.

White Flags est l’une des premières chansons que nous avons enregistrées comme As Lions et à l’époque rien n’était gagné, tout était possible.

Nous n’avions aucune idée de ce qui va se passer, mais nous savons que nous avons notre musique.

Il suffit de continuer et persévérer pour réaliser vos rêves. On s’en fiche de demain et il faut juste vivre le jour aujourd’hui.

Pieces est une chanson sur le fait de ne pas oublier, ne pas abandonner le monde parce que quelque chose de terrible est arrivé. Nous avons écrit cette chanson sur Nick Alexander, qui a été tué au Bataclan. Il était chargé de merchandising pour Eagles of Death Metal. Nous l’avons écrite le lendemain de l’attaque.

On regardait la télé et cela nous a vraiment affecté, comme cela a affecté Paris, la France et le monde entier. Tout le monde était sous le choc.

Vous ne pourriez jamais oublier des choses comme ça, mais il faut s’élever au-dessus de évènements, il faut continuer. Vous pouvez pardonner, mais n’oubliez jamais.

Quelles sont tes influences musicales ? Jimagine que tu baigne dans le rock depuis tout petit.

Austin : J’ai grandi avec Black Sabbath, Deep Purple, Led Zeppelin du rock classique et lorsque j’ai été un peu plus âgé j’ai commencé écouter Linkin Park ou Trivium.

J’adore des groupes qui parviennent à combiner la beauté avec la lourdeur, la noirceur. J’aime trouver de la mélodie dans l’obscurité.

C’est qui m’a donné envie de prendre une paire de baguettes, une guitare et aller emmerder les voisins.

Tu as su dès le début que tu seras musicien ?

Austin : Pas du tout, pour être honnête, c’était la dernière chose que j’ai pensé faire, car cela me semblait tellement cliché… c’était exactement ce que les gens attendaient que je fasse…

Ça tembête d’être comparé souvent à ton père ? Que signifie pour toi ?

Austin : Il ne signifie rien pour moi.  Ça ne me gêne pas vraiment, je vais tout simplement continuer si c’est positif ou c’est négatif, je vais faire ce que veut et ce que je crois bien faire.

Je pense qu’il devrait être vrai pour tout le monde.

La personne qui me met le plus la pression est probablement moi-même, essayant d’être le meilleur que je puisse être. Vous devriez toujours essayer d’être le meilleur vous avant d’essayer d’être meilleur que tout le monde.

Vous avez beaucoup tourné aux Etats-Unis ? C’est différent dEurope & UK ?

Austin : Oui, absolument. Je pense que la communauté est très différente. En Europe et UK, ils ont créé cette communauté. Ici, on trouve toutes ces poches incroyables de fans. Ils sont la pierre angulaire des groupes.

Ce que j’aime dans la communauté metal et rock ‘n’ roll, c’est que les fans décident si un groupe vit ou meurt.Ce n’est pas la même chose dans la musique pop.

La pop se glisse sous la porte, vous ne réalisez même pas que vous l’écoutiez.

Donc, la chose cool de la communauté ici est que votre groupe est tout à fait dans les mains des fans. Et en tant que fan et quelqu’un qui est passé de la fosse à la scène, il ne faudra jamais l’oublier.

Nous aurons la chance de vous voir un jour  sur la même scène que Iron Maiden ?

Austin : Probablement pas. Je préfère pas. Nous avons fait quelques concerts avec Rise to Remain  en Europe. C’était amusant et une grande opportunité, mais je voudrais garder une peu de distance.

Il est important de séparer les choses, mais en même temps, nous avons une politique de jouer partout donc cela peut arriver.

Comment est-ce que vous travaillez ensemble ?

Austin : C’est principalement Connor, Will et moi-même que nous écrivons ensemble.

Il y a une cohésion entre nous. Nous essayons de nous améliorer à chaque chanson. Nous avions une règle – la dernière chanson que nous avons écrit doit être notre chanson préférée.

Qu’est que tu aimes faire à part la musique ?

Austin : J’aime le cinéma, le théâtre, j’aime les spectacles en général. 

J’aime l’art aussi, le genre de trucs qui m’aident mentalement, ouvre mon esprit à de nouvelles choses, de nouvelles expériences, de nouvelles perspectives. C’est une partie de la maturité personnelle, devenir une meilleure personne, interprète et écrivain.

Tu es plutôt art classique ou contemporain ?

Austin : Je vis avec un artiste donc, j’essaie de découvrir les différentes écoles. 

J’aime beaucoup l’impressionnisme et j’adore aussi Van Gogh.

Je n’ai pas de tatouages et de piercings. Je suis probablement le Anti Star du rock, mais si je ferais quelque chose un jour, je vais probablement être un branleur complet et me faire tatouer quelque chose de Van Gogh.

Ça sera le tatouage le plus prétentieux du monde mais cela signifiera quelque chose pour moi. 

Il a fait cette peinture d’un amandier en fleur vers la fin de sa vie pour son neveu et un amandier, il lui faut si longtemps pour fleurir. C’était un tel retour vers ses anciennes natures mortes.

C’était comme s’il voulait s’échapper d’mauvais endroit… cette peinture est une telle source d’inspiration pour moi.

C’est probablement une de mes peintures préférées.

En parlant lArt aussi, qui a dessiné la pochette de votre album ? Elle est très belle.

Austin: Merci… C’est Magnus GJOEN. C’est un artiste fantastique. Il n’a pas  fait beaucoup des trucs dans la musique pour l’instant,  je crois. Il est plutôt dans la mode. Il a travaillé avec Vivienne Westwood.

Il nous a contactés car Il était à la recherche d’un groupe et nous recherchions un artiste et ça a collé.

J’ aime dans son travail cette sorte de férocité des objets qu’il choisit, le contraste entre la couleur et les objets. J’adore ça.

Lorsque nous sommes arrivés au titre Selfish Age, je voulais une sorte de dualité.

J’aime le crâne parce qu’il ressemble un peu à la carte du monde, à un globe. C’est comme un logo. Un crâne recouvert de belles fleurs –  c’est du beau et du morbide en même temps et j’adore ça.

C’est le genre de selfie culture. Il ne faut pas prendre les choses comme elles sont, mais juste les rendre belles avec un filtre.

Tu écoutes quoi en ce moment ?

Austin : Tons de Killswitch Engaged, beaucoup de metal core.

Dernièrement, j’ai écouté beaucoup de David Bowie – Blackstar, Aladdin Sane et Low… ce sont les 3 albums que j’écoute le plus et Oasis de Definitely Maybe.

Je n’avais pas écouté Oasis depuis si longtemps et j’avais oublié comment les guitares sont géniales et bien mixées.

Bullet for My Valentine aussi – leur album Venom. J’ai une peu fait mes dents sur cet album.

Le nouveau Nickelback est cool aussi.

Prochains projets ?

Austin : Nous allons continuer de tourner avec cet album et en même temps, nous continuons d’écrire.  Nous avons déjà beaucoup de matériel.

Leur  album SELFISH AGE ( Elven Seven Music) est disponible sur toute les platformes

Pour connaitre les date de concerts et

http://aslionsband.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

%d bloggers like this: