Big Jesus – ONEIRIC – A great new alternative rock sound – Interview with CJ Riding and Spencer Ussery

(EN)

I thought that it would be great to start 2017 with the introduction of a very promising young band, Big Jesus.

Their album ONEIRIC (related to dreams) released in September 2016 is definitely one of my greatest rock discovery and surprise of these latest months.

Formed in 2009 through the alternative music scene in Atlanta,USA, by 4 young rockers : CJ Riding (guitar), Spencer Ussery (Bass, Vocal), Thomas Gonzales (guitar), Joe Sweat (drums), they already received good critics from musical press, already toured with Good Charlotte and they are currently preparing a big US tour.What else ?

Awesome hard alternative rock with big fuzzy, noisy guitars, a heavy beat combined with melodic, almost angelic soft vocals that gives a dreamy, psychedelic side – this could be only a quick description this original new alternative sound.

I had the great opportunity to meet CJ and Spencer in September and they kindly accept to reveal some interesting things about their music and their influences. And, they totally confirm that the name Big Jesus has really nothing to do with religion.

photogrid_1483554849043.png

CJ Riding and Spencer Ussery

Could you please introduce your band, Big Jesus? CJ, it was your idea…

CJ : Yeah, I started as a sort of a side project in 2009, just to have some fun with friends, write some songs. Spencer was the first person I thought of to sing on it. He was singing with the other local bands and whenever we had some extra time, we jam and practice, recording demos – like one song, every time we get together.

It wasn’t meant to be too seriously till about 3 years ago, when we thought, ok let’s make it like 9 songs album, cohesive, with the lineup we had. The project advanced slowly and now, here we are, we are doing interviews in Paris. It is insane, unbelievable!

We just finished doing our first shows in Europe – UK, Germany and Netherland. I wished we could had a Paris date but hopefully, we will be back next year for the festival season.

Tell me about your album, Oneiric

Spencer – it is composed of 4 songs from our first self-released EP, called One, and 6 brand new songs that we added afterwards. The idea of writing new material and put with the old material, so we kept this in mind as we wanted to make it cohesive. We did not want it to sound like 2 different albums stuck together.

We went to Los Angeles in December 2015 and recorded the 6 songs with Matt Hyde (he worked with Slayer, Deftones, Monster Magnets), then he took all material, remix it, put all sound even.

How do you describe your sound and influences?

CJ – I’d say that the origins just come from the way we grew up playing since we were 13-14 years old: more like metal, punk, hard core background, from how we learned how to play with our friends in bands. I think the first kind of bands you are in will always gonna stick with you and reflect your influences in the way you are playing or you are writing. But it comes also from our taste maturing, getting into things more melodic. This band is just collective ideas of 4 of us, as specific people, our path, how we grew up and what we listen mashed together.

Spencer– Just put it all in a big pie, stir it up all and pour it out and see what is cool inside of it.

If you had to pick up an artist as a major influence, who will be?

CJ – There are a lot depending of time period: from classical rock like Led Zeppelin, Pink Floyd, Beatles or Beach Boys, then there are a lot from earlier 90s like Weezer, Nirvana, Foo Fighters, Smashing Pumpkins or later 90s, like the first record of Queen of the Stone Age. There are also things more progressive like At the Drive -In or hard core, post hard core … we are taking out all these sounds and move them out somewhere else.

Spencer – In terms of vocals, melodies, I pull out some influences from shoegaze from early 90s like My Bloody Valentine, Slowdive, Cocteau Twins, more of dreamy airy.

Speaking about dreamy side of your music, where does it come from?

Spencer – I don’t know, it comes really natural. It is not forced, it is almost like an extension of what I’d probably use like my talking voice.

CJ : Our lyrics are dream related, ethereal, cosmic, spiritual .

Why did you choose Big Jesus as a name?

CJ: It’s random, silly, more as a joke. None of us is religious people in the band.

As it never supposed to be serious we really did not think too hard about of our name.

Spencer–  it’s a kind of name about you really want to know– it helps pulling people to look what is all about. If you see it on the paper you will say – “hey what the hell is this – I had to check this out”, and hopefully we can keep you after this. It really does not mean anything. It is not religious, it just looked funny to us.

How do you guys work together?

CJ – Everybody has a role in what we are doing – Tommy write a lot of lead stuff and Spencer write melodies and harmonies.

As about me, I am a sort of producing all of it, let everybody do their thing, stand back and trying to be as objective as I can be.

We have a kind of checks and balances, so when everybody says yes- this is a good idea then we know that this is something that we can be confident with. We take parts from one song and put them in another. We just try to make the best version of the song that we can.

Spencer – Somebody brings an idea and if we have a little something to work with, we work together. If we are feeling it out, we will be vibing on it.

We are all kind of unite in one way, we all have a kind of feel what is next, we are playing together for a long time so we are on a same page in a way.

Could you pick up a favorite song on the album and tell me more about it?

CJ – It is the second track of the album, Always, I am really proud of the opening part of this song. I think it is unique and it I really fun to play it – it is really fast.

Spencer – I think in terms of playing – it is SP – it feels really powerful. But, I think in terms of album track, it is Felt in Reverse, which it is a song that we went to record in LA. We did not have any melody or lyrics for it, we had a pretty much structure of the song, riffs and parts down, but when we get out there we had to figure out what to do with vocals. Matt helps down a lot drawing up some ideas in for it.

I love it because of the hard work we put on this song. It feels bit more rewarding when I listen to it now. It is something in terms of melody, harmony, something that I do not think I would normally done, something like outside my box, that feels like I am growing in a way like an artist.

So, I think it pushes my boundaries out a little bit.I found some new territories through that song, right at the last minute. We finished the lyrics just the night before we went to record the vocals for it, so it was quite challenging and rewarding for us.

What inspires you in writing music?

Spencer: I am really into beautiful scenery, nature, just being siting and looking to nature, to our beautiful planet, I realize how small and insignificant I am. I take also some inspiration from my dreams. I always have crazy dreams and when I can remember them and write them down, I find a lot of inspiration from them.

CJ : Life in General, I mean everything I experienced outside music.

Spencer: Yeah, the ups and downs of life. If life was easy day to day, without challenges, I think it would be really boring.

How was touring with Good Charlotte ?

CJ –  Really Crazy – Benji and Joe Madden were managing us in February, they are the coolest, nicest, most hard working people that I ever met in my life and the have a big passion about music and that’s been a huge inspiration to us. Somebody so successful since long time but being able to retain their humility. I hope that we can retain the personalities of these guys, if we will become as big as they are, because that’s incredible.

I can’t say enough thanks to them for giving us the opportunity to play in front of their crowd.

First show, in Germany in front of 4000 people was really insane, a dream came true for us.

Spencer – They really have a cool story, they’re coming up from nothing and really fighting, never giving up. I think it was a huge journey for them of get where they are right now.

What kind of music do you listen?

CJ – I almost stay into the rock territory from the softer to the loudest – I can go anywhere from Beatles to Slayer.

Lately, I’ve been listening a band called True Widow, a US band, it is like a chill shoegazy but heavy down. It is like our record was in 45 Rpm but you listen to it in 33 Rpm, like slowing down, it is a kind of stretch songs– it is really cool.

Spencer– My music taste is like all over the place. I’ m listening certain albums over and over again. Right now, I am still soaking into the new Frank Ocean album, so R&B, but I am listening also extreme metal like My Sugar. I love this band.

I am listening over and over again and actually, I always go back to “pet sounds” – which are albums that really blew my mind – artists like Kurt Vile – I will always go back to listen to him.

Do you remember what album did you first buy with your own money?

CJ – Yeah, very well – It was Smash Mouth and Sugar (both are American alternative rock bands), in the same time. I remember also Oasis – “What’s the story Morning glory” that will always be one of our favorite band.

Spencer –  It was Alanis Morrisette  – Jagged Little Pill.

What do you think about the social medias? Is it something that promote music more then before?

CJ : There are good and bad aspects – it depends of what perspective you are looking at for.

For an artist, it is good if you are a small artist and you are doing something amazing, it is for sure easier as you can totally get out from there without having the backing of a label or a manager. But in the same time, there are a lot of people having access to this technology. So, it is bad as there is much competition for an artist.

For the consumer perspective, this is good because if the music is getting out from there, from all that competition, it means that it is a good quality music.

So, overall, I think it is great that everything is connected, and everybody can decide by themselves what is popular, what is good, it is not totally decided by a record company.

Spencer : We are not so huge on social media but we have had really cool opportunities of sharing our music on it. I mean if somebody posting something about us on a blog and share it on facebook, it is great.

A good friend of ours, Antony Hull from a group named Manchester Orchestra tweeted about our first EP when it was released and they have big following.

We received a lot of love from that, and actually, at that moment, we started thinking if we could be a serious band. So, we can only have gratitude and respect for social media.

But in the same time, we do not spend our lives on our devices or on Facebook.

Next projects?

Spencer: The experience we’ll get from this touring will help and influence a next album for sure. We will sit, chew and certainly grow with it. Then, we will write a more mature and seasoned record, that probably will change a little bit, but it will not so different because that’s what we are.

CJ : We will see it, but for sure, 99,99% guarantee, that it will be a new album.

Thank you guys

Till then, Oneiric is available on all digital supports and also physical copies, so you can go and take a look. You will have a wonderful surprise.

photogrid_1483554746641.png

CJ Riding and Spencer Ussery

(FR)

J’ai décidé de commencer 2017 avec la présentation d’un jeune et très prometteur groupe, BIG JESUS.

Leur album ONEIRIC (onirique) sorti en septembre 2016 est certainement une très belle réussite, une excellente découverte que j’ai faite ces derniers mois.

Formé en 2009 sur la scène alternative d’Atlanta- USA, les 4 rockeurs, CJ Riding (guitare), Spencer Ussery (basse, chant), Thomas Gonzales (guitare), Joe Sweat (batterie), ont reçu déjà les éloges de la presse musicale, ils ont déjà tourné avec Good Charlotte et ils sont en train de préparer une grande tournée aux États-Unis. Remarquable !

Un rock dur alternatif, puissant avec des grosses guitares floues et bruyantes, un beat lourd combiné avec un chant doux et mélodieux, presque angélique, qui offre une côté onirique et psychédélique à leur musique – cela pourrait être seulement une description rapide de ce nouveau et original sound.

J’ai eu l’occasion de rencontrer CJ et Spencer qui ont gentiment accepté de nous révéler des choses intéressantes sur leur débuts et leurs influences. Et, ils ont confirmé à 100% que malgré leur nom,  Big Jesus n’a rien à voir avec la religion.

Pouvez-vous présenter votre groupe ? CJ, c’était ton idée…

CJ : Oui, j’ai commencé comme une sorte d’un side-project en 2009, juste pour s’amuser avec des amis, écrire des chansons. Spencer a été la première personne à qui j’ai pensé pour chanter.

Il chantait avec d’autres groupes locaux et à chaque fois que nous avions un peu de temps libre, on se réunissait pour une session de jaminging et répétition, et à chaque fois, nous enregistirons une demo.

Franchement, on ne se prenait pas trop au sérieux jusqu’à il y a environ 3 ans, lorsque nous avons pensé de faire un album, cohérent, avec la line up que nous avions.

Ainsi, le projet a avancé lentement, et maintenant nous faisons des interviews à Paris. C’est fou, juste incroyable !

Nous venons de terminer nos premiers shows en Europe :UK, Allemagne et Pays-Bas. J’aurais souhaité une date de Paris aussi, mais j’espère que nous serions de retour pour la saison des festivals.

Parlez-moi de votre premier album ONEIRIC

Spencer – il est composé de 4 chansons de notre premier EP auto-produit, appelé ONE et 6 nouvelles chansons que nous avons ajoutées par la suite. L’idée d’écrire du nouveau matériel et le mettre ensemble avec l’ancien, nous l’avons bien gardé à l’esprit car nous voulions rendre l’album cohérent. Nous ne voulions pas il sonne comme 2 différents albums collés ensemble.

Donc, nous sommes allés à Los Angeles en décembre 2015 et nous avons enregistré les 6 nouvelles chansons avec Matt Hyde (il a travaillé avec Slayer, Deftones, Monster Magnets). Puis, il a pris tout le matériel, il a tout remixé et rendu le son équilibré.

Comment décririez-vous votre son et vos influences ?

CJ – Je dirais que l’origine vient de la façon dont nous avons joué en grandissant, depuis nos 13-14 ans : plus métal, punk, hard-core, et de comment nous avons appris à jouer avec nos amis dans nos groupes différents.

Je pense que le premier groupe dans lequel vous êtes va toujours rester avec vous et refléter vos influences dans la façon dont vous jouez ou vous écrivez.

Mais, il s’agit également de nos goûts qui ont évolués avec des influences plus mélodieuses. Ce groupe est juste les idées collectives de nous 4, de nos personnalités, nos propres chemins, de comment nous avons grandi et de ce que nous écoutons rassemblé et mixé ensemble.

Spencer– Juste mettre tout dans un grand bol, remuer et sortir qui est cool à l’intérieur.

Si vous devriez nommer un artiste comme une influence majeure, vous pensez à qui en particulier ?

CJ– Il y a beaucoup d’artistes en fonction de la période de temps : du rock classique comme Led Zeppelin, Pink Floyd, les Beatles ou les Beach Boys…et il y a beaucoup d’influences de début des années 90’s tels que Weezer, Nirvana, Foo Fighters, Smashing Pumpkins ou de la fin 90’s comme le premier album de Queen of the Stone Age. Il ya aussi des choses plus progressives comme At the Drive- in, ou du hard core et du post hard core…

Nous prenons tous ces sons et ont les transforme…

Spencer – En termes de voix, des mélodies, j’ai quelques influences venant du shoegaze du début 90’s comme My Bloody Valentine, Slowdive, Cocteau Twins, avec des aires un peu rêveuses.

En parlant de ce côté « dreamy » de votre musique, d’où vient-il ?

Spencer – je ne sais pas, je pense que c’est venu naturellement, ce n’est pas forcé, c’est presque comme une extension de ma voix parlante.

CJ : Nos paroles sont éthérées, cosmiques, spirituelles, liées aux rêves.

Pourquoi avez-vous choisi BIG JESUS comme nom ?

CJ – C’était aléatoire, fun, une blague. Nous ne sommes pas de gens religieux. Comme notre groupe n’était pas censé d’être trop sérieux, nous n’avons pas vraiment pensé à notre nom.

Spencer– Et finalement, c’est un nom qui peut intéresser, il attire les regards.

Si vous le voyez sur le papier que vous dites – « Hey mais c’est quoi ce truc – je dois vérifier » et j’espère que nous puissions vous garder après cela.

Il ne signifie rien. Il n’est pas religieux, ça paraissait drôle pour nous.

Comment vous est-ce que vous travaillez ensemble ?

CJ – Tout le monde a un rôle dans ce que nous faisons – Tommy écrit beaucoup de lead parts et Spencer écrit des mélodies et des harmonies.

Et moi, je suis une sorte de producteur pour tout cela, je laisse chacun faire son boulot en restant un peu en arrière et essayer d’être aussi objectif que je puisse l’être.

Nous avons une sorte de contrôles et équilibres, et quand tout le monde dit oui, cela veut dire qu’il s’agit d’une bonne idée, et nous pouvons être confiants avec.

Spencer – Quelqu’un apporte une idée, et si nous avons un peu de matériel à travailler, nous travaillons ensemble.Nous sommes assez unis et nous jouons ensemble depuis longtemps, d’une certaine manière nous sommes la même page.

Pourriez-vous choisir une chanson préférée sur l’album et de m’en dire plus sur elle ?

CJ – C’est le second morceau de l’album, Always, je suis vraiment fier de l’ouverture de cette chanson. Je pense qu’elle est unique et c’est vraiment amusant à jouer, très rapide.

Spencer – En termes de jeu – c’est SP – c’est une chanson très puissante. Mais si je pense à l’album, ça sera plutôt Felt in reverse. C’est une des chansons que nous avons enregistré à Los Angeles. Nous n’avions pas de mélodie ou paroles pour cela, mais nous avions une structure et des riffs, donc en arrivant en studio on a dû penser à quoi faire avec.

Matt Hyde nous a beaucoup aidé à trouver des idées. Je la préfère à cause de travail acharné que nous avons mis sur cette chanson. Je me sens plus gratifié quand je l’écoute maintenant. C’est quelque chose en termes de mélodie, harmonie, que je ne pense pas que j’aurais fait normalement, quelque chose qui m’a fait sortir de mes sentiers battus. Je pense que j’ai grandi en tant qu’artiste grâce à cette chanson.

Qu’est-ce qui vous inspire pour écrire de la musique ?

Spencer : J’aime les beaux paysages, la nature et juste en regardant notre belle planète, je me rends compte combien je suis petit et insignifiant. Je prends aussi un peu d’inspiration dans mes rêves, j’ai toujours des rêves fous et quand je me souviens et j’arrive à les écrire, je trouve beaucoup d’inspiration.

CJ : La vie en général, tout ce que je vis en dehors de la musique.

Spencer : Oui, les aléas de la vie, si c’était facile tous les jours, sans difficultés, je pense que la vie serait vraiment ennuyeuse.

Vous avez tourné avec Good Charlotte… commet ça s’est passé ?

CJ – C’est vraiment incroyable – Benji et Joe Madden sont devenus nos mangers et ce sont les gens le plus cool, beaux et passionnes, qui bossent vraiment dur que je n’ai jamais rencontré dans ma vie. Ils sont une énorme source d’inspiration pour nous.

Les rencontrer, je veux dire, quelqu’uns de si bien qui ont réussi depuis longtemps, mais étant en mesure de conserver leur humilité, c’est incroyable. J’espère que nous pourrons conserver les personnalités de ces gens si un jour on deviendra aussi grand qu’eux. Je ne pourrais pas leur remercier assez de nous avoir donné l’occasion de jouer devant leur public.

Le premier show en Allemagne, devant 4000 personnes était vraiment fou, un rêve qui est devenu réalité pour nous.

Spencer – Ils ont vraiment une histoire cool, ils sont partis de rien et ils ont vraiment bossé dur, ils n’ont ne jamais abandonné. Je pense que ce n’était pas facile d’arriver là où ils sont maintenant.

Quel genre de musique écoutez-vous ?

CJ– Moi, je reste en général sur le territoire du rock de plus soft au plus fort – je peux aller n’importe où des Beatles à Slayer. Dernièrement, j’ai écouté un groupe appelé True Widow, un groupe américain un peu chill shoegazy. C’est comme avait été enregistré en 45 tours mais vous l’écoutez en 33 tours, donc en ralenti, c’est une sorte de chansons allongées. C’est vraiment cool.

Spencer-Mes goûts vont un peu partout. Il m’arrive d’écouter certains albums en boucle. Maintenant, je bagne toujours dans le nouvel album de Frank Ocean, donc R&B mais j’écoute aussi du metal extrême comme My Sugar, j’adore ce groupe. Mais quoi que j’écoute des maintes fois, je reviens toujours à des albums qui m’ont vraiment ébloui– des artistes comme Kurt Vile, par example. Je vais toujours revenir pour l’écouter.

Vous vous rappelez quel est le premier album que vous avez achetez avec votre propre argent ?

CJ – Oui, très bien – c’était Smash Mouth et Sugar (deux groupes de rock alternatif américain), en même temps. Je me souviens aussi d’Oasis – “What’s the story Morning glory”.Oasis sera toujours l’un de notre groupe préféré.

SpencerAlanis Morrisette –“Jagged Little Pill”.

Que pensez-vous de media sociaux ? C’est quelque chose qui favorisent la musique plus qu’avant ?

CJ : Il ya de bons et mauvais aspects – cela dépend de quel point de vue vous regardez.

Pour un artiste, c’est bon si tu es un petit artiste et tu fais quelque chose d’étonnant.C’est à coup sûr plus facile car vous pouvez totalement sortir de là sans avoir le soutien d’un label ou d’un manager. Mais en même temps, il y a beaucoup de personnes ayant accès à cette technologie. Donc, c’est mauvais car il y a trop de concurrence pour les artistes.

De point de vue des consommateurs, il y a des avantages parce que s’il y a de la musique qui se remarque sur les réseaux sociaux parmi toute cette concurrence, cela signifie que c’est vraiment d’une très bonne qualité.

Donc, globalement, je pense que c’est génial que tout soit connecté, et que tout le monde peut décider par soi-même ce qui est populaire, ce qui est bon et ce n’est pas totalement décidée par une maison de disques.

Spencer : Nous n’avons pas une énorme activité mais nous avons eu des occasions vraiment cool de partager notre musique via les réseaux sociaux. Si quelqu’un publie un post sur un blog et partage sur facebook, je pense que c’est très bénéfique. Un bon ami à nous, Antony Hull de groupe Manchester Orchestra a tweeteé au sujet de notre premier EP quand il était sorti et ils ont un grand nombre de folowers.

Nous avons reçu beaucoup de feed back positifs et en fait, et cela nous a fait réfléchir au fait que nous sommes vraiment un groupe. Donc, nous pouvons seulement avoir de la gratitude et du respect pour les media sociaux. Mais dans le même temps, nous ne passons pas notre vie sur nos devices ou sur Facebook.

Prochains projets ?

Spencer : L’expérience que nous allons cumuler avec cette tournée va surement nous aider et influencer pour un prochain album. Nous allons nous asseoir, réfléchir et grandir certainement avec.

Et puis nous allons écrire un album plus mûr et expérimenté qui va probablement changer un peu mais il ne va pas être si différent.

CJ : Nous allons voir mais à coup sûr, 99,99 % garanti, il y aura un nouvel album.

 

Merci beaucoup !

 

Et donc en attendant, allez écouter ONEIRIC. Vous allez être agréablement surpris.

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

%d bloggers like this: